Découvrir les médecins référencés

icône de la maladie "Sciatique"Sciatique

1|

Qu'est-ce qu'une sciatique ?

La sciatique est liée à un dysfonctionnement du nerf du même nom. Ce nerf est composé de la réunion de 2 racines nerveuses appelées L5 (cinquième racine lombaire) et S1 (première racine sacrée). La sciatique est principalement représentée par une douleur (sciatalgie) souvent vive d’un (rarement des deux) membre(s) inférieur(s) sur le trajet innervé par le nerf sciatique.  Elle est souvent associée à des lombalgies (douleurs en regard des vertèbres et disques lombaires encore appelé « tour de reins »). On parle ainsi de lombosciatique. Sa principale cause est la hernie discale : un disque lombaire (soit celui entre la quatrième et cinquième vertèbre lombaire, appelé L4L5, soit celui entre la cinquième vertèbre lombaire et le sacrum appelé L5S1) se déforme et fait une saillie dans le canal où passent les racines du nerf sciatique et entre en conflit avec l’une des deux (L5 ou S1).

Certaines formes d’arthrose lombaire où ce canal se bouche par des excroissances osseuses (becs de perroquet), une déformation de la colonne vertébrale (spondylolisthésis), ou une lésions traumatique (tassement ou fracture de vertèbres) peuvent aussi en être à l’origine. Aux douleurs peuvent s’associer une perturbation de la sensibilité (fourmillements, anesthésie) ou de la motricité (perte partielle ou complète de la force des muscles innervés par le nerf sciatique).

2|

Quel est l'intérêt d'un deuxième avis pour une sciatique ?

Pourquoi demander un deuxième avis ?

L’intérêt du deuxième avis dans le cas d’une sciatique est :

  • De confirmer le diagnostic,
  • De préciser la cause probable de la douleur,
  • D’avoir un autre point de vue pour faire le point sur les différentes prises en charges médicales car elle sont très nombreuses et chaque spécialiste a logiquement tendance à avoir recours aux techniques de sa discipline,
  • De programmer au bon moment le recours à un nouveau traitement en fonction de l’efficacité de celui en cours et du délais d’évolution des symptômes,
  • De donner des conseils d’hygiène de vie pour limiter la phase douloureuse et éviter la chronicisation de la douleur et / ou sa récurrence,
  • D’éviter, autant que faire se peut de recourir à un acte chirurgical trop précocement, mais aussi parfois le précipiter à bon escient en cas d’exceptionnelle urgence.

Quelles sont les questions les plus fréquemment posées ?

  • Quelle est l’origine de ma sciatique ?
  • Combien de temps dure une sciatique ? 
  • Est-ce que la douleur peut passer toute seule ?
  • L’opération est-elle nécessaire ? 
  • Quelles sont les complications possibles de la sciatique mais aussi de son traitement ?
  • Quelles sont les précautions à prendre dans ma vie quotidienne ? 
  • Quel suivi sera nécessaire après traitement ?


Mais aussi toutes les autres questions spécifiques que vous vous posez.

3|

Quels sont les spécialistes d'une sciatique ?

Dans le cas d’une sciatique, il faut d’abord consulter votre médecin généraliste, puis, si besoin, un rhumatologue puis parfois un chirurgien (orthopédiste ou neurochirurgien spécialiste du rachis). 

4|

Quels sont les symptômes d'une sciatique ?

La douleur varie et se manifeste de façon différente selon les cas et les patients. Un engourdissement du membre inférieur et/ou une faiblesse musculaire voire une paralysie de certains muscles innervés par le nerf sciatique peuvent s’y associer. Généralement, la douleur est ressentie d’un seul côté. Elle peut frapper de façon inattendue et est parfois paralysante. 

Les douleurs lombaires et sciatiques peuvent être amplifiées par certaines positions (en particulier assises), lors de la défécation ou de la toux. Il existe des cas de sciatiques dites hyperalgiques qui correspondent à une douleur aiguë rendant impossible toute activité comme se lever ou marcher.

5|

Comment diagnostiquer une sciatique ?

Généralement, les signes cliniques de la sciatique sont suffisants pour poser le diagnostic. L’examen clinique doit rechercher des manœuvres provocatrices de la douleur, analyser la qualité de la sensibilité, de la force musculaire, et vérifier la présence des réflexes neurologiques(dits ostéotendineux). Des examens complémentaires (radiographies standard, scanner ou IRMImagerie par Résonance Magnétique) sont le plus souvent prescrits dans les formes compliquées, chroniques ou résistantes au traitement. 

6|

Comment soigner une sciatique ?

La prise en charge diffère selon le patient et  selon le type, l’intensité et la durée d’évolution de la sciatique. Cependant, un traitement médical permet de guérir la très grande majorité des patients (80% des hernies discales disparaissent spontanément en quelques mois sans intervention chirurgicale). En cas d’inefficacité du traitement par antalgiques, anti-inflammatoires et rééducationune ou plusieurs infiltrations épidurales de corticoïdes permet le plus souvent d’améliorer suffisamment les douleurs pour retrouver une vie normale. Des traitements appelés neurotropes (qui régulent le dysfonctionnement du tissu nerveux irrité) peuvent aussi être prescrits. 

