endométriose et adénomyose
Témoignages

Le témoignage de Sarah, 22 ans, souffrant d’endométriose et d’adénomyose

"Mes premières règles sont apparues vers 12 ans. Depuis lors, tous les mois, c’est le même scénario. Pendant sept jours, je vis au rythme des symptômes : des douleurs très violentes au ventre, au point de vomir et de m’évanouir, des saignements extrêmement abondants. A cela, s’ajoutent des problèmes digestifs, des ballonnements. Régulièrement, je dois manquer l’école. Bien sûr, autour de moi, personne ne connaît l’endométriose. On me dit que c’est normal, que les règles sont douloureuses et je le crois ! Un jour, lors d’une énième crise, la douleur est telle que je suis envoyée aux urgences. On me prescrit des antihémorragiques, car je saigne énormément, et de la morphine pour atténuer la douleur. Une échographie plus tard, au moment d’établir un diagnostic, on m’annonce que je suis constipée."

 

Depuis une décennie, Sarah, 22 ans, souffre d’endométriose et d’adénomyose. Chaque mois, quand surviennent ses règles, elle éprouve des douleurs d’une extrême intensité. Les médecins qu’elle consulte lui disent que c’est normal : les règles sont un phénomène douloureux. Après des années d’errance médicale, elle a contacté deuxiemeavis.fr. Aujourd’hui, elle témoigne.

 

"A chaque consultation, on me dit qu’avoir ses règles, c’est douloureux ! "

 

La première gynécologue que je consulte déclare simplement que les règles sont un phénomène douloureux. Puis elle me prescrit la pilule, dans l’espoir de réduire la douleur et les saignements. Au fond de moi, je m’interroge. J’ai mal à en mourir. Est-ce vraiment normal de souffrir à ce point ? Mais au-delà de la souffrance, c’est toute ma vie sociale qui est impactée. J’ai alors 14 ans.

 

Plusieurs années passent, pendant lesquelles je suis le traitement qu’on m’a prescrit. Même si je saigne moins, la pilule n’empêche pas les crises. Par ailleurs, elle ne me correspond plus. Elle me donne des migraines et me fatigue. Lorsque j’annonce à ma nouvelle gynécologue que je souhaite arrêter, elle me répond le mantra habituel : "les règles sont douloureuses". Elle ajoute que l’endométriose est un sujet à la mode, que l’on évoque à tout bout de champ. Je n’avais même pas prononcé le nom cette maladie !

 

"Des avis contradictoires qui me font perdre confiance"

 

Échaudée, ayant perdu confiance dans les gynécologues, je décide de consulter une sage-femme. Celle-ci, bienveillante, m’enjoint de faire une échographie ainsi qu’une IRM pelvienne. Pour elle, la suspicion d’endométriose est forte. Sur le compte-rendu, l’échographie révèle une petite adhérence en vue du cul-de-sac vésico-utérin. Quant à l’IRM, elle fait état de microkystes dans l’utérus pouvant être une adénomyose. Il y a donc bien quelque chose ! Pourtant, à la lecture des comptes-rendus, le gynécologue m’annonce que je n’ai rien. Pour les règles, la pilule devrait convenir. Et pour la douleur, il suffit d’augmenter la dose d’antalgiques. Paradoxalement, il m’annonce que mes symptômes sont trop importants et que je devrais consulter un spécialiste. Face à son discours contradictoire, condescendant et culpabilisant, je sors décomposée du rendez-vous. Je voudrais tellement qu’on éprouve de l’empathie face à ma situation ! J’ai envie de tout abandonner.

 

L’endométriose : une maladie difficile à détecter 

 

Depuis le début de mon errance médicale, j’ai le sentiment que les médecins que je rencontre ne connaissent rien à l’endométriose. N’étant pas des spécialistes de la maladie, ils ne sont pas en mesure de lire correctement les comptes-rendus d’examen. Quant à moi, j’ai constamment l’impression de ne pas être prise au sérieux.

Pendant toutes ces années d’errance, j’ai toutefois eu le temps de m’informer sur l’endométriose. J’ai regardé des vidéos sur Internet, des témoignages sur les réseaux sociaux. Je me suis alors souvenue d’un témoignage diffusé sur Tik Tok. Une jeune femme y raconte son expérience chez deuxièmeavis.fr. Son histoire résonne en moi et je décide de me renseigner davantage sur cette plateforme.

 

Prendre l’avis d’un médecin expert, pour que cesse l’errance médicale

 

Parmi les experts de l’endométriose proposés sur le site, je découvre le nom d’Erick Petit. Pour avoir beaucoup lu sur le sujet, je sais que le Dr Petit est un spécialiste de cette maladie. Lire son nom dans la liste des experts proposés par la plateforme achève de me convaincre. C’est à lui que je veux soumettre mon cas, car j’ai confiance en son jugement.

