image Maladies des os, des articulations et des muscles

Spondylarthrite ankylosante

Je découvre les médecins experts
Je demande un deuxième avis

Mise à jour le 20 mars 2017

  • Définition spondylarthrite ankylosante

    La spondylarthrite ankylosante (spondyloarthrite ankylosante) est un rhumatisme inflammatoire chronique qui peut se manifester en divers endroits du corps par poussées douloureuses, suivies de périodes de rémission. Environ 180.000 personnes sont atteintes d’une spondylarthrite en France. La maladie survient chez des patients jeunes (souvent entre 20 et 30 ans) et touche davantage les hommes.

    La spondylarthrite débute habituellement par une inflammation aiguë de l’enthèse. Ce terme d’anatomie désigne le point d’attache entre les tendons et les ligaments d’une part, et l’os d’autre part. L’inflammation se résorbe mais laisse une cicatrice constituée de tissus fibreux, qui va s'ossifier progressivement (enthésophyte). Il existe des prédispositions génétiques à la présence de cette maladie (présence du gêne HLA B27).

    La spondylarthrite ankylosante touche essentiellement les disques de la colonne vertébrale, les articulations du bassin et les articulations de la cage thoracique (articulations entre le sternum et les clavicules mais aussi articulations entre le sternum et les côtes). Elle peut également toucher les articulations des hanches, genoux ou chevilles, les enthèses du talon, au niveau du tendon d’Achille ou de la plante du pied ou encore l’ensemble d’un doigt ou d’un orteil. La maladie peut avoir un impact extra-articulaire et toucher l’œil (uvéite), la peau (psoriasis) ou les intestins (douleurs, diarrhées).

  • Intérêt d'un deuxième avis

    Pourquoi demander un deuxième avis ?

    Selon son degré de sévérité, la spondylarthrite ankylosante peut entrainer des répercussions plus ou moins importantes sur le plan social ou professionnel. L’enraidissement des articulations, la douleur et la fatigue sont les principales caractéristiques de cette pathologie. Dans ce contexte, un second avis s’avère précieux. Il vous permettra de mieux comprendre votre maladie et les différents traitements. Il vous donnera les clefs pour détecter les signes d’une éventuelle évolution ou de l’apparition de complications. Mieux informé, vous pourrez ainsi jouer un rôle majeur dans l’élaboration de votre thérapie. Elle n’en sera que plus adaptée et plus efficace.

    Deuxiemeavis.fr c'est quoi ?

    L'avis d'un médecin expert, en moins de 7 jours, pris en charge par votre complémentaire santé !

    deuxiemeavis.fr vous propose une solution rapide et sécurisée :

    Je découvre les médecins experts
    Je demande un deuxième avis
    image de cadenasdeuxiemeavis.fr est agréé par la CNIL. N° d'autorisation : 1786189

    Témoignage

    J'ai pu avoir les explications et les informations qu'il me manquait pour comprendre le premier diagnostic, temps en réel que les docteurs ne prennaient pas avec moi... Je me suis sentie comprise et bien entendue dans ma maladie.

    100% de patients satisfaits

    Combien ça coûte?

    Pour les assurés sociaux français, le service est pris en charge par certaines complémentaires santé. Contactez-nous pour savoir si vous êtes couverts.

    Est-ce sécurisé?

    deuxiemeavis.fr est agréé par la CNIL.
    N° d'autorisation : 1786189

    Quelles sont les questions les plus fréquemment posées?

