Orthopédie : les complications post-opératoires de la chirurgie

Par Fanny Bernardon le 7 octobre 2019
Orthopédie chirurgie complication post-opératoire
Toute chirurgie, qu’elle soit orthopédique ou non, présente certains risques. Ceux-ci sont obligatoirement exposés à chaque patient avant toute opération de façon claire et exhaustive via le formulaire de consentement. En signant ce document, le patient donne son accord pour l’opération et signifie son consentement libre et éclairé.

Vous vous posez des questions sur les risques liées à une opération que votre chirurgien orthopédique vous propose ? Cet article présente les complications en chirurgie orthopédique, des plus fréquentes aux plus exceptionnelles.

1 - L’infection

L’incidence des infections est très faible en chirurgie orthopédique, mais cette complication est redoutée car difficile à soigner : les antibiotiques ont par exemple du mal à atteindre la surface des prothèses orthopédiques. Rassurez-vous, toutes les dispositions sont prises pour assurer la stérilité au bloc opératoire.


2 - Les thromboses veineuses et les embolies pulmonaires 

Parce que le membre opéré doit rester immobile durant l’opération et en phase post-opératoire, le sang circule moins bien ce qui peut engendrer le développement d’une thrombose veineuse (caillot dans le sang) ou d’une embolie pulmonaire (migration du caillot vers les poumons).


3 - Les pertes sanguines

Il est normal de perdre du sang pendant une opération chirurgicale. Celui-ci est d’ailleurs récolté et re-transfusé au patient. Cependant si l’épanchement de sang continue en post-opératoire, il est possible de réaliser une transfusion à partir d’une banque de sang alimentée par des donneurs.


4 - Les hématomes

Un épanchement de sang dans une articulation peut mener à la formation d’un hématome. S’il est douloureux, il pourra être ponctionné afin de le drainer.


5 - Les complications liées à la prothèse

L’arthroplastie, c’est-à-dire la pose d’une prothèse, peut être la cause d’un certain nombre de complications :
  • Luxation de la prothèse, majoritairement au niveau de la hanche
  • Epanchement chronique, c’est-à-dire un gonflement de l’articulation prothétique
  • Raideur articulaire qui se manifeste par une amplitude diminuée des mouvements 
  • Ossification périprothétique via la formation de tissu osseux autour de la prothèse
  • Paralysie des nerfs à proximité de la prothèse
  • Fracture osseuse durant la pose de la prothèse, à cause d’une fragilité de l’os

6 - L’algodystrophie

Cette complication peut associer douleurs, gonflements et raideurs de l’articulation. Son évolution peut se faire sur plusieurs mois et de manière imprévisible. 


7 - Les difficultés de cicatrisation

Il peut s’agir de la désunion des deux bords de la cicatrice ou de la nécrose (mort) de la peau à son voisinage. 


Il vous reste des questions sur les risques spécifiques liés à votre opération ? Le premier réflexe, c’est d’interroger directement votre chirurgien orthopédique. C’est lui qui connaît le mieux votre dossier médical et saura vous apporter des réponses propres à votre tableau clinique, car les complications sont aussi liées aux particularités de chaque patient (âge, allergie, diabète, obésité...). Il vous rassurera également sur les mesures prises pour éviter ces risques !

Enfin, sachez qu’il est toujours possible de faire appel à un second expert pour s’assurer de la pertinence d’une opération. C’est ce que l’on appelle « prendre un deuxième avis », soit lors d’une consultation physique, soit sur simple dossier médical via une plateforme comme deuxiemeavis.fr.

Un médecin expert de votre maladie répond à vos questions en moins de 7 jours après analyse de votre dossier