Maladie grave : choisir le bon parcours de soins

Par Marion Berthon le 29 avril 2019
Parcours de soins maladie grave
Passé le choc de l’annonce d’une maladie grave, mieux vaut ne pas perdre de temps. Voici les trois étapes à suivre pour ne pas s’égarer dans les méandres du parcours de soins et bénéficier de la meilleure prise en charge possible.


Aménagé par la loi du 13 août 2004 relative à l'Assurance maladie, le parcours de soins français est constitué d’étapes bien balisées. Dans un objectif de rationalisation des soins, il met au centre du cheminement médical le médecin traitant qui se voit confier le rôle de référent et de coordonnateur des soins. Quand survient une maladie grave, c’est lui qui vous oriente vers le ou les médecins spécialistes qui vous accompagneront pendant votre maladie.


Etape 1 : consultez votre médecin traitant

Le parcours de soins débute par une visite chez votre médecin traitant. Après examen clinique, celui-ci vous fera part d’une forte suspicion ou d’un diagnostic concernant la pathologie dont vous êtes atteint, puis vous orientera vers un spécialiste en ville ou à l’hôpital qui pourra affiner le diagnostic et mettre en place le traitement.


Etape 2 : consultez un spécialiste

Le rôle du médecin spécialiste est de réaliser les examens nécessaires, de poser ou d’affiner le diagnostic et de proposer le traitement médical qui sera mis en place. A l’hôpital, les cas de patients atteints de cancers sont discutés par un collège de spécialistes lors de réunions de concertation pluridisciplinaire (RCP) qui permettent de mettre en place de concert la stratégie thérapeutique à appliquer.


Etape 3 : demandez un deuxième avis

Si votre situation médicale est complexe, votre médecin traitant ou le spécialiste que vous avez consulté en première instance pourront vous recommander de prendre un deuxième avis auprès d’un hyper-spécialiste. Dans un contexte d’évolution constante de la recherche, des pratiques médicales et des équipements, les hyper-spécialistes proposent des consultations dédiées à un domaine bien précis au sein de structures de référence. Si cela ne vous a pas été proposé et que vous estimez qu’il est dans votre intérêt de bénéficier d’un deuxième avis, n’hésitez pas à demander à votre médecin de vous orienter vers un de ses confrères. Pour les pathologies graves, les instances sanitaires recommandent le recours au deuxième avis pour avoir connaissance des différentes options thérapeutiques. Le plan cancer 2014-2019 rappelle ainsi que « Chaque patient doit pouvoir facilement, et sans que cela n’ait d’impact sur ses relations avec l’équipe qui le prend en charge, recueillir un second avis spécialisé concernant la prise en charge de son cancer et les différentes options de traitement qui peuvent être proposées dans son cas. L’équipe assurant la coordination de la prise en charge doit permettre la mise à la disposition de l’ensemble des éléments de son dossier médical nécessaires à ce second avis, et orienter le patient si c’est son souhait vers un médecin dont le champ de compétence correspond à sa pathologie. »


S’inscrire dans le parcours de soins coordonnés, c’est s’assurer un suivi médical de qualité, mais c’est aussi être mieux remboursé par l’Assurance maladie. Si vous avez déclaré votre médecin traitant et que vous consultez un spécialiste sur prescription de celui-ci, vous serez remboursé à hauteur de 70 % du tarif de la consultation. Si ce n’est pas le cas, vous serez remboursé uniquement sur la base de 30 % du tarif de la consultation. Pour en savoir plus sur les honoraires de soins en ville et à l’hôpital, nous vous invitons à lire les articles « Consultations médicales en villes : combien vais-je payer ? » et « Suivi médical à l’hôpital : est-ce gratuit ? ».

Un médecin expert de votre maladie répond à vos questions en moins de 7 jours après analyse de votre dossier