L’inscription est rapide. Je choisis le spécialiste de l’endométriose à qui je souhaite envoyer mon dossier. Puis je remplis un questionnaire détaillé et précis. Enfin, je télécharge les documents de mon dossier médical, à commencer par les images de l’IRM. Sept jours plus tard, je reçois un avis détaillé du docteur Erick Petit par mail. Je n’en crois pas mes yeux !

 

Le rapport que je reçois est très complet. Plus de trois pages détaillées posent un diagnostic clair et précis : je souffre d’une endométriose profonde (mais pas sévère) et d’une adénomyose. L’origine de chaque symptôme est clairement expliquée. Mieux : je comprends qu’il n’y a pas de lien entre l’intensité de la douleur et la sévérité de la maladie. Le docteur Petit me rassure également sur l’état de mes ovaires et donc sur ma fertilité. Enfin, il me parle de traitements à envisager. Pour la première fois, je vois une lueur d’espoir. Psychologiquement, je ressens un bien fou !

 

Désormais, j’ai la confirmation que je ne suis pas folle, et surtout, je sais ce que je dois faire : entreprendre un traitement adapté, m’adresser à des associations, récolter des noms de spécialistes... Une chose est certaine : on n’appréhende pas la douleur de la même manière lorsqu’on sait de quoi on souffre.

 

"Aux jeunes filles en souffrance, je leur conseille de ne pas baisser les bras" 

 

Lorsque je vois des femmes ou des jeunes filles qui sont en souffrance, je leur conseille de ne pas abandonner. Il y a trop de femmes que l’on conditionne à souffrir en silence. Mais les règles ne sont pas censées faire mal à ce point ! Par ailleurs, personne n’a le droit de déterminer à notre place si on souffre ou pas. Nous sommes les mieux placées pour connaître notre corps. Aujourd’hui, c’est vraiment de bon cœur que j’encourage les filles que je rencontre à demander l’avis d’un médecin expert.

 

Si vous vous retrouvez dans l’histoire de Sarah, tout comme elle, demandez un deuxième avis sur votre maladie.

Par Elisabeth Godot - Publication le 07/10/2022

Actualisé le 10/10/2022

Catégories
Vous avez aimé cet article ?
N’hésitez pas à le partager !

Découvrez nos webinaires

handicap et troubles du comportement
Webinaire
Handicap & troubles du comportement. Comment aider les patients et leur famille?
Jeudi 1 décembre de 18h à 19h
Ça m’intéresse
Vous avez manqué un webinaire ?
Ils sont tous disponibles en replay !
Voir tous nos webinaires
Grâce à votre contrat santé ou prévoyance, obtenez l’avis d’un médecin référent de votre problème de santé en moins de 7 jours, gratuitement et sans avance de frais
Etape 1
1. Inscription
Créez un compte et récupérez votre dossier médical en parallèle
Je commence
Tous les articles : Témoignages
paralysie faciale

L'histoire de Lise, 63 ans, souffrant d'une paralysie faciale

Il y a 15 ans, lors d'un voyage a l'étranger, Lise* est victime d'un grave accident de la route qui l'a laisse dans le coma pendant plus de trois semaines. Rapatriée en France en urgence, elle souffre...

Lire la suite, 2 min de lecture

Par Olivia Derrien le 25/11/2022

tumeur à cellules géantes du radius

L'histoire de François, 64 ans, souffant d'une tumeur à cellules géantes du radius

Deux avis médicaux divergents quant au traitement à entreprendre   Il y a un an, François* décide de consulter son médecin car il a des douleurs et une gêne importante au niveau de son poignet droit....

Lire la suite, 2 min de lecture

Par Olivia Derrien le 18/11/2022

douleurs sciatiques

L'histoire d'Alice, 65 ans, souffrant de douleurs sciatiques

Depuis 8 ans, Alice* souffre du dos en continu et jusque là aucun traitement n'a pu la soulager. On lui propose aujourd'hui une opération du dos mais cette idée lui fait très peur.   Le kyste lombaire...

Lire la suite, 2 min de lecture

Par Olivia Derrien le 11/11/2022

Plus d'articles
Pour aller plus loin…

Je découvre les médecins référencés

Je m’informe sur la prise en charge

Je m’informe sur la protection de mes données

Vous avez d’autres questions ? Consulter notre F.A.Q
Je souhaite l'avis d'un expert
Logo de deuxiemeavis.fr

Un service patient
est là pour vous accompagner

Un service patient est là pour vous accompagner

Du lundi au vendredi de 9h à 18h

01 81 80 00 48

Appel non surtaxé

Par messageF.A.Q

Appel non surtaxé

Service
Le deuxième avis Les médecins référencés Les maladies La prise en charge Témoignages Blog
Mentions légales Politique de confidentialité C.G.S

Copyright © Carians 2022, Tous droits réservés - Carians - Deuxiemeavis.fr - 1 boulevard Pasteur 75015 Paris

Rejoignez-nous !