Infertilité : quand consulter un spécialiste ?

Par Philippine Picault le 27 avril 2020
infertilite quand consulter specialiste
Bien que vous mettiez tout en œuvre pour favoriser vos chances de grossesse, rien ne vient. Vous commencez à vous interroger sur la fertilité de votre couple. Mais à partir de quel moment faut-il consulter un spécialiste

 

Infertilité : l’importance de l’âge

Le pouvoir fécondant de l’homme décline de 2% tous les ans à partir de 25 ans. Du côté de la femme, l’impact de l’âge est bien plus important sur la fécondabilité. L’âge est donc un facteur important qui détermine le moment d’aller chez un spécialiste de l’infertilité. Généralement une consultation est recommandée au bout de deux ans de relations sexuelles fréquentes et régulières chez des adultes de moins de 30 ans, au bout d’un an entre 30 et 35 ans et au bout de six mois si la femme a plus de 35 ans. Ainsi, plus l’âge du couple - et notamment de la femme - est élevé, plus il faut consulter rapidement un spécialiste de l’infertilité afin de ne pas perdre du temps car après 35 ans les probabilités d’une grossesse sont divisées par deux.

Toutefois, certains antécédents médicaux nécessitent une consultation dès le désir d’enfant comme l’atteinte d’une MST ou d’une opération sur les organes génitaux.

 

Le bilan d’infertilité

Une fois la consultation nécessaire, il est recommandé de prendre rendez-vous avec un gynécologue et d’y aller accompagné de son conjoint. Le médecin commencera par interroger le couple pour connaitre son passé médical avant d’établir un bilan d'infertilité pour déterminer la ou les causes de cette difficulté.

Chez la femme, ce bilan consiste à vérifier l’absence de trouble de l’ovulation, la qualité de la glaire cervicale, sa réaction au contact des spermatozoïdes et de s’assurer que l’utérus et les trompes sont fonctionnels. Il pourra également être pratiqué une hystéroscopie (vision de la cavité utérine), ou une cœlioscopie (vision complète de l’ensemble du bassin maternel) qui révélera dans quelques cas une endométriose.

Chez l’homme, un spermogramme sera réalisé afin de vérifier que le sperme contient assez de spermatozoïdes, que leur mobilité est suffisante et que plus de 55% ont une morphologie normale.

Si les examens montrent des anomalies, il sera nécessaire de faire des examens complémentaires.


La stimulation ovarienne

Le gynécologue spécialisé en fertilité décidera, avec le couple, de la nécessité de suivre un traitement. Les causes les plus fréquentes d'infertilité sont les troubles de l’ovulation. Il est possible de les traiter par une stimulation ovarienne. Cette hyperstimulation ovarienne est un traitement à base d’hormones administré selon le cycle menstruel. Il peut être oral ou par injection. Durant ce processus, une étroite surveillance hormonale et échographique est assurée afin de vérifier l’efficacité du traitement et de l’ajuster afin de limiter le risque de grossesses multiples.

En pratique, le traitement dure environ 3 mois sans excéder 12 mois avec un taux de réussite de l’ordre de 90% lorsque la femme à moins de 38 ans.

En revanche, si le traitement n’a pas l’effet escompté, il est possible de débuter une stimulation ovarienne dans le cadre d’un protocole de procréation médicalement assistée (PMA). Ce parcours étant long et difficile il peut être utile de faire appel à un deuxième avis avant de prendre cette décision.

 


SOURCES

Organisation Mondiale de la Santé
https://www.who.int/fr
Association Française d’Urologie, Chapitre 02 - Stérilité du couple : conduite de la première consultation
https://www.urofrance.org/congres-et-formations/formation-initiale/referentiel-du-college/sterilite-du-couple.html
Prise en charge globale du couple infertile et mesures d'amélioration de la fertilité avant traitements inducteurs
3. Méthodes et outils de mesure de l'exposition dans les études épidémiologiques

Un médecin expert de votre maladie répond à vos questions en moins de 7 jours après analyse de votre dossier