La procréation médicalement assistée, comment ça marche ?

Par Mathilde Franc le 6 avril 2020
procréation médicalement assistée PMA

La loi bioéthique 2020 a remis sur le devant de la scène la procréation médicalement assistée (PMA), en ouvrant son accès à toutes les femmes. Mais finalement, qu’est ce que la PMA ? Pour qui est-ce ? Comment ça se passe ?


Qu’est-ce que la PMA ? 

D’après la définition de l’Institut national de la santé et de la recherche médicale, la procréation médicalement assistée “consiste à manipuler un ovule et/ ou un spermatozoïde pour procéder à une fécondation”. 

Il existe différents types de PMA

  • L’insémination artificielle, qui revient à injecter du sperme dans l’utérus de la femme au moment de son ovulation ;
  • La fécondation in vitro (FIV), par laquelle est orchestrée la rencontre d’un ovule et d’un spermatozoïde en laboratoire, puis, les embryons sont transférés dans l’utérus de la femme ;
  • La fécondation in vitro avec ICSI revient à injecter directement le spermatozoïde dans l’ovocyte ;
  • L’accueil de l’embryon issu d’un autre couple.


La PMA, qui est concerné ? 

Les conditions d’accès à la procréation médicalement assistée ont été modifiées par la loi bioéthique 2020. Aujourd’hui il faut remplir quatre conditions pour pouvoir avoir recours à une PMA :

  • Avoir un projet parental ;
  • Etre majeur
  • Les deux membres du couple (ou la femme seule) doivent avoir consenti préalablement à l’insémination artificielle ou au transfert d’embryons ;
  • Ne pas être dans l’une des situations faisant obstacle à l’insémination ou au transfert d’embryon (décès d’un des membres du couple, introduction d’une demande de divorce…).

L’infertilité médicalement constatée n’est donc plus une condition d’accès à la PMA bien qu’elle reste un facteur à prendre en compte dans le choix d’une technique plutôt qu’une autre.


Quelle méthode de PMA choisir ? 

Avant de rentrer dans un projet de procréation médicalement assistée, le couple ou la femme seule doit participer à une série d’entretiens avec un professionnel de santé pour se renseigner sur les chances de succès, les risques et les techniques de PMA accessibles. A l’issue de ces entretiens, un délai de réflexion d’un mois est nécessaire avant de choisir la technique et de confirmer le projet de PMA. Le choix final doit être confirmé par écrit afin de remplir la condition liée au consentement préalable des membres du couple ou de la femme seule. 

A noter que la PMA est remboursée par l’Assurance Maladie mais dans la limite d’un nombre fixe de tentatives (4 tentatives de FIV, 6 tentatives d’insémination artificielle).


Quelles sont les chances de réussite de la PMA ? 

L’importance du choix de la technique utilisée se mesure en fonction de divers critères, dont les chances de succès de celle-ci. Les chances de grossesse varient en moyenne de 10 à 22% par tentative, selon la technique utilisée. Cela ne garantit pas que les résultats soient de 10 à 22% de naissances puisque certaines grossesses conséquentes à une PMA n’aboutissent pas (fausse couche, interruption médicale de grossesse…). La méthode ayant le plus de chances de succès aujourd’hui est celle des FIV-ICSI avec 22 naissances pour 100 tentatives. 


Et le deuxième avis en cas de PMA ?

La décision de se lancer dans un parcours de PMA autant que le choix de la technique à utiliser et les options alternatives qui s’offrent à un couple ou une femme souhaitant avoir un enfant sont le fruit d’une réflexion axée autour de multiples éléments du dossier médical et de la situation personnelle de ceux qui aspirent à devenir parents. Avoir accès à un deuxième avis peut renforcer le choix fait ou faire émerger une solution alternative plus en accord avec la situation du couple ou de la femme à l’origine du projet parental. Le médecin consulté pourra par exemple conseiller une FIV avec don d’ovocytes à un couple qui s’apprêtait à réaliser encore une FIV sans don d’ovocytes, comme ce fût le cas pour Aurélie et Franck qui souhaitaient devenir parents

Demander un deuxième avis permet aux futurs parents de mettre toutes les chances de réussite de leur côté dès les premières tentatives en choisissant la technique la plus adaptée à leur situation !




SOURCES : 

Passeport Santé, 5 choses à savoir sur la PMA
https://www.passeportsante.net/fr/Actualites/Dossiers/DossierComplexe.aspx?doc=chose-savoir-pma-procreation-medicalement-assistee
INSERM, Assistance médicale à la procréation (AMP)
https://www.inserm.fr/information-en-sante/dossiers-information/assistance-medicale-procreation-amp

Un médecin expert de votre maladie répond à vos questions en moins de 7 jours après analyse de votre dossier