L'histoire de Sophie, 39 ans, souffrant d’une rupture de la coiffe des rotateurs

Par Olivia Derrien le 15 mars 2019
temoignage-rupture-de-la-coiffe-des-rotateurs

Entraîneure de gymnastique dans le sud de Paris, Sophie a toujours beaucoup sollicité ses épaules. Suite à des douleurs récurrentes au niveau de son épaule gauche, elle passe une IRM en 2010 qui met en évidence une tendinite. Depuis, elle arrête régulièrement d’entraîner afin de reposer son articulation.

En septembre 2018, alors qu’elle soutient une gymnaste lors d’un entraînement, Sophie ressent une douleur très vive au niveau de son épaule. La nuit suivante, la douleur difficilement supportable l’amène à consulter un médecin aux urgences qui lui prescrit une échographie de l’épaule.

On confirme alors à Sophie le diagnostic de tendinite et on lui explique que cela devrait passer avec du repos. Malheureusement, deux mois plus tard les douleurs et la gêne lors de la mobilisation de son épaule sont toujours présentes, elle consulte son médecin traitant qui lui prescrit un arthroscanner. Il s’agit d’un examen d’imagerie médicale avec l’injection de deux produits : un produit de contraste permettant de mieux voir l’articulation et un corticoïde pour soulager la douleur. L’examen met en évidence la rupture partielle et la rupture totale de deux tendons de la coiffe des rotateurs.

Le diagnostic de rupture de la coiffe des rotateurs


L’articulation de l’épaule est composée de quatre muscles qui permettent sa mobilisation. Leurs tendons entourent la tête de l’humérus, l’os du bras, d’où le nom de « coiffe » des rotateurs. On parle de rupture lorsque qu’au moins l’un des tendons est déchiré.

La solution proposée à Sophie: intervenir chirurgicalement



L’injection de corticoïdes soulage temporairement Sophie mais les douleurs réapparaissent, irradiant dans le bras et insomniantes. La mobilité de son épaule est très réduite, si bien que les activités quotidiennes telles que s’habiller, manger ou se laver deviennent difficiles.

L’équipe médicale propose à la patiente une intervention chirurgicale pour réparer les deux tendons rompus. Sophie s’interroge alors sur les chances de réussite et les bénéfices de cette opération. Elle s’inquiète également sur une éventuelle atteinte musculaire car elle ressent une douleur très importante au niveau du bras.

Deuxiemeavis.fr a aidé Sophie à mieux comprendre sa pathologie


C’est grâce à sa mutuelle que Sophie découvre deuxiemeavis.fr et en 4 jours elle reçoit l’avis très détaillé d’un chirurgien orthopédique spécialisé dans le traitement de l’épaule.

En analysant les différentes imageries réalisées depuis 2010, le chirurgien a pu retracer l’évolution de la pathologie. Il revient tout d’abord sur l’origine des douleurs et des difficultés à la mobilisation : elles sont dues à une tendinopathie chronique des muscles de la coiffe des rotateurs. L’usure du tendon s’est faite au fil des ans jusqu’à une rupture complète lors d’un traumatisme en septembre 2018.

Le médecin-expert rassure Sophie sur la localisation de ses douleurs. L’inflammation due à la rupture tendineuse provoque fréquemment des irradiations douloureuses au niveau du bras, ce qu’elle ressent est tout à fait normal. Les douleurs sont majorées par le fait que Sophie souffre également d’arthrose au niveau de l’articulation entre clavicule et l’omoplate.

Le chirurgien confirme à la patiente la nécessité d’une intervention chirurgicale permettant de réparer les lésions tendineuses. Il explique à Sophie, que sans intervention, une rupture de la coiffe des rotateurs conduirait à une aggravation des douleurs et une perte progressive de la fonction de l’articulation, ce qui entraînerait, à terme, la mise en place d’une prothèse totale d’épaule.

Pour lui, l’opération doit se faire rapidement pour éviter la rétractation du tendon et l’amyotrophie du muscle qui compromettraient toute réparation. Pour le moment, sur les images les deux tendons semblent réparables. Il conseille également de réaliser une résection acromio-claviculaire lors de l’intervention, qui est un traitement de l’arthrose dont elle souffre.


Le médecin rassure Sophie quant aux chances de réussite de l’intervention, en effet, 90% des patients opérés n’ont pas besoin de traitement complémentaire. En outre, seulement 10% à 15% des tendons opérés ne cicatrisent pas, et cela est souvent dû  à la non observance des consignes postopératoires en terme d’immobilisation et de rééducation.

Pour le médecin, même si les suites opératoires sont un peu longues, Sophie en trouvera des bénéfices dans les mois à venir : diminution de la douleur, récupération de la mobilité et préservation de son épaule.


Impressionnée par la qualité de l’avis rendu par le médecin-expert, Sophie a mieux compris les enjeux de l’intervention et se sent davantage armée pour prendre ses décisions de santé.

Nous souhaitons à Sophie un bon rétablissement !

Si vous vous retrouvez dans l’histoire de Sophie, tout comme elle, demandez un deuxième avis sur votre maladie.

*Pour des raisons de confidentialité et de protection de la vie privée, le nom des personnes a été changé.

Un médecin expert de votre maladie répond à vos questions en moins de 7 jours après analyse de votre dossier