Orthopédie : 4 situations qui justifient une opération

Par Fanny Bernardon le 16 septembre 2019
orthopédie opération
Faire le choix d’une opération chirurgicale n’est jamais une décision anodine, ni pour le médecin, ni pour le patient. Car si la chirurgie permet effectivement de guérir une maladie ou de soulager un symptôme, elle n’est toutefois jamais sans risque. Avant d’opérer, il est nécessaire de s’assurer que cette décision est justifiée par au moins l’une des quatre raisons suivantes.


L’opération est parfois inévitable

« Crac ! ». Le bruit était strident. Et maintenant une douleur lancinante vous empêche de bouger le bras. Sur la radiographie, le diagnostic est sans appel : fracture ouverte et déplacée de la tête du radius, l’un des deux os qui relie le coude au poignet. Devant un tel tableau médical, la réponse est immédiate. Une fracture ouverte est une urgence chirurgicale. Il existe donc des situations dans lesquelles opérer est l’unique solution.

L’opération : une option si les traitements disponibles ne fonctionnent plus

Cette douleur dans la cuisse, cela fait des années que vous l’endurez. Une névralgie du nerf sciatique causée par une hernie discale qui comprime le nerf. Les médicaments anti-inflammatoires et antalgiques permettaient jusqu’à lors de vous soulager mais ils ne semblent plus fonctionner. Même les infiltrations de cortisone et les séances de kinésithérapie n’y font rien. Devant un échec thérapeutique comme celui-ci, l’option de l’opération chirurgicale doit être envisagée.

L’opération : un préalable à un autre traitement 

Le traitement A fonctionne. Mais il fonctionne encore mieux lorsqu’il est pris avec le traitement B ! C’est le principe de la chirurgie de réduction tumorale, proposée notamment pour les ostéosarcomes, la tumeur osseuse la plus fréquente. En retirant au préalable la masse tumorale par chirurgie, les traitements de chimiothérapie et de radiothérapie sont optimisés car la tumeur a déjà été réduite. Aussi opérer est parfois un choix stratégique dans une prise en charge globale.

L’opération : pour remplacer le matériel orthopédique  

C’était il y a 15 ans. Des douleurs à la hanche avait justifié la pose d’une prothèse qui vous avaient complètement soulagé. “Vos douleurs actuelles à la hanche sont très certainement dues à l’usure de votre prothèse.” vous explique aujourd’hui votre chirurgien orthopédiste. Il vous préconise une nouvelle opération chirurgicale consistant à remplacer votre prothèse par une nouvelle. Cette intervention de révision prothétique, réalisée à distance de la première, fait partie intégrante de la stratégie thérapeutique chez toute personne possédant une prothèse : on sait dès la pose que celle-ci va naturellement s’user et devra être changée. Il existe toutefois d’autres situations menant à un renouvellement précoce de prothèse comme une infection ou une fracture.



Décider d’opérer est toujours un choix réfléchi au cas par cas. Il dépend à la fois des caractéristiques du patient, comme son âge, ses attentes ou son mode de vie mais aussi de sa situation médicale à proprement parler (intensité des symptômes, impact sur la qualité de vie au quotidien…). Devant une situation médicale complexe, prendre un deuxième avis médical auprès d’un hyper-spécialiste permet soit de s’assurer de la pertinence de l’opération, soit d’envisager d’autres pistes thérapeutiques encore inexplorées.

Un médecin expert de votre maladie répond à vos questions en moins de 7 jours après analyse de votre dossier