Les unités de coordination en oncogériatrie (UCOG) : l'importance d'adapter la prise en charge des personnes âgées atteintes d'un cancer

Par Nathalie Torloting le 17 mars 2016

L’oncogériatrie est le rapprochement de deux spécialités, la cancérologie et la gériatrie. Cette pratique permet de mieux affronter l’énorme défi de la prise en charge des patients âgés atteints de cancer. En effet, si tous les traitements peuvent être envisagés, ils doivent être adaptés à l’âge physiologique des patients et à leur état de santé global.

La collaboration entre les différentes spécialités impliquées dans la prise en charge des patients âgés a trois objectifs majeurs :

  • mieux adapter les traitements des patients âgés atteints de cancers, par des décisions conjointes entre gériatres et oncologues,
  • diffuser les savoir-faire en formant les professionnels de santé (médecins spécialistes, généralistes, soignants, pharmaciens),
  • et contribuer à la recherche en oncogériatrie.
L’enjeu se situe à trois niveaux :
  • Un enjeu démographique : Du fait de l’augmentation de l’espérance de vie, 50% des cancers surviennent chez les + de 65 ans, et 70% se déclarent après 75 ans.
  • Un enjeu médical : Pour une recherche et des stratégies thérapeutiques innovantes. En effet, la population âgée est encore trop souvent exclue des essais thérapeutiques, rendant difficile le développement de prises en charge adaptées qui soient authentiquement justes et démontrées.
  • Un enjeu socio-économique : Pour une nouvelle organisation au bénéfice du patient.

Pour toutes ces raisons, l’oncogériatrie est en plein essor, et progressivement, congrès internationaux, formation des futures générations, sociétés savantes et intergroupes voient le jour. En France, à la suite des appels à projets INCa/DGOS lancés depuis 2009, le déploiement national s'est achevé avec 24 unités de coordination en oncogériatrie et quatre antennes d'oncogériatrie. Ces Unités de Coordination en OncoGériatrie (UCOG) visent à promouvoir et organiser l’accès au soin pour tous les patients âgés atteints de cancer, mais aussi à former, informer et à développer la recherche.

Face au vieillissement de la population et à l’incidence croissante des différents cancers avec l’âge, l’oncogériatrie doit donc poursuivre son développement et sa structuration. Et nous vous invitons, si vous êtes confrontés à ces sujets d’oncogériatrie, à prendre contact avec l’UCOG de votre région : carte des UCOG.

 

Un médecin expert de votre maladie répond à vos questions en moins de 7 jours après analyse de votre dossier