image Maladies gynécologiques, Maladies urologiques

Fibrome utérin

Je découvre les médecins experts
Je demande un deuxième avis

Mise à jour le 6 juillet 2018- Revue par Professeur Marc Sapoval

  • Définition fibrome utérin

    L’utérus fait partie de l’organe reproducteur féminin avec les ovaires. L'utérus reconnaissable à sa forme triangulaire dont la pointe est dirigée vers le bas où se situe le col de l'utérus s’ouvre sur le vagin. L’utérus est constitué du myomètre lui-même constitué de muscles lisses et est vascularisé grâce à l'artère utérine.

    Le fibrome utérin, aussi appelé myome ou fibromyome utérin, est une tumeur bénigne (non cancéreuse) de l’utérus qui grossit dans la paroi utérine, c’est à dire dans le muscle utérin. C’est une maladie qui touche environ 20 à 40% des femmes de plus de 35 ans, et se caractérise par des tumeurs bénignes de tailles variables situées dans la paroi de l’utérus. Il peut aussi se rencontrer chez des patients plus jeunes.

    Il existe plusieurs types de fibromes selon l’endroit où ils sont situés. On distingue :
    • Les fibromes interstitiels ou intramuraux : qui se forment dans la couche musculaire de la paroi de l’utérus. Ils représentent près de 70 % de l’ensemble des fibromes, et entraînent  tout ou partie des symptômes suivants : des saignements importants, des envies fréquentes d’uriner et des douleurs au niveau du dos ou du pelvis des douleurs pendant les rapports sexuels, des sensations de pesanteur ou une lourdeur pelvienne
    • Les fibromes sous-séreux : qui se développent et poussent vers l’extérieur de l’utérus et y sont parfois rattachés par un pédicule. Ils entraînent des douleurs dues à la pression exercée par les tumeurs sur les autres organes.
    • Les fibromes sous-muqueux ou endocