Blog

35% des Européens ont un niveau de littératie insuffisant en santé

Par Maïlys Gloria le 4 août 2017
Selon une étude menée par HLS-EU, 35% des Européens ont un niveau de littératie insuffisant en santé.
 

La littératie, qu’est-ce que c’est ?

 
La littératie est un terme fréquemment employé dans les pays anglophones mais beaucoup plus rarement dans les pays francophones. Il existe un nombre important de définitions de la littératies - 38 pour être précis - mais une d’entre elles est officielle. En 2013, l’OCDE la définit comme étant “la capacité à comprendre, évaluer, utiliser et s’approprier des textes écrits pour participer à la société, réaliser ses objectifs et développer ses connaissances et son potentiel”. La littératie comprend donc 4 notions fondamentales qui sont : lire, écrire, comprendre et communiquer. Cette expression est un enjeu dans plusieurs domaines comme notamment, l’éducation et la santé. Dans le domaine de la santé, cela concerne la compréhension de différents indicateurs comme le taux de sucre, cholestérol ou la tension artérielle.
 

Quelles sont les conséquences pour les patients ?

 
Il semble qu’un faible niveau de littératie influence la prise de décisions dans le parcours de soin mais aussi sur leur état de santé en général. En effet, ce faible niveau de littératie conduit à l’adoption de mauvais comportements en santé et un recours aux services de prévention et de dépistages moins fréquents.
Les personnes les plus impactées par ce faible niveau de littératie sont les personnes dites vulnérables, c’est-à-dire agées de 65 ans ou plus, les personnes en situation de handicap, incapacités cognitives, ou encore les personnes ayant peu été scolarisées… De la même manière, c’est une grande préoccupation notamment chez les personnes atteintes de maladies chroniques, puisque un faible taux de littératie induit un mauvais suivi, des problèmes d’observance (suivi du traitement médicamenteux), et ces personnes peuvent même éprouver des difficultés à se procurer les soins à partir de la prescription.
 

Des initiatives innovantes se développent en France

 
L’OMS a publié un rapport dans le but de favoriser une meilleure communication entre les médecins et patients, renforcer les environnements favorables aux bons comportements de santé tant au niveau local, national qu’international. Le patient doit être replacé au coeur des préoccupations concernant leur parcours de santé. Pour cela, certains acteurs oeuvrent à la santé accessible à tous via des supports d’aide à la compréhension dans un langage adapté :
  • Sparadrap est une association qui sensibilise les enfants dès le plus jeune âge aux visites médicales et soins hospitaliers via des fiches adaptées et illustrées. Elle propose aussi des formations dédiées aux professionnels de santé afin de mieux appréhender les soins chez les enfants.
  • CoActis Santé a développé Santé BD, des fiches gratuites et illustrées permettant d’informer et expliquer les différents types de soins et consultations aux enfants, aux personnes en situation de handicap, ayant une déficience physique, mentale ou encore aux personnes autistes… Cet outil s’adresse aussi aux professionnels de santé afin de mieux aborder ses consultations.
  • L’association SOHDEV (Santé Orale, Handicap, Dépendance et Vulnérabilité) a conçu un ensemble d’outils de communication pour le personnes atteintes d’autisme, afin de les sensibiliser à une bonne hygiène bucco-dentaire et de les préparer aux consultations chez le dentiste.

Tous ces outils permettent aux patients de mieux appréhender et comprendre les soins qui leur sont prodigués. Nous pourrions également nous questionner quant à la nécessité d’inclure cette notion dans les cours d’enseignement moral et civil proposés au lycée.

Retour à la liste des articles
Catégories :
- A propos d'un deuxième avis (7)
- Associations de patients (2)
- Cancer (6)
- Partenariats (1)
- Spécialités (1)
- Télémedécine (4)
- Traitements (7)