L’histoire de Serge, 49 ans atteint d’un adénome hépatique

Par Joséphine de Becdelièvre le 30 août 2019
témoignage adénome hépatique
C’est au cours d’un déplacement professionnel en mars 2017 aux Etats-Unis que Serge* est pris de vomissements incessants pendant plus de 10h. Apparaît ensuite une intense douleur sur la droite de son abdomen. Il décide alors d’aller consulter son généraliste qui lui prescrit une échographie et une prise de sang

On découvre alors, à l’issue de ces examens, une lésion du segment VI du foie d’une taille particulièrement importante qui entraîne l’hospitalisation de Serge au CHU. Les médecins soupçonnent en effet un abcès amibien (une suppuration du foie venant d'une migration d'amibes), Serge ayant voyagé récemment au Vénézuela. Il reçoit donc un traitement pour l’amibiase qui se révèle positif, mais les médecins soupçonnent une autre origine à sa lésion. Un scanner et une IRM révèlent alors 7 autres lésions, dont une autre d’une taille importante. 

Des hésitations quant au traitement idéal 


Suite à la découverte de ces lésions, Serge est transféré en chirurgie digestive où il est opéré de la vésicule biliaire ainsi que de sa plus grosse lésion qui lui est retirée par bi-segmentectomie V et VI, début juin 2017. Après analyse, la lésion s’avère finalement être un adénome hépatique (hépatocellulaire) inclassé avec d'importants remaniements nécrotico-hémorragiques, ainsi que des foyers de CHC (carcinomes hépatocellulaires) très bien différentiés. 

Depuis le retrait de la plus grosse lésion, les autres sont surveillées tous les 6 mois en 2017, puis tous les 3 mois depuis 2018 et semblent stables et inchangées depuis. Serge n’a pas de douleurs ni de traitement médicamenteux, mais il se pose cependant des questions. Sa seconde lésion de taille importante l’inquiète, étant donné la dégénérescence en carcinome hépatocellulaire de sa grosse lésion retirée précédemment. Son chirurgien se pose en effet la question d’effectuer une seconde opération mais il souligne les risques opératoires. Il lui propose une résection chirurgicale (le retrait chirurgical d'une partie d'organe ou d'un tissu pathologique comme une tumeur).

Serge est donc perdu entre les risques de dégénérescence et les risques opératoires et se demande ce qui serait le mieux pour lui.

Au fil de ses questions, il découvre deuxiemeavis.fr par l’intermédiaire de sa mutuelle.

Un deuxième avis éclairant et rassurant 


Après avoir rempli un questionnaire spécifique à sa maladie et envoyé tous les documents médicaux qu’il avait, Serge reçoit en 5 jours l’avis d’un professeur en gastro-entérologie et hépatologie.

Le médecin expert souligne la rareté de la situation de Serge et, rappelant que ses adénomes ont déjà dégénéré en carcinomes hépatocellulaires, il appuie donc l’importance d’opérer cette seconde lésion de taille importante dont les risques d’aggravation dominent les risques opératoires. Il souligne le fait que même si son avis ne suit pas les recommandations usuelles de traitement d’adénomes, l’opération est logique vu les risques. 

Il propose donc deux alternatives à Serge : la résection chirurgicale ou la destruction par radiofréquence (avec une biopsie du nodule), moins classique mais efficace pour les lésions de moins de 30 mm et moins invasive puisque réalisée au cours d'une courte hospitalisation, généralement moins de 48h. 

Il lui conseille également, si un traitement chirurgical est effectué, de profiter de l'intervention pour effectuer des biopsies multiples des autres lésions pour les caractériser. 

Il conclut enfin en suggérant à Serge une prise en charge dans un service hyperspécialisé car la récidive éventuelle de son carcinome hépatocellulaire justifierait d'envisager une transplantation hépatique comme meilleur traitement. 

Rassuré par les conseils avisés du spécialiste, Serge se sent désormais apte à prendre une décision éclairée sur son état de santé et enfin décider de son opération.

Nous souhaitons à Serge un bon rétablissement !

Si vous vous retrouvez dans l’histoire de Serge, tout comme lui, demandez un deuxième avis sur votre maladie.

*Pour des raisons de confidentialité et de protection de la vie privée, le nom des personnes a été changé.

Un médecin expert de votre maladie répond à vos questions en moins de 7 jours après analyse de votre dossier