L’histoire de Louise, 5 ans souffrant d’épilepsie

Par Olivia Derrien le 10 mai 2019
Témoignage épilepsie enfant
Louise est accueillie tous les jours depuis un an dans un établissement spécialisé, un IME (Institut Médico Educatif) au sein de la section des petits. C’est un environnement adapté pour la petite fille de 5 ans qui prononce quelques mots tels que papa et maman et ne marche pas.

Les premières crises d’épilepsie à 18 mois


Les crises d’épilepsie de Louise ont commencé lorsqu’elle avait un an et demi, alors qu’un retard des acquisitions et du développement moteur avait déjà été remarqué par les médecins.

Au début, elle faisait environ 15 crises d’épilepsie par jour, puis avec l’instauration d’un traitement au bout de quelques mois, les crises se sont espacées.
De nombreuses explorations ont été faites pour connaître la cause des troubles de Louise, mais rien n’a été concluant.

Les  crises de Louise sont la plupart du temps généralisées (avec perte de connaissance brutale) et de type tonico-cloniques, c’est à dire qu’il y a un raidissement généralisé suivi de spasmes. Elle fait environ 30 crises par mois, surtout la nuit, ce qui la fatigue énormément.  

La maman de Louise, Elsa, est très inquiète car malgré le traitement lourd que Louise prend chaque jour, les crises persistent. Plus de 6 médicaments ont été testés par l’équipe soignante qui suit la petite fille mais aucun n’a été suffisamment efficace pour cesser les crises.

Aujourd’hui, Elsa souhaiterait savoir si le traitement de sa fille est suffisamment adapté. Elle s’inquiète des effets que les traitements peuvent avoir sur son développement psycho moteur.
Enfin, ce qui préoccupe Elsa dernièrement, c’est le comportement anorexique de son enfant constaté par les soignants, Louise ne s’alimente plus suffisamment.
Elsa est épuisée et ne sait plus trop vers qui se tourner pour essayer d’améliorer le confort de Louise dont elle s’occupe seule.

Elle décide de demander un deuxième avis afin d’obtenir des réponses à toutes ses questions.

Une épilepsie pharmaco-résistante d’origine inconnue


En 7 jours, Elsa reçoit l’avis d’un professeur en neuro-pédiatrie spécialiste de l’épilepsie de l’enfant.

Il confirme le diagnostic posé par l’équipe soignante de Louise, elle présente une épilepsie pharmaco-résistante (c’est-à-dire résistante aux traitements) de cause inconnue. Il explique à Elsa que la pharmaco-résistance n’est pas rare, elle concerne 20 à 30% des patients présentant une épilepsie.

Le médecin expert précise que Louise a une maladie du cerveau qui n’est pas identifiée pour le moment. Et pour l’expert, il n’y a pas d’autre exploration à proposer à date pour trouver la cause de ses troubles, tout a été fait. Il semblerait d’après le médecin que dans le cas de Louise, la médecine touche à ses limites. De nouvelles analyses génétiques pourront être faites en fonction des progrès de la médecine.

Puis il reprend point par point toutes les questions de la maman de Louise.

Concernant les stéréotypies (répétitions des mêmes sons ou des mêmes gestes) et l’absence de parole de Louise, elles sont en lien avec sa pathologie neurologique, ce qui n’a rien à voir avec les traitements. En effet, les difficultés de développement étaient apparues avant les crises d’épilepsie, dès les premiers mois de Louise.

S’agissant des difficultés alimentaires, cela peut être un effet secondaire du traitement. Le médecin suggère alors de revoir la posologie avec l’équipe soignante en évaluant les risques d’aggravation des crises.

Elsa avait également interrogé le médecin sur l’existence d’un syndrome de Gravet ou d’un syndrome de Lennox-Gastaud, deux formes d’épilepsie infantiles difficiles à traiter. Il exclut très clairement ces diagnostics au vu des éléments du dossier, Louise ne souffre actuellement d’aucun de ces deux syndromes.

Le professeur ouvre également de nouvelles perspectives car, malgré le nombre important d’antiépileptiques qui ont été essayés pour traiter Louise, il reste encore un certain nombre de molécules dont l’efficacité pourrait être testée, on peut donc espérer trouver un traitement qui diminuerait davantage le nombre de crises.

Grâce à ce deuxième avis, Elsa a pu obtenir des réponses à toutes ses questions. Elle peut désormais aller de l’avant en sachant ce qu’il est possible d’espérer. Elle sait aussi qu’à date elle a fait le maximum pour son enfant.

Nous souhaitons à Louise et Elsa beaucoup de courage dans la suite de leur parcours.

Si vous vous retrouvez dans l’histoire de Louise et de sa maman, demandez un deuxième avis sur votre maladie.

*Pour des raisons de confidentialité et de protection de la vie privée, le nom des personnes a été changé.

Un médecin expert de votre maladie répond à vos questions en moins de 7 jours après analyse de votre dossier