Deuxième avis : parlez-en à votre médecin

Par Marion Berthon le 24 avril 2019
Parler du deuxième avis à son médecin
Si votre situation médicale est complexe, votre médecin pourra vous proposer de prendre un deuxième avis médical. Sinon, n’hésitez pas à lui en parler vous-même, et ce pour (au moins) quatre bonnes raisons.

Votre médecin est celui qui connaît le mieux votre dossier médical


Votre médecin traitant vous connaît depuis de nombreuses années, parfois même depuis votre enfance. Souvent, vous avez créé avec lui un lien de confiance. Il est celui qui bénéficie d’une vision globale de vous et de votre santé. En lui parlant de votre volonté d’obtenir un deuxième avis, vous lui permettez de poursuivre son rôle de coordonnateur de votre parcours de soins et de référent auprès des spécialistes que vous serez amené à rencontrer.

Votre médecin connaît des spécialistes et peut vous orienter


Votre médecin traitant à l’habitude de travailler avec un réseau de médecins correspondants. Il pourra vous orienter vers un médecin spécialiste que vous rencontrerez en ville, à l’hôpital ou en téléconsultation à distance. Si vous savez déjà quel spécialiste vous souhaitez consulter, mettez-le en relation avec votre médecin traitant qui pourra recevoir vos comptes rendus médicaux et vous aider à les interpréter si vous le souhaitez.

La transparence avec votre médecin est l’une des clés d’une bonne prise en charge médicale


Une bonne prise en charge médicale découle d’une alliance thérapeutique transparente, combinaison entre le savoir de la personne malade qui connaît son corps, son mode de vie et la façon dont il réagit aux traitements, et le savoir du médecin qui détient la compétence sur les soins et les traitements. Aujourd’hui, les médecins n’attendent pas des patients qu’ils appliquent le protocole thérapeutique sans essayer d’en savoir plus. Ils savent qu’un patient qui s’informe et adhère au traitement est un patient qui se soignera mieux. Selon une étude publiée en octobre 2018 dans la revue Jama Medical Education, sept malades sur dix auraient déjà menti à leur médecin par peur d’être jugés ou sermonnés. Omissions qui peuvent avoir des conséquences médicales graves…

N’ayez pas peur de froisser votre médecin...


En choisissant les bons mots, vous ne froisserez pas votre médecin. L’information des personnes malades est un droit, pas une marque de défiance. Alors, quels mots utiliser ? Vous pouvez commencer par lui expliquer les raisons pour lesquelles vous souhaitez rencontrer un expert : « Je voudrais avoir une vision globale des traitements qui sont proposés pour ma pathologie, et pour cela je pense qu’il serait intéressant que je discute avec un médecin qui tient une consultation spécialisée et qui reçoit beaucoup de personnes dans mon cas. » Et associer votre médecin traitant à votre démarche : « Si vous étiez dans ma situation, qui iriez-vous consulter ?»

Voilà - nous l’espérons - de quoi convaincre et rassurer ceux qui pourraient hésiter à partager avec leur médecin leur volonté de demander un deuxième avis médical quand cela leur semble pertinent.

Un médecin expert de votre maladie répond à vos questions en moins de 7 jours après analyse de votre dossier