Blog

L'histoire d'Odile en invalidité professionnelle à cause d'une discopathie

Par Nathalie Torloting le 27 octobre 2017
Odile* a 55 ans. Elle habite près de Lyon. Elle est en invalidité professionnelle depuis plusieurs années. Elle souffre du dos, d’une discopathie.

Par définition, la discopathie désigne une pathologie du disque intervertébral. Elle est souvent dégénérative, et due au processus de vieillissement naturel du disque intervertébral au cours duquel il se déshydrate, se rigidifie et se tasse progressivement. C'est une des pathologies les plus fréquentes de la colonne vertébrale. Cette maladie peut survenir sur n’importe quel disque. On parle de discopathie lombaire ou de discopathie cervicale selon les disques touchés.

Odile, elle, souffre à la fois de douleurs lombaires mais aussi de douleurs cervicales et sciatiques. Et ce depuis 6 ans et demi. Elle qualifie sa qualité de vie d’intolérable.
Ces douleurs sont permanentes et sont telles qu’elles empêchent Odile de marcher, de conduire, de monter ou descendre un escalier. Elles la réveillent même parfois la nuit. Il lui est également arrivé de tomber parce qu’une de ses jambes l’avait « lâchée ». A cause de ses douleurs, Odile a des difficultés à retenir ses urines et ses selles.

N’en pouvant plus, elle décide de demander un deuxième avis sur deuxiemeavis.fr pour poser peut-être un autre diagnostic et trouver des solutions pour ne plus avoir mal. Chirurgie, traitement médicamenteux … Odile est prête à tout.

Un éminent spécialiste en orthopédie et traumatologie analyse son dossier et lui répond en 7 jours.

Il confirme bien qu’Odile présente une atteinte dégénérative discale pluri-étagée du rachis cervical, dorsal et lombaire. Néanmoins, les anomalies de sa colonne restant peu sévères et somme toute assez fréquentes dans la population, elles ne peuvent expliquer l'intensité des symptômes d’Odile. Il faut donc rechercher une autre cause à l’invalidité d’Odile. Il souligne qu’une pathologie neurologique (et non pas du rachis) est évoquée par les médecins dans les comptes rendus d’examens qu’Odile a fourni. Pour ce spécialiste, il faut donc avant tout poursuivre dans cette direction.

Il évoque également la possibilité d'améliorer très partiellement certaines douleurs par des infiltrations lombaires de corticoïdes.

Pour Odile, l’espoir renaît. Elle va retourner vers son médecin pour soulager peut-être partiellement ses douleurs mais surtout pour poursuivre des investigations sur la recherche de l’origine de ses symptômes.

*Pour des raisons de confidentialité et de protection de la vie privée, nous avons changé le nom de la patiente.
Retour à la liste des articles
Catégories :
- A propos d'un deuxième avis (10)
- Associations de patients (2)
- Cancer (6)
- Partenariats (1)
- Spécialités (1)
- Télémédecine (4)
- Traitements (7)