    • Quelle est l’évolution de ma maladie ?
    • Quels sont les traitements adaptés dans mon cas ?
    • Dois-je changer mon mode de vie ?
    • Puis-je continuer à exercer ma profession ou mes activités sportives ?
    • Comment atténuer la douleur pendant les poussées inflammatoires ?
    • Comment prévenir les complications associées ?
    • Quel surveillance dois-je mettre en place ?
    • Dois-je avertir mon entourage ?
    Mais aussi toutes les autres questions spécifiques que vous vous posez.
  • symptômes spondylarthrite ankylosante

    Les symptômes constatés, sans être exhaustif, sont les suivants : une douleur dans le dos qui apparait notamment la nuit et réveille le patient, une sensation de raideur articulaire au réveil, des douleurs au niveau des fesses, tantôt d’un côté puis de l’autre. Mais aussi des talons douloureux le matin au réveil, ou le gonflement d’un doigt ou orteil. Les douleurs durent généralement plusieurs mois et ne cessent pas malgré le repos. Les symptômes sont souvent accompagnés de signes plus généraux, comme la fatigue, une perte d’appétit, ou encore de la fièvre.

    L’évolution de la maladie varie beaucoup selon les cas. Chez certains patients, la gêne sera minime, chez d’autres, elle sera beaucoup plus importante. Dans certains cas, les poussées inflammatoires diminuent, jusqu’à disparaître totalement.

  • Traitement spondylarthrite ankylosante

    Le choix du traitement dépend

    • De la sévérité et de l’évolution de la maladie
    • De la présence d’éventuelles complications
    • Des traitements déjà entrepris
    • De l’état de santé général du patient
    • De la gêne perçue par le patient 

    Les différents traitements

    A l’heure actuelle, il n’existe pas de thérapie qui guérisse la spondylarthrite ankylosante. L’objectif des traitements proposés est une rémission (diminution des signes et symptômes de la maladie) ou à défaut un faible niveau d’activité de la maladie. 

    Dans cette optique, le médecin peut prescrire :
    • Des anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) – souvent en première intention sauf contre-indication - à bien choisir en fonction des risques cardio-vasculaires, digestifs et rénaux,
    • Des antalgiques pour les douleurs résiduelles, ou en cas d’échec, de contre-indication ou d’intolérance des AINS,
    • Dans certains cas, de la cortisone par voie orale (corticothérapie),
    • Dans certains cas, des traitements de fond (méthotrexate, sulfasalazine notamment),
    • Pour les patients ayant une maladie dont l’activité est persistante malgré le traitement conventionnel, des traitements anti-TNF (biomédicaments). Il s’agit de nouveaux médicaments dont la production repose sur l’utilisation d’organismes vivants (contrairement aux médicaments traditionnels qui sont le fruit de la chimie). Mais ces thérapies ont l'inconvénient d’être très chères et ne sont donc proposées qu’en cas d'échecs des traitements habituels.
    • Enfin, des injections locales de corticoïdes peuvent également être prescrites pour les articulations douloureuses.

    Des séances de rééducation sont également mises en place dès les premières manifestations de la maladie afin de conserver la mobilité des articulations. Elles permettent également de prévenir d’éventuelles déformations, notamment de la colonne vertébrale.

    Dans de rares cas, particulièrement sévères et invalidants, la chirurgie est indiquée. L’intervention dépend bien sûr du type de spondylarthrite observée.

    Enfin, des appareillages (type corset) sont parfois proposés pour éviter les déformations ou pour mettre les articulations au repos.

Télécharger la fiche

Les autres maladies pour autres maladies rhumatologiques

Nos articles de blog

Nous vous proposons des articles réguliers sur les maladies que nous couvrons, les associations qui peuvent vous aider, les progrès en termes de télémédecine...

Actualité du 05/02/2018
Aujourd’hui, nous allons vous raconter l’histoire d’Alain*, souffrant de pseudopolyarthrite rhizomélique, communément raccourci sous le nom de PPR.Alain a 63 ans. Il a travaillé comme ingénieur dans une entreprise privée. Aujourd’hui dans le cadre...
Lire la suite...
Actualité du 14/06/2019
Alors qu’il était suivi pour dépression et anxiété, Lucian* a commencé à avoir des tremblements au niveau de son pied droit. Au fil du temps ses tremblements se sont étendus aux quatre membres. Lucian passe alors un data scan,...
Lire la suite...