Comment adapter son poste de travail à son problème orthopédique ?

Par Philippine Picault le 15 juin 2020
adapter poste de travail problème orthopédique
Il n’est parfois pas facile de concilier la vie au travail avec ses problèmes de santé. Si certains éprouvent des difficultés à assurer leur emploi comme ils le faisaient avant la maladie, aménager et adapter les conditions de travail peut être une solution.



Quels aménagements de poste peut-on demander ?

La restriction d’activité engendrée notamment par un problème orthopédique peut concerner la mobilité ou la quantité de travail à fournir, sa durée ou son intensité.
Pour certains, l’aménagement de poste consistera en une réorganisation mineure de leur poste de travail comme la mise à disposition d’un siège réglable, ou d’une place de parking proche de l’entrée. Pour d’autres, l’aménagement de poste nécessitera une réorganisation plus profonde, comme une répartition différente des tâches entre les salariés.
Vos horaires peuvent également être modifiés. Si vous utilisez les transports en commun, la mise en place d’horaires décalés peut être envisagée afin de voyager en dehors des périodes de fortes affluences.
Dans tous les cas, le télétravail pourra être sollicité pour limiter le temps de transport et faciliter la prise de pauses adaptées.
En plus de la gêne physique, la souffrance peut aussi altérer votre concentration et vos performances. Bien qu’il puisse s’avérer difficile de renoncer à votre activité, une reconversion professionnelle pourra s’imposer dans certains cas avec un reclassement sur un autre poste de travail.
Pour les atteintes ponctuelles telles qu’une fracture de l’épaule, fracture de la cheville ou fracture de la main, un aménagement temporaire pourra également être préconisé le temps de la reprise complète de votre activité.
Si malgré tout, il ne vous est plus possible de travailler à temps plein, il pourra être préconisé un passage à temps partiel par la mise en place d’un mi-temps thérapeutique ou une demande d’invalidité.



Aménagements de poste : exemples concrets en cas de problèmes orthopédiques

Les maladies des os, des articulations et des muscles sont très diverses et l’aménagement du poste de travail doit donc être adapté au cas par cas.
Les douleurs liées à l’arthrose indépendamment de sa localisation (arthrose cervicale, arthrose de l’épaule ou encore arthrose de l’arrière-pied), peuvent entraver les activités professionnelles. La gêne physique peut être atténuée par l’arrêt ou la réduction des tâches manuelles répétées, la modification des horaires pour arriver plus tard au travail afin de limiter l’impact de l’enraidissement matinal des articulations, l’utilisation de chariots élévateurs en cas de port de charges lourdes, etc.
Pour certaines maladies rhumatologiques, il pourra être nécessaire de prendre en compte, outre la tension directe sur la zone atteinte, les éventuelles vibrations et chocs, variations de température, etc.
Les problèmes de dos (arthrose lombaire, camptocormie, canal cervical étroit, cruralgie ou cyphose...) peuvent nécessiter la mise en place d’équipements de travail réglables afin de pouvoir ajuster le siège, la table, les écrans et autres équipements à vos mesures. Si vous devez rester debout pendant une longue période, il peut être prévu la mise en place d’assis-debout ergonomique, de chaussures plates avec semelles orthopédiques, de tapis de sol et de pauses fréquentes en position couchée ou assise.



Comment demander un aménagement de poste ?

L’interlocuteur incontournable est le médecin du travail. Si vous sollicitez un entretien, la visite ne pourra pas vous être refusée par votre employeur. Il est vivement recommandé d’apporter un courrier de votre médecin traitant ou d’un spécialiste, en particulier lorsqu’il s’agit d’une maladie invisible. Le service deuxiemeavis.fr peut par exemple vous apporter un deuxième avis médical écrit et détaillé vous permettant de mieux expliquer votre maladie et vous aidant à identifier les aménagements à proposer à votre l'employeur.
Par la suite, c’est le médecin du travail, tenu au secret médical, qui adressera, avec votre accord, des préconisations à votre employeur afin d’adapter votre travail.



SOURCES :
  • FIPHFP
    http://www.fiphfp.fr/
  • Code du travail
    Article L4621-1
  • La mutuelle générale
    https://www.lamutuellegenerale.fr/
  • Ministère du travail, Santé au travail
    https://travail-emploi.gouv.fr/sante-au-travail/

Un médecin expert de votre maladie répond à vos questions en moins de 7 jours après analyse de votre dossier