Tout savoir sur le bilan de fertilité

Par Mathilde Franc le 6 mai 2020
bilan fertilité
Lorsqu’un couple consulte pour une infertilité, plusieurs examens peuvent être nécessaires afin d’étudier les causes de cette infertilité. Ces examens sont différents selon l’origine de l’infertilité - féminine, masculine ou mixte. Focus sur la démarche à suivre en cas d’infertilité féminine


La première consultation pour une infertilité

Consulter en cas de problèmes de fertilité devient nécessaire lorsqu’un couple n’arrive pas à obtenir une grossesse après 12 à 24 mois de rapports réguliers. Cette consultation doit intervenir plus tôt si la femme a plus de 35 ans ou s’il existe une maladie de l’appareil génital connue ou suspectée chez l’homme ou la femme. 

La première consultation permet de confirmer le diagnostic d’infertilité, d’en trouver la cause si celle-ci est simple à régler (lorsqu’un couple ne connaît pas bien les processus de fécondation ou les périodes de fécondité par exemple) et, si nécessaire, de déterminer les examens complémentaires nécessaires. 

Pour déterminer quel type d’infertilité peut être en cause, le médecin, pendant cette première consultation, va s’intéresser à l’existence de facteurs qui puissent favoriser cette infertilité : 
  • L’âge ;
  • L’âge de la puberté, la régularité des cycles menstruels et le passé gynécologique de la femme ;
  • L’existence d’un passé médical ou chirurgical (le traitement de l'endométriose par exemple) ;
  • Une maladie chronique comme le diabète ;
  • L’existence de problèmes similaires chez des parents proches ;
  • Le mode de vie du couple (travail, environnement, tabagisme…) ;
  • La vie sexuelle (date d’arrêt de la contraception, pratiques sexuelles). 
Pour ce qui est de l’examen clinique, il comporte un examen général pour les deux membres du couple ainsi qu’un examen gynécologique pour la femme et un examen des organes génitaux chez l’homme. 


Le bilan de fertilité : les examens

Le bilan de fertilité désigne l’ensemble des examens qui permettent au médecin d’établir un diagnostic de la fertilité d’un couple afin de leur indiquer la prise en charge la plus adaptée. Chez la femme, ces examens peuvent être nombreux et varient selon le profil des patientes. Il en existe néanmoins des plus fréquents. 

1 - La courbe de température

Cet examen consiste pour le médecin de demander à la femme de noter la température prise par un thermomètre médical, tous les matins avant de se lever, à partir du premier jour des règles, et de reporter cette température sur une courbe, sur une période maximale de trois mois. Cette courbe permettra ensuite au médecin d’évaluer la qualité de l’ovulation et ainsi de fixer les dates des examens ultérieurs. 

2 - La prise de sang

Le dosage de la prise de sang permet de détecter certaines anomalies du fonctionnement ovarien ou de l’hypophyse. La date de cette prise de sang est déterminée par le médecin. 

3 - Le bilan de réserve ovarienne

Cet examen concerne principalement les femmes de plus de 35 ans ayant des antécédents familiaux d’insuffisance ovarienne, dans l’optique prévisible d’un recours à la procréation médicalement assistée (PMA). Il consiste en un bilan hormonal et un compte des follicules antraux (agrégat de cellules sphériques dans les ovaires qui contiennent l’ovocyte qui sera relâché pendant l’ovulation) par échographie

4 - L’échographie pelvienne

L’échographie pelvienne est le premier examen prescrit en cas de diagnostic d’infertilité. Elle permet de réaliser le compte des follicules antraux. Elle permet également de rechercher d’autres causes ovariennes (kystes ovariens) ou utérines (polypes, fibromes utérins, endométriose). 

5 - La coelioscopie

La coelioscopie est recommandée dans le cas de risques de troubles des trompes ou du pelvis. Elle permet de confirmer un diagnostic et de corriger les anomalies de la zone quand cela est possible. 

6 - L'hystérosalpingographie et l'hystéroscopie

L’hystérosalpingographie est un examen radiologique. Un produit injecté dans l’utérus permet de visualiser d’éventuelles anomalies ou une obstruction des trompes utérines, empêchant la migration de l’ovule vers l’utérus. 

L’hystéroscopie est réalisée en cas de soupçons d’une anomalie de l’endomètre ou de la cavité utérine. Elle permet d’observer l’intérieur de la cavité utérine au moyen d’une fibre optique. 


Le bilan de fertilité : résultats et prise en charge 

Une fois les examens prescrits réalisés, la femme obtiendra les résultats après une durée variable selon l’examen réalisé. Il est important que ceux-ci soient communiqués à son médecin, qui pourra en déduire le traitement ou la voie à suivre pour mener à bien un projet parental. 

En outre, le Collège National des Gynécologues et Obstétriciens Français (CNGOF) recommande aux médecins, dans le cadre d’une prise en charge d’un couple souffrant d’infertilité, d’informer sur la fréquence des rapports sexuels et les mesures hygiéno-diététiques permettant de favoriser la survenue d’une grossesse naturelle ; de lui donner des renseignements préconceptionnels pour mieux comprendre les étapes de la prise en charge ; de communiquer sur les risques d’infertilité liés à l’âge, l’obésité, le tabac, etc. 

Dans le cadre de l’infertilité, les traitements, examens et procédures offertes sont multiples et le choix crucial pour un couple dans cette situation. A cet égard, avoir recours à un deuxième avis médical de la part d’un expert du type d’infertilité diagnostiqué peut avoir un impact considérable sur la réussite du projet parental. 




SOURCES : 

Passeport Santé, Tout savoir sur le bilan d'infertilité et les tests de fertilité
https://www.passeportsante.net/fr/grossesse/Fiche.aspx?doc=bilan-infertilite

Ameli, Le bilan médical de la stérilité ou infertilité
https://www.ameli.fr/paris/assure/sante/themes/sterilite-pma-infertilite/bilan-medical-infertilite-sterilite

Un médecin expert de votre maladie répond à vos questions en moins de 7 jours après analyse de votre dossier