Blog

L'histoire de Sandra, souffrant d'endométriose

Par Nathalie Torloting le 6 juillet 2018
Aujourd’hui, nous allons vous raconter l’histoire de Sandra*, qui souffre d’endométriose.
 
Sandra est comptable dans la région de Bordeaux. Elle a 42 ans, elle vit en couple et n’a pas encore d’enfant. 

L’histoire de son endométriose débute en mai 2014 avec la découverte d’un kyste endométriosique de l’ovaire droit qui est retiré en juillet 2014. Les kystes endométriosiques sont fréquents (40% des lésions rencontrées) et un traitement médical est habituellement prescrit après l’intervention pour améliorer l’effet sur les symptômes et réduire le risque d’endométriose. Mais comme Sandra désire devenir maman, ce traitement n’est pas entrepris.

Pendant deux années, Sandra essaie de tomber enceinte naturellement, sans succès.

Malheureusement, l’endométriose de Sandra a profité de ses cycles menstruels répétés pour se développer, avec l’apparition de lésions d’adénomyose associée (lésions dans la paroi même de l’utérus), ce qui est le cas chez plus de 25% des patientes.

Une nouvelle intervention est donc pratiquée en juillet 2016, avec l’exérèse (c’est-à-dire le retrait) des lésions.
Toutefois divers symptômes persistent et l’endométriose poursuit son développement. L’utérus devient fibreux, les kystes se développent et l’endométriose semble s’être légèrement développée dans les intestins de Sandra. La progression de l’endométriose de Sandra est confirmée par l’IRM qu’elle réalise en juillet 2017.
On propose alors à Sandra une « coelioscopie », au cours de laquelle une salpingectomie (ablation des trompes) pourrait être pratiquée si nécessaire.

Avant de procéder à cette opération, Sandra s’interroge : Doit-elle accepter cette opération ? Doit-elle donner son consentement pour une ablation des trompes ? Quel risque digestif encourt-elle ? Quel est l’impact sur sa fertilité ?

Elle décide d’interroger un gynécologue spécialiste de l’endométriose sur le site deuxiemeavis.fr. Pour faire sa demande, Sandra répond à un questionnaire médical personnalisé et télécharge son dossier médical (échographie pelvienne, hystérographie, IRM). En quelques jours seulement, l’expert délivre son compte-rendu médical.

Ce dernier confirme la prise en charge proposée par ses confrères, et répond dans le détail à chaque question posée par Sandra :

a- A propos de l’intervention prévue : le médecin expert de deuxiemeavis.fr confirme qu’elle est incontournable compte tenu des lésions identifiées par la dernière IRM.

b- A la question « Faut-il enlever la trompe ? », le médecin rappelle que la cœlioscopie est l’examen de référence pour évaluer la trompe, son environnement (adhérences) et sa valeur fonctionnelle probable. Si les deux trompes sont convenables, leur exérèse n’est pas nécessaire. Si l’une des deux trompes est très altérée, le chirurgien peut décider de pratiquer son ablation (geste habituellement simple). Le spécialiste de deuxiemeavis.fr confirme néanmoins que le chirurgien doit avoir le consentement préalable de Sandra.?

c- A propos du risque digestif évoqué par Sandra : le médecin confirme l’atteinte superficielle du sigmoïde. A court terme, il précise que cela ne justifie pas de crainte particulière, mais que l’évolution au plan individuel est par contre imprévisible. Pour Sandra, le terrain suspecté favorable à l’endométriose doit être pris en considération et induire une grande prudence. Il précise qu’un bilan plus précis sera effectué lors de la cœlioscopie et dictera la conduite à tenir. Il confirme également que lorsque Sandra n’aura plus de désir de grossesse, un traitement médical sera indispensable jusqu’à la ménopause, avec une surveillance radiologique régulière.

d- A propos du désir de grossesse de Sandra qui reste le problème le plus épineux, l’expert indique que la stratégie sera dictée par :
  • la valeur fonctionnelle des trompes évaluée lors de la cœlioscopie?
  • une évaluation de la réserve ovarienne (dosage d’estradiol, de FSH et AMH)

Sans présumer de ces deux évaluations, qui pourraient conduire à tenter une grossesse spontanée, compte tenu de l’âge et des symptômes douloureux de Sandra, il paraît souhaitable pour le médecin expert de recourir à une méthode de procréation assistée, éventuellement à l’étranger (étant donné l’âge de Sandra). Le spécialiste de deuxiemeavis.fr évoque en particulier une étude sur un traitement à suivre avant la tentative de FIV qui pourrait neutraliser les effets négatifs de l’adénomyose.

Forte de cette réponse du spécialiste, Sandra est retournée voir son équipe médicale traitante et a subi la coelioscopie. L’opération s’est très bien passée et la salpingectomie n’a pas été nécessaire.
Sandra a décidé de se lancer dans une procréation médicalement assistée et a partagé son deuxième avis avec les médecins du centre de PMA qu’elle a choisi. Souhaitons de tout cœur à Sandra d’aboutir dans son projet d’avoir un enfant.

*Pour des raisons de confidentialité et de protection de la vie privée, nous avons changé le nom du patient et ses informations personnelles.
Retour à la liste des articles
Catégories :
- A propos d'un deuxième avis (7)
- Associations de patients (3)
- Histoires de patients (28)
- Les coulisses de deuxiemeavis.fr (5)
- Maladies et traitements (14)
- Spécialités (3)
- Télémédecine (5)