Qualité des soins, et si c’était au patient de juger ?

Par Marion Berthon le 11 février 2019

Selon une étude de la DRESS (Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques du ministère de la Santé), plus de huit Français sur dix sont satisfaits de la qualité des soins dispensés par leurs médecins. Sur quels critères cette qualité est-elle évaluée ? Et si c’était aux personnes malades de se prononcer ?


Pour l’Organisation mondiale de la santé (OMS), la qualité des soins se définit comme « une démarche qui doit permettre de garantir à chaque patient la combinaison d’actes diagnostiques et thérapeutiques qui lui assurera le meilleur résultat en terme de santé, conformément à l’état actuel de la science médicale, au meilleur coût pour un même résultat, au moindre risque iatrogène et pour sa plus grande satisfaction en termes de procédures, de résultats et de contacts humains à l’intérieur du système de soins ». C’est en se fondant sur ces critères multiples qu’est aujourd’hui évaluée la qualité de la prise en charge à l’hôpital. Tous les quatre ans, les établissements de santé sont ainsi soumis par la Haute Autorité de santé (HAS) à une évaluation externe du niveau des soins qu’ils délivrent, appelée certification. Une évaluation qui n’existe à ce jour pas encore pour la médecine de ville.

Les malades globalement satisfaits de la qualité de la prise en charge à l’hôpital


Depuis 2013, la HAS propose aux patients de renseigner un questionnaire de satisfaction en ligne sur la qualité et la sécurité des soins. En 2018, la note de satisfaction globale pour les patients  hospitalisés plus de 48 heures en médecine, chirurgie et obstétrique est de 73,3 sur 100 et celle des patients pris en charge en chirurgie ambulatoire de 76,4 sur 100. L’étude pointe cependant l’anxiété ressentie par les patients à l’hôpital et les difficultés d’organisation de la sortie et du retour à domicile. Des résultats encourageants pour ce sondage auquel on pourrait néanmoins reprocher le faible taux de couverture (seuls 15 à 16 % des patients ont reçu le questionnaire) et la lacune de questionnement sur l’efficacité des soins à proprement parler.  

Peut-on choisir un hôpital ou un médecin selon des indicateurs qualité ?


Très développée dans de nombreux pays, la notation des établissements de santé connaît un engouement certain ces dernières années en France. Avant une hospitalisation, vous pouvez comparer le niveau de qualité de tous les hôpitaux et cliniques selon les indicateurs de qualité et de sécurité de soins (IQSS) développés par les professionnels de santé, les usagers et la HAS sur le site Internet www.scopesante.fr. De nombreux sites privés présentent également des comparatifs d’établissements, fondés sur des indicateurs qualité et des avis d’internautes. Quant aux notes et commentaires sur les médecins qui fleurissent sur Internet, ils ne répondent à ce jour à aucun critère qualité rigoureux et leur bénéfice pour le patient n’est pas avéré.

Et si c’était aux personnes malades de juger ?


Un des chantiers prioritaires du Plan santé 2022 porté par la ministre de la Santé consiste au renforcement de la qualité des soins et de la pertinence des actes : « Nous évoluons en terme de démocratie sanitaire. Aujourd’hui les patients sont représentés dans les hôpitaux et nous souhaitons qu’ils soient de plus en plus acteurs de l’évaluation de ce qui leur est fait comme soins », s’engage Agnès Buzyn. Et si le fin mot de l’évaluation de la qualité des établissements de santé revenait aux patients ? Et si la rémunération des établissements n’était plus conditionnée au volume d’activité, comme c’est le cas aujourd’hui avec la T2A, mais à la qualité des soins ?

Un médecin expert de votre maladie répond à vos questions en moins de 7 jours après analyse de votre dossier