L’effet du repos reste très discuté mais il est certain qu’il ne faut pas rester à rien faire dès que la douleur l’autorise : il faut continuer à bouger. L’utilisation d’une ceinture lombaire ne semble pas avoir d’intérêt sur la douleur sciatique. L’intervention chirurgicale n’est envisagée qu’après échec des traitements médicaux sauf en cas d’urgences constitués des sciatiques paralysantes ou des exceptionnels « syndromes de la queue de cheval » (défaut de contrôle des sphincters et du périné lié à un dysfonctionnement associé des dernières racines sacrées). Certaines sciatiques hyperalgiques (c’est à dire très douloureuses) sont également opérées rapidement du fait de l’intensité intolérable de la douleur malgré les morphiniques et les corticoïdes.

La cause la plus fréquente de la lombosciatique étant la hernie discale, l’intervention consiste alors en l’ablation de cette dernière. Elle est aujourd’hui de plus en plus pratiquée par techniques endoscopiques mini-invasives, afin de limiter les dégâts collatéraux de l’intervention. La durée de l’hospitalisation varie en moyenne de 1 à 3 jours mais les techniques mini-invasives autorisent de plus en plus la chirurgie en ambulatoire.  L’intervention améliore presque toujours très rapidement la douleur. En revanche, des douleurs lombaires peuvent persister du fait de la maladie discale originale, qui a favorisé la survenue de la hernie (le disque déshydraté se déforme anormalement et se déchire plus facilement, d’où le risque de récidive de hernie qui survient très rarement sur un disque sain). 

L’activité physique améliore le tonus musculaire et contribue à prévenir les récidives de sciatique à condition de respecter quelques règles : un échauffement avant l’effort, une activité et un équipement adapté aux capacités du patient idéalement encadré par un professionnel garant d’une maîtrise des gestes techniques. Il est aussi fondamental d’éviter toute surcharge pondérale (qui augmente la pression sur les disques), d’éliminer toute intoxication tabagique (qui déshydrate les disques) et d’adopter les bonnes positions (en particulier devant un ordinateur) dans les gestes du quotidien.

Mise à jour le 06/12/2023 Revue par le Professeur Jérôme Allain

Vous avez aimé cet article ?
N’hésitez pas à le partager !

Obtenez l’avis d’un médecin spécialisé de votre problème de santé en moins de 7 jours

En savoir plus...Je commence une demande

Voici l’un des médecins référencés pour cette maladie

Photo de Jérôme Allain
Pr Jérôme Allain

Chirurgien orthopédiste

Clinique Geoffroy Saint-Hilaire (Ramsay)

Photo de Aymeric Amelot
Dr Aymeric Amelot

Neurochirurgien

CHRU Tours - Hôpital de Bretonneau

Je découvre tous les médecins référencés
Grâce à votre contrat santé ou prévoyance, obtenez l’avis d’un médecin référent de votre problème de santé en moins de 7 jours, gratuitement et sans avance de frais
Etape 1
1. Inscription
Créez un compte et récupérez votre dossier médical en parallèle
Je commence

Nos patients témoignent

L'histoire d'Alice, 65 ans, souffrant de douleurs sciatiques

Témoignages

L'histoire d'Alice, 65 ans, souffrant de douleurs sciatiques

Par Olivia Derrien le 11/11/2022

Site parfait pour prendre une décision médicale en toute Indépendance. Réponse rapide et professionnelle. Je recommande

Fred

Très bon accueil, très bonne écoute, les conseils donnés ont ouvert des possibilités de prise en charge intéressantes, merci beaucoup.

Denis

Je consulte d'autres témoignages
Découvrez nos conseils santé sur notre blog chaque semaine
Qu'est-ce qu'un chirurgien orthopédiste ?

Spécialistes

Qu'est-ce qu'un chirurgien orthopédiste ?

Par Pascaline Olivier relu par Laetitia Quaglino le 12/01/2024

Comment adapter son poste de travail à son problème orthopédique ?

Orthopédie

Comment adapter son poste de travail à son problème orthopédique ?

Par Philippine Picault le 15/06/2020

Qu’est-ce que le sport sur ordonnance ?

Orthopédie

Qu’est-ce que le sport sur ordonnance ?

Par Fanny Bernardon le 10/06/2020

Je découvre le blog

Découvrez nos webinaires

Webinaire ménopause deuxiemeavis.fr
Webinaire
Ménopause & ménopause précoce : quelle prise en charge ?
Mardi 12 décembre de 18h à 19h
Ça m’intéresse
Vous avez manqué un webinaire ?
Ils sont tous disponibles en replay !
Voir tous nos webinaires

Problème de dos :

Pour aller plus loin…

Découvrir les médecins référencés

S’informer sur la prise en charge

S’informer sur la protection des données

Vous avez d’autres questions ? Consulter notre F.A.Q

Nous sommes disponibles
pour vous accompagner

Nous sommes disponibles pour vous accompagner

Du lundi au vendredi de 9h à 18h

01 81 80 00 48

Appel non surtaxé

Par messageF.A.Q

Appel non surtaxé

Service
Le deuxième avisLes médecins référencésLes maladiesLa prise en chargeTémoignagesBlog
Mentions légales Politique de confidentialitéC.G.S

Rejoignez-nous !

Copyright © Carians 2024, Tous droits réservés - Carians - Deuxiemeavis.fr - 1 boulevard Pasteur 75015 Paris