Fracture, entorse, opération… les questions que tous les sportifs se posent

Par Fanny Bernardon le 18 mai 2020
fracture entorse operation sportifs
Le sport, c’est la santé. Oui mais pas tout le temps ! Suite à une fracture, une entorse, une tendinite ou après une opération, l’immobilisation est souvent la préconisation du médecin.

En cas de problème orthopédique, à cause d’un accident, d’une chute ou d’une pathologie des os ou du cartilage, quand reprendre le sport ? Quels bénéfices le sport peut-il apporter ? Quel sport adopter ? Dans cet article, découvrez les questions que tous les sportifs se posent !


Que se passe-t-il si je ne respecte pas le temps d’immobilisation ?

Ne pas bouger le membre atteint (cheville, genou, poignet, épaule, cou, bassin…) durant la durée prescrite par votre médecin est essentiel. C’est le moment de la cicatrisation et de la réparation : par exemple l’occasion pour les 2 bouts d’os fracturés de se souder à nouveau.


Si vous ne respectez pas ce temps d’immobilisation, vous risquez :
- une moins bonne consolidation ou un retard de consolidation
- une perte d’amplitude de mouvement temporaire ou permanente 
- une perte de force temporaire ou permanente 
- un allongement de la phase douloureuse voire des douleurs chroniques

Très souvent, ce temps d’immobilisation s’accompagne de séances de kinésithérapie (rééducation) et de traitements médicamenteux ou non pour la douleur.


Quel sport choisir si j’ai un membre immobilisé ?

Tout dépend de la localisation de la lésion ! Une fracture du coude n’empêche pas de pratiquer le vélo d’appartement mais les sports de raquette seront formellement interdits. Pour une entorse à la cheville, il faut évidemment éviter les impacts sur cette zone. La natation avec un pull-buoy (flotteur) placé entre les cuisses permettra de nager le crawl sans mobiliser la cheville. En revanche, les atteintes du tronc (bassin, dos, cou) permettent beaucoup moins de mouvements et donc de sports.

Par ailleurs, si vous êtes atteint d’une ALD (Affection Longue Durée), votre médecin peut vous prescrire des séances d’Activité Physique Adaptée (APA), aussi appelé « sport sur ordonnance ».


Est-ce que le sport peut accélérer ma guérison ?

Oui, le mouvement et le sport participent à la cicatrisation et à la récupération. La remise en contrainte de la zone atteinte est même nécessaire, une fois passé la durée d’immobilisation : elle accélère la vascularisation, participe à maintenir des tissus de bonne qualité et favorise donc la cicatrisation. Tout dépend du moment et de l’intensité de la contrainte exercée.

L’exercice physique, en particulier lorsqu’il est pratiqué avec un kinésithérapeute, présente un autre avantage non négligeable : la remise en confiance. Un patient traumatisé par un accident ou qui vient de subir une opération qui a restreint son autonomie peut avoir certaines peurs à bouger, réaliser certains mouvements ou vivre à nouveau sans matériel (béquilles, chaise roulante, canne, strap…). Certaines personnes développent même la phobie de bouger appelé kinésiophobie.


Vous avez un doute sur votre pratique sportive ? Vous cherchez des sports compatibles avec l’immobilisation de la zone tel que prescrit par votre médecin ? Vous avez peur de reprendre votre activité physique ou sportive ? Des médecins hyper-spécialistes de votre pathologie peuvent vous conseiller : cela s’appelle le deuxième avis médical. N’hésitez pas à en parler à votre médecin




SOURCES : 
  • France Assos Santé
    https://www.france-assos-sante.org/
  • Société Française de Chirurgie Orthopédique et Traumatologie
    http://www.sofcot.fr/
  • Ordre des masseurs-kinésithérapeutes
    http://www.ordremk.fr

Un médecin expert de votre maladie répond à vos questions en moins de 7 jours après analyse de votre dossier