DMP : savoir interpréter ses analyses de sang

Par Marion Berthon le 6 mars 2019
lire-dossier-medical-partage-DMP-analyse-sang
Une petite piqûre, un prélèvement sanguin, et puis le compte rendu arrive sur votre Dossier médical partagé (DMP). Voici quelques clés pour vous aider à lire les principales analyses de votre bilan sanguin.

Il s’agit de l’un des examens les plus prescrits par les médecins : l’analyse de sang. Diabète, cholestérol, infections, anémie, infarctus, maladie génétique, dérèglement de la thyroïde, dépistage prénatal, détection de cellules cancéreuses... Aujourd’hui, quelques microgrammes de sang suffisent pour rechercher une maladie ou en suivre l’évolution.

Lire ses résultats seul ou accompagné


A la lecture de nos résultats d’analyses, on s’est tous un jour demandé si notre bilan était normal. Si vous récupérez vos résultats d’analyses au laboratoire, n’hésitez pas à demander au biologiste présent de les lire avec vous. Si vous les lisez sur votre DMP, vous pouvez appeler le laboratoire qui a effectué les prélèvements ou votre médecin pour vous aider à décrypter les résultats. Si vous êtes seul, vous remarquerez qu’en face de chaque résultat se trouvent des valeurs de référence (souvent notées « VR »), avec une borne inférieure et une borne supérieure. Ces valeurs varient selon les techniques de dosage utilisées, mais aussi selon le sexe et l’âge du patient. Gardez bien à l’esprit que des résultats légèrement en dehors de ces normes ne sont pas nécessairement révélateurs d’une maladie. Et parlez-en à votre médecin.

La numération de formule sanguine (NFS) ou hémogramme


La numération sanguine est l’examen le plus souvent prescrit par les médecins. Elle donne une visibilité de l’état de santé global du patient et permet de détecter une infection ou une anémie :

-          L’analyse des globules rouges (hématies) qui véhiculent l’oxygène vers les organes : on évalue leur nombre, leur volume globulaire moyen (VGM), le pourcentage de volume sanguin qu’ils occupent (hématocrite), le nombre de globules rouges nouvellement produits (taux de réticulocytes), le taux d’hémoglobine.

-          L’analyse des globules blancs (leucocytes) qui défendent le corps contre les virus et les bactéries : on mesure leur nombre et leur type pour déterminer si le corps fait face à une infection ou à une allergie, ou s’il y a dysfonctionnement de la moelle osseuse.

-          L’analyse des plaquettes qui jouent un rôle important dans la coagulation du sang : un faible taux plaquettaire peut révéler une infection ou un problème de coagulation, et un taux élevé peut signaler une carence ou un risque de thrombose (obstruction d’un vaisseau sanguin).

Le bilan lipidique


Le bilan lipidique sert à quantifier les graisses (lipides) présentes dans l’organisme. Il prend les mesures du cholestérol et des triglycérides.

Trois mesures sont effectuées pour le dosage du cholestérol :

-          Le cholestérol total correspond à la somme des taux de LDL et de HDL. Il est habituellement inférieur à 2g/l.

-          Le cholestérol LDL ou « mauvais cholestérol » : en quantité trop élevée, il peut se déposer sur les parois des artères et fait craindre une maladie cardiovasculaire. Un taux inférieur à 1,6 g/l est considéré comme optimal chez une personne de moins de 50 ans sans facteur de risque.

-          Le cholestérol HDL ou « bon cholestérol » présente au contraire un effet protecteur, surtout si sa quantité est élevée. Il a pour rôle de transporter le « mauvais cholestérol » jusqu’au foie qui l’élimine de l’organisme. Un taux supérieur à 0,4 g/l est considéré comme optimal.

Les triglycérides, stockés dans les cellules adipeuses, constituent une réserve d’énergie pour l’organisme. Quand leur taux est trop élevé, ils accentuent le risque d’AVC. Un taux inférieur à 1,5g/l est considéré comme optimal.

La glycémie


La mesure de la glycémie recherche le taux de sucre (glucose) dans le sang. Quand le taux de sucre est trop faible, on parle d’hypoglycémie, quand il est trop élevé, d’hyperglycémie. Une glycémie située entre 1,10 et 1,25 g/l peut révéler un pré-diabète. Au-delà de 1.26 g/l on parlera de diabète.

Un médecin expert de votre maladie répond à vos questions en moins de 7 jours après analyse de votre dossier