Blog

L'histoire de Paulette, souffrant d'une fibrillation auriculaire

Par Nolwenn Degeselle le 21 septembre 2018
Cette semaine nous vous partageons l'histoire de Paulette, âgée de 77 ans, qui souffre de fibrillation auriculaire.

Paulette est une sportive, ancienne professeur d’EPS (éducation physique et sportive) de l’éducation nationale. Elle habite dans l’Est de la France.

La fibrillation auriculaire (plus précisément appelée arythmie cardiaque par fibrillation auriculaire) est un trouble du rythme du cœur. Ce trouble se traduit par une succession de contractions cardiaques rapides et désordonnées au niveau des oreillettes, entraînant un dérèglement du pouls, c'est-à-dire une arythmie. L'arythmie cardiaque par fibrillation auriculaire (ACFA) n'est pas toujours accompagnée de symptômes. Le pouls est certes irrégulier mais cela ne pose pas de problème en soi. Des palpitations peuvent être ressenties, et le rythme cardiaque est alors accéléré et irrégulier. En l'absence de complication, c'est le seul signe « visible » de l'ACFA. Néanmoins cette pathologie reste grave, car elle est responsable d’accidents vasculaires cérébraux.

L’histoire de la maladie de Paulette commence en mars 2018. Paulette, alors suivie dans le cadre d’un cancer de la parotide soigné et guéri des années plus tôt, fait un scanner thoracique. Ce scanner révèle une plaque d'athérome sur l’aorte. Le médecin décide alors de faire passer à Paulette un test à l’effort, et lui diagnostique une fibrillation auriculaire.

Paulette est surprise car, malgré son âge, elle reste sportive et pratique notamment le vélo de manière assidue et elle n’a jamais eu aucun symptôme (ce qui est fréquent pour la fibrillation auriculaire).

Mais le coeur est un sujet sensible pour Paulette car elle a hérédité de problèmes d'Hypertension Artérielle (HTA) qui ont eu des conséquences dramatiques pour certains membres de sa famille : elle surveille donc de très près son alimentation (peu de sel, peu de gras, peu de sucre) et surtout elle suit depuis 10 ans déjà un traitement pour son HTA qui lui réussit parfaitement.

C’est donc anxieuse qu’elle accueille les propos du médecin évoquant des risques d’AVC liée à sa fibrillation auriculaire. Ce dernier lui prescrit un traitement anti-coagulant, que Paulette prend (en sus de son traitement pour réguler sa tension artérielle) dans un premier temps puis qu’elle arrête car elle n’en supporte pas les effets secondaires. Son médecin traitant lui conseille alors d’aller voir un deuxième cardiologue, qui prescrit lui la prise de béta-bloquant.

Paulette est perdue, elle se sent oppressée et stressée d’autant plus plus qu’il lui arrive de ressentir des palpitations depuis l’annonce de sa Fibrillation auriculaire ... Doit-elle prendre un traitement anticoagulant ? Doit-elle prendre des bêta-bloquants ? Quels sont les effets secondaires ? Quels risques encoure-t-elle ?

Face à toutes ces questions, Paulette décide de constituer son dossier sur deuxiemeavis.fr afin de savoir quel serait le meilleur traitement dans son cas. Elle remplit son dossier médical, et télécharge les examens qui ont permis de diagnostiquer la fibrillation auriculaire. En moins de 3 jours, un médecin expert de deuxiemeavis.fr, spécialiste des troubles du rythme cardiaque, lui répond. Au regard des examens de Paulette, ce dernier se veut rassurant car en effet même s’il semble qu'une fibrillation auriculaire ait été détectée pendant l'épreuve d'effort, cette fibrillation auriculaire n’apparait pas sur les tracés électrocardiographiques transmis, ni dans le compte rendu de la scintigraphie. De plus, le reste du bilan est manifestement tout à fait rassurant puisqu'il n'y a pas de coronopathie. Certes le médecin expert confirme la présence de plaques d'athérosclérose mais elles ne paraissent pas inquiétantes.

Pour l’expert de deuxiemeavis, la première question qui se pose donc est de savoir si Paulette souffre vraiment de fibrillation auriculaire. Ce qui ne lui parait pas certain puisque les palpitations ressenties sont apparues depuis que Paulette est inquiète pour son problème et qu’il existe une part psychologique dans les aryhthmies et en particulier dans la fibrillation auriculaire. En pratique, le médecin expert de deuxiemavis.fr propose donc dans un premier temps de maintenir le traitement que Paulette suit pour son HTA, et qui est également un traitement adapté et justifiée compte tenu des plaques d'athérosclérose qui ont été retrouvées, puis dans un deuxieme temps, si Paulette continue à avoir des palpitations, de faire un holter ECG (enregistrement sur 48 heures de la fréquence cardiaque) qui permettra de voir si ses palpitations sont véritablement en rapport avec des troubles du rythme cardiaque.

Paulette est rassurée. Elle ira faire un holter ECG pour bien s’assurer qu’elle ne souffre pas vraiment de fibrillation auriculaire, et continuera son traitement habituel pour l’hypertension, puisqu’il semble efficace et très bien supporté et qu’il convient également pour traiter les plaques qui ont été retrouvées sur l’aorte. En attendant, les résultats du holter ECG, les palpitations de Paulette semblent avoir disparues ...
Retour à la liste des articles
Catégories :
- A propos d'un deuxième avis (7)
- Associations de patients (3)
- Histoires de patients (30)
- Les coulisses de deuxiemeavis.fr (5)
- Maladies et traitements (14)
- Spécialités (3)
- Télémédecine (5)