L’histoire de Lisa, 51 ans atteinte d’une discopathie dégénérative

Par Olivia Derrien le 2 août 2019
temoignage-discoapthie-degenerative
Depuis plusieurs mois, Lisa* souffre de douleurs lombaires en permanence. L’IRM qu’elle a passé a permis de poser le diagnostic de discopathie lombaire dégénérative. L’équipe médicale a préconisé des séances de kinésithérapie ainsi qu’un traitement antidouleur.

Le diagnostic de discopathie dégénérative


Lisa souffre d’une discopathie lombaire, cela signifie que c’est un disque intervertébral lombaire qui est touché. En vieillissant, un disque intervertébral peut se déshydrater, se tasser et ne plus assurer correctement l’amortissement dont il est responsable. Les deux vertèbres peuvent donc entrer en conflit et provoquer de fortes douleurs. 

C’est ce que vit actuellement Lisa, des douleurs continuelles qui l’empêchent de travailler depuis un an. Aujourd’hui, elle n’arrive même plus à marcher plus de 20 minutes sans faire une pause, et faire le ménage est devenu presque impossible. 

Lisa tolère mal les anti-inflammatoires qui lui causent des effets indésirables digestifs, et les séances de kinésithérapie n’ont pas apaisé ses souffrances. C’est un peu désespérée qu’elle a pris rendez-vous dans un centre de rééducation, mais elle n’est pas certaine que ce soit la bonne solution. Elle découvre les services de deuxiemeavis.fr par sa mutuelle et décide de confier son dossier médical à un spécialiste de la discopathie lombaire. 

Un deuxième avis pour mieux comprendre sa pathologie


En 3 jours, Lisa a reçu l’avis d’un médecin expert de deuxiemeavis.fr, un Professeur en chirurgie orthopédique et traumatologie. Il confirme le diagnostic posé de discopathie lombaire et précise à Lisa que c’est le disque entre la cinquième vertèbre lombaire et le sacrum qui est déshydraté. Comme le disque est normalement majoritairement constitué d’eau, lorsqu’il est déshydraté il y a une diminution de l'amortissement des contraintes mécaniques qui s’appliquent sur les vertèbres et cela provoque des douleurs. 

Le risque de complication dans ce cas est la hernie discale avec un écrasement des racines nerveuses, notamment du nerf sciatique. Le médecin expert rassure Lisa, dans son cas, il n’y a pas de vraie hernie mais simplement un débord du disque. Il n’y a pas non plus de risque de lésion de la moëlle épinière car elle s’arrête au niveau de la première vertèbre lombaire, or, le disque abîmé de Lisa est bien plus bas au niveau de la 5e vertèbre lombaire.


Des conseils avisés pour mieux gérer sa discopathie


Le médecin expert conseille à Lisa de pratiquer des activités physiques, notamment celles qui favorisent le gainage (travail des abdominaux et des fessiers) afin de stabiliser le rachis et de soulager les disques dans leur travail. L’activité physique permettra également de maintenir une bonne souplesse du dos et éviter les raideurs. Pour cela des sports tels que la natation, la gymnastique ou le pilate sont préconisés. 

En ce qui concerne les postures, le Professeur alerte Lisa sur le fait qu’une posture assise, “cassée en deux” dans un fauteuil profond ou un canapé doit être évitée. Les tabourets de bar ou les chaises de repassage permettent elles, à contrario, une bonne posture assise haute avec un bon maintien du dos. 

Il conforte Lisa s’agissant de son rendez-vous en rééducation fonctionnelle, cela lui sera très utile pour avoir des conseils d’hygiène de vie et travailler le gainage et la souplesse. 

Si la rééducation et le traitement médicamenteux ne suffisent pas à soulager la patiente, le médecin expert préconise un traitement par infiltration de la colonne. Enfin si cela n’améliore toujours pas sa qualité de vie, la chirurgie sera envisagée en dernier recours et l’avis d’un spécialiste en chirurgie du dos sera alors nécessaire. 

Pour finir, l'expert lui conseille deux applications pour smartphone pour l'aider à vivre avec sa pathologie : moncoachdos et activ'dos

Très satisfaite de l’avis rendu par le médecin, Lisa comprend beaucoup mieux sa pathologie et elle a reçu tous les conseils nécessaires pour améliorer sa qualité de vie. 

Nous lui souhaitons bon courage pour la suite de son parcours.

Si vous vous retrouvez dans l’histoire de Lisa, tout comme elle, demandez un deuxième avis sur votre maladie.

*Pour des raisons de confidentialité et de protection de la vie privée, le nom des personnes a été changé.

Un médecin expert de votre maladie répond à vos questions en moins de 7 jours après analyse de votre dossier