L’histoire de Jean, 32 ans, atteint d’un prolapsus du rectum

Par Quiterie Bonnome le 6 septembre 2019
témoignage prolapsus du rectum
C’est à l’âge de 32 ans que Jean*, atteint d’autisme, a été diagnostiqué souffrant d’un prolapsus du rectum. Il souffrait depuis quelques temps de douleurs au rectum lors du passage à la selle. Les crises survenaient de manière irrégulières et étaient de plus en plus longues et difficiles à arrêter. Sa dernière crise a duré 50 minutes, malgré plusieurs tentatives vaines pour la faire cesser au plus vite (stimulations, eau froide). Il a finalement fallu "forcer" pour remettre le prolapsus du rectum en place. De plus, il souffrait également de la gêne occasionnée par des hémorroïdes internes. Jean ne parlant pas, il ne peut expliquer la douleur qu’il ressent. Sa mère, Marianne, souhaiterait donc comprendre et aider son fils au mieux. 

Le prolapsus du rectum : c’est quoi ?

Tout d’abord, il faut savoir que le rectum se situe avant l’anus et le canal anal. Un prolapsus du rectum se produit lorsqu'une partie ou l’ensemble de la paroi du rectum sort par l’anus. Peu fréquent, le prolapsus rectal est plus souvent constaté chez la femme que chez l’homme. 

Quels sont les symptômes d’un prolapsus du rectum ? 

Les symptômes sont variés. Constipation, saignements, incontinence fécale, sensation de corps étranger, douleurs dans le bas du ventre (phénomène qui s’amplifie lors du passage à la selle), fausse envie d’aller aux toilettes, sensation d’humidité avec eczéma et démangeaisons anales, extériorisation de la paroi du rectum de manière temporaire ou permanente et sensation de gêne et de poids au fond de l’anus

Un deuxième avis sécurisant

Face aux réalités de la maladie de son fils, Marianne se pose beaucoup de questions. Elle décide de faire une demande sur deuxiemeavis.fr. Elle a rempli un questionnaire spécifique à la maladie de Jean, envoyé tous les documents médicaux nécessaires et choisit son expert. 7 jours plus tard, ils ont reçu l’avis d’un professeur spécialisé en chirurgie viscérale et digestive. Grâce à sa mutuelle, l’avis a été 100% pris en charge.

Tout d’abord, le professeur confirme le diagnostic de prolapsus du rectum et déduit, au vu des résultats de la coloscopie, la récurrence des crises.  

Il expose ensuite le risque rare mais non nul, du phénomène d'ischémie (comme l'infarctus du myocarde pour le cœur) entraînant la nécrose du rectum qui nécessiterait une opération d’urgence pour enlever le rectum qui ne serait plus viable.

L’expert donne ensuite des conseils en cas de crise. Il indique qu’en cas de prolapsus du rectum, il faut agir dès que possible avant que l’œdème ne commence à faire gonfler les tissus. La compression  de manière homogène permet au prolapsus de se vider au maximum de son œdème. Le médecin expert conseille de se rendre aux urgences si cela ne fonctionne pas.

A défaut de pouvoir proposer un traitement non-chirurgical pour solutionner le problème, le médecin expert oriente Marianne et Jean vers une chirurgie. Ils ont deux options : les techniques par voie basse (sans anesthésie générale mais moins efficace) ou par voie abdominale (1h30 d’anesthésie générale mais plus efficace). Il leur recommande alors la deuxième option. 


Nous lui souhaitons bon courage pour la suite de son parcours ! 


Si vous vous retrouvez dans l’histoire de Jean, tout comme lui, demandez un deuxième avis sur votre maladie.

*Pour des raisons de confidentialité et de protection de la vie privée, le nom des personnes a été changé

Un médecin expert de votre maladie répond à vos questions en moins de 7 jours après analyse de votre dossier