L’histoire de Stéphane, 47 ans, atteint d’un glaucome

Par Olivia Derrien le 13 septembre 2019
témoignage glaucome
Lors d’un contrôle de routine chez l’ophtalmologue, Stéphane, cadre de 47 ans, apprend qu’il risque de développer un glaucome à angle fermé et ses deux yeux seraient touchés par ce risque. On lui préconise de subir une intervention chirurgicale appelée iridotomie préventive

Le diagnostic du glaucome

L’humeur aqueuse est un liquide nutritif transparent qui remplit l’oeil et se renouvelle en permanence. Parfois la zone d’évacuation de ce liquide (l’angle irido-cornéen) se rétrécit et l'évacuation du liquide a du mal à s'effectuer. Cela entraîne davantage d’humeur aqueuse dans l’oeil et donc une augmentation de la pression intraoculaire. Avec le temps, cette pression endommage le nerf optique, c’est ce qu’on appelle le glaucome.
Dans le cadre d’un glaucome à angle fermé, comme ce que risque Stéphane, les symptômes apparaissent brutalement : de fortes douleurs oculaires et une baisse de l’acuité visuelle et les conséquences sur la vision sont irrémédiables. 

Demander un deuxième avis lorsque l’on vit dans un désert médical

Stéphane s’inquiète de l’opération qu’on lui propose, en effet, tous les examens qu’il a passé semble normaux, sa pression intraoculaire est normale et son nerf optique ne semble pas endommagé. Il ne ressent pas de symptôme, c’est la raison pour laquelle il souhaite demander un deuxième avis médical sur sa situation avant de se décider pour l’intervention. Mais Stéphane vit dans les Yvelines, une zone reconnue comme un désert médical, il lui est donc difficile de trouver un rendez-vous rapidement chez un autre ophtalmologue. 

En faisant appel à deuxiemeavis.fr, Stéphane a pu obtenir l’avis d’un ophtalmologue spécialisé qu’il a lui-même choisi, en 7 jours. 

La nécessité d’un deuxième avis médical pour une opération préventive

Le médecin expert de deuxième avis est très clair, la configuration de l’oeil de Stéphane le prédispose à faire un glaucome à angle fermé. En effet, même si les examens ne montrent rien de dysfonctionnel aujourd’hui, l’ophtalmologue explique à Stéphane que ses angles irido-cornéens sont étroits. Le risque est donc que ces angles finissent par se fermer et créer un glaucome. L’expert confirme donc le diagnostic et la nécessité de l’iridotomie préventive. 

Le but de cette opération est d’élargir les angles afin de prévenir toute fermeture. Elle est pratiquée en ambulatoire à l’aide d’un laser avec une anesthésie de contact de l’oeil (gouttes ophtalmiques anesthésiantes), Stéphane n’aura pas à être hospitalisé. Le médecin expert précise à Stéphane que les risques de l’intervention sont très minimes sachant que l’intervention n’a pas lieu au bloc opératoire, le risque infectieux est grandement diminué. Il devra subir deux interventions différentes, une pour chaque oeil car la vision est très floue après le passage du laser. 

En clair, même si Stéphane ne ressent aucun trouble à l’heure actuelle, l’opération préventive lui évitera de développer à plus long terme des glaucomes sur chacun de ses yeux. 


Ce deuxième avis est très éclairant pour Stéphane, qui a désormais toutes les informations nécessaires pour prendre ses décisions de santé. 

Nous souhaitons à Stéphane bon courage pour la suite de son parcours. 

Si vous vous retrouvez dans l’histoire de Stéphane, demandez un deuxième avis sur votre maladie.

*Pour des raisons de confidentialité et de protection de la vie privée, le nom des personnes a été changé.

Un médecin expert de votre maladie répond à vos questions en moins de 7 jours après analyse de votre dossier