L’infiltration en 5 questions

Par Mathilde Lamolinerie le 24 février 2020
infiltration orthopedie
L’infiltration, traitement très courant pour les problèmes orthopédiques, est souvent un moment stressant pour les patients. Comment se déroule-t-elle ? Est-elle douloureuse ? Quels sont les risques d’une infiltration ? En lisant cet article, vous saurez tout sur l’infiltration et pourrez aller à votre rendez-vous en toute sérénité !


Qu’est ce que l’infiltration ?

Infiltration du dos, infiltration du genou, en cas de sciatique, d’arthrose ou d’hernie discale : l’infiltration est une pratique courante.

L’infiltration est en fait une façon d’administrer un traitement sous forme d’injection locale

Elle vise à diminuer une inflammation et les sensations de douleurs qui en découlent. Ce procédé est utilisé pour traiter les articulations (genou, hanche, épaule, main…) mais aussi autour des tendons ou au niveau de la colonne vertébrale (pour une lombalgie). 

Elle est envisagée quand les autres traitements comme la kinésithérapie ou les médicaments antalgiques n’ont pas fonctionné. La chirurgie peut, quant à elle, être utilisée en dernier recours.

Plusieurs types de produits peuvent être injectés : le plus souvent des dérivés de cortisone (anti-inflammatoires), parfois un anesthésique local (mélangé ou pas au corticoïde) ou un produit de visco-supplémentation (acide hyaluronique par exemple pour les arthroses du genou).


Infiltration, comment ça marche ?  

Trois types d’infiltrations existent. L’injection à l’intérieur de l’articulation (dite infiltration intra-articulaire) principalement pour des cas d’arthrose ou d’arthrite. L’injection autour de l’articulation (dite infiltration péri-articulaire), plutôt dans les cas de tendinite, ou kyste. Et enfin l’injection intra-canalaire, dans un détroit dans lequel passe un nerf irrité, tel le canal carpien

Les rhumatologues sont experts de la pratique des infiltrations

Pour injecter un produit dans une articulation, il faut souvent effectuer une ponction, puis le produit traitant est introduit par le biais d’une fine aiguille. Cela peut se faire sous repères anatomiques (c’est-à-dire en touchant votre articulation). En l’absence d’une visibilité suffisante des repères anatomiques, le geste sera échoguidé (échographie ou radiographie). 

Si la pose de l’aiguille est faite avec précaution, l’infiltration sera indolore. Mais il peut arriver que survienne une douleur dans l’articulation après l’acte médical. Une anesthésie locale est réalisée pour des gestes considérés comme techniques, ou selon votre degré de sensibilité à la douleur


Infiltration, que faire avant et après ?

En amont de votre infiltration, pensez à lister les différentes questions que vous vous posez. Un patient bien informé est généralement plus rassuré et plus détendu lors du geste technique. Posez notamment des questions sur les effets secondaires de l’infiltration et sur la conduite à tenir : qui contacter ? à partir de quel moment ?

Lors du rendez-vous avec votre rhumatologue, il est important de préciser vos allergies et vos antécédents médicaux (diabète, hypertension artérielle ou maladie cardio-vasculaire, maladie infectieuse, fièvre, infection cutanée, ulcère…), de même que les traitements que vous suivez (traitement anticoagulant ou fluidifiant du sang...). Il faut également indiqué si vous êtes enceinte.

Un repos des articulations d’environ 48h est généralement requis après l’infiltration. Pour une infiltration des membres inférieurs, un arrêt de travail peut aussi être proposé. Pour les sportifs, un repos relatif pendant 15 jours après l’infiltration est souhaitable et il n’est pas recommandé d’infiltrer avant une compétition.

Après l’infiltration, le patient peut parfois ressentir des effets secondaires (flush - c’est-à-dire des rougeurs au visage, sensation de chaleur, maux de tête, réaction allergique …) ou une aggravation des douleurs, de la fièvre… . Dans ce cas, il ne faut pas hésiter à contacter son médecin


Combien d’infiltrations peut-on faire ?

Il est recommandé de ne pas dépasser 3 infiltrations par localisation et par an. Il faut par ailleurs attendre 3 à 6 semaines entre chaque infiltration.

Si une ou 2 infiltrations n’ont pas d’effet, il est indiqué de ne pas les renouveler.


Quels résultats attendre de l’infiltration ?

L’infiltration fait en général effet sous 2 jours (1 à 7 jours) et a une durée d’efficacité de 1 à 2 mois.

Les résultats sont souvent fortement perceptibles sur l’inflammation de l’articulation et sur la douleur ressentie. Les risques sont, quant à eux, généralement passagers, bénins et très rares (de 1 cas /40 000 à 1 cas /70 000), l’infection au niveau de la zone d’injection étant le risque le plus sérieux. 


Vous vous demandez si une infiltration serait possible dans votre cas ? Un deuxième avis médical peut vous permettre de vérifier cela. N’hésitez pas à en parler à votre médecin !



SOURCES : 
  • Société française de chirurgie orthopédique et traumatologique
  • Info Rhumato, Informations sur les infiltrations et les autres gestes interventionnels inforhumato.com
    (élaboré par un groupe de spécialistes et experts des infiltrations ostéo-articulaires, la SIRIS, la Section Imagerie et Rhumatologie Interventionnelle de la Société française de rhumatologie.) 
  • Hôpitaux Universitaires de Genève (HUG)

Un médecin expert de votre maladie répond à vos questions en moins de 7 jours après analyse de votre dossier