Deuxième avis : que faire quand les opinions médicales divergent ?

Par Marion Berthon le 29 mai 2019
Divergence avis médical
Quand on est atteint d’une maladie rare, complexe ou invalidante nécessitant un traitement lourd, mieux vaut être bien informé et intimement persuadé du bienfondé du traitement qui a été choisi. C’est pourquoi il est utile et recommandé par les autorités de santé de demander un deuxième avis qui confirmera la pertinence du premier ou proposera une autre piste de traitement.

Quand les avis convergent


Souvent les experts confirment l’avis de la première équipe médicale et affinent la stratégie thérapeutique. « Le deuxième avis par télé-expertise permet dans 75 % des cas d’avoir une confirmation du premier avis, mais quelques fois, il aboutit à une modulation de ce qui a été donné au premier avis », assure le Pr Laurent Degos, professeur d’hématologie à l’université Paris Diderot, médecin à l’hôpital Saint-Louis, vice-président de l’Institut Pasteur, membre du Haut conseil pour l’avenir de l’Assurance maladie et président du conseil scientifique de deuxiemeavis.fr. Cette confirmation du diagnostic et du traitement recommandé permet à la personne malade d’aborder son traitement en toute confiance en s’étant au préalable assurée d’avoir pris connaissance de toutes les options thérapeutiques qui s’offrent à elle et du rapport bénéfice/risque qui correspond le mieux à ses attentes.

Que faire si les avis divergent ?


Il pourra cependant y avoir divergence entre l’avis rendu par le premier médecin spécialiste consulté et le médecin expert proposé par deuxiemeavis.fr. Cette divergence peut porter sur le diagnostic ou le traitement. Un deuxième avis peut parfois même éviter ou retarder une opération chirurgicale, comme dans le cas de Michel, 71 ans, atteint d’une dissection aortique. La première équipe médicale consultée par Michel lui avait proposé une intervention chirurgicale. Très inquiet de devoir subir cette opération, Michel a décidé de contacter deuxiemeavis.fr. Dans un délai de 7 jours, il a reçu l’avis d’un chirurgien vasculaire qui a confirmé le diagnostic mais qui a considéré qu’il n’était pas justifié de pratiquer une intervention chirurgicale dans l’immédiat, car son état semblait stable et qu’une telle opération présentait des risques non négligeables. L’expert lui a donc recommandé de poursuivre la surveillance et de faire réévaluer la nécessité d’intervenir chirurgicalement seulement si les lésions venaient à évoluer.


La médecine n’est pas une science exacte. Le diagnostic peut être difficile à poser et les traitements les plus adaptés ne sont pas toujours trouvés lors des premières consultations. Si le patient l’a autorisé, deuxiemeavis.fr transmettra le compte rendu de deuxième avis au médecin consulté en première instance ou au médecin traitant pour permettre une discussion avec le patient de cette différence d’appréciation. On parle de transfert d’expertise. Il est en effet souvent utile pour la personne malade d’en parler avec son médecin traitant qui pourra l’aider à déterminer quelles sont les recommandations thérapeutiques les plus pertinentes.

Un médecin expert de votre maladie répond à vos questions en moins de 7 jours après analyse de votre dossier