L'histoire de Suzanne, 78 ans, atteinte d’un rétrécissement aortique

Par Olivia Derrien le 7 juin 2019
témoignage rétrécissement aortique
Il y a une dizaine d’années, ce sont des essoufflements qui ont amené Suzanne* à consulter un médecin. Suite à une série d’examens, on lui a annoncé qu’elle est atteinte d’un rétrécissement aortique.

Le diagnostic de rétrécissement aortique


Le cœur dispose de quatre valves qui permettent au sang de circuler entre les cavités, sans refluer. La valve aortique est celle qui sépare le ventricule gauche de l’aorte. Parfois cette valve peut se calcifier et voir son diamètre se rétrécir, elle ne laisse donc qu’un petit passage au sang lorsqu’il est éjecté du ventricule gauche. Le ventricule doit alors lutter en permanence contre cet obstacle et se fatigue rapidement.

On parle alors de rétrécissement aortique, une maladie qui touche bien souvent des personnes âgées.

Une intervention chirurgicale qui inquiète Suzanne  


Des examens récents montrent une évolution de sa maladie, le rétrécissement s’aggrave et pour l’équipe médicale de Suzanne, l’opération est devenue inévitable. On lui propose une intervention TAVI (Transcatheter aortic valve implantation), opération qui consisterait à remplacer sa valve aortique par voie percutanée, en passant par l’artère fémorale, sans avoir besoin d’ouvrir le thorax. Cette perspective est très angoissante pour Suzanne. Elle craint qu’une intervention à son âge puisse avoir de lourdes conséquences et qu’elle se trouve handicapée à la suite de l’opération. Aujourd’hui elle ne ressent pas d’inconfort majeur et elle ne voudrait pas que l’intervention lui provoque davantage de problèmes.

Un deuxième avis qui confirme le diagnostic de l’équipe médicale de Suzanne


Face à tant d’inquiétudes, Suzanne ressent le besoin de demander un deuxième avis médical. Elle souhaite faire le point sur les bénéfices et les risques liés à l’opération qu’on lui propose. C’est en effectuant des recherches sur internet qu’elle découvre l’existence de deuxiemeavis.fr.

En 7 jours, elle reçoit l’avis d’un Professeur en cardiologie sur sa maladie et sur les solutions thérapeutiques qui lui ont été proposées.

Il confirme le diagnostic de rétrécissement aortique serré, c’est à dire une forme sévère de la maladie, ce qui explique l’essoufflement de Suzanne malgré des efforts modérés. Pour le médecin expert, les symptômes vont s’aggraver, il faut rapidement changer la valve et il n’y a aucun intérêt à attendre. Il explique à Suzanne qu’elle remplit tous les critères de l’intervention et que le TAVI peut être réalisé sans réserve. Pour l’expert, il serait même possible d’éviter l’anesthésie générale et de pratiquer l’intervention avec une anesthésie locale en moins d’une heure.

Concernant les risques de l’intervention à propos desquels Suzanne était très inquiète, ils sont d’après lui, bien inférieurs aux risques qu’elle encourt si elle ne fait rien.

Suzanne a donc tous les éléments nécessaires pour être rassurée face à l’intervention à venir. Elle sait désormais qu’elle ne doit pas trop attendre et que les risques de complications post-opératoires sont faibles.


Nous souhaitons à Suzanne, un bon rétablissement !


Si vous vous retrouvez dans l’histoire de Suzanne, demandez un deuxième avis sur votre maladie.

*Pour des raisons de confidentialité et de protection de la vie privée, le nom des personnes a été changé.

Un médecin expert de votre maladie répond à vos questions en moins de 7 jours après analyse de votre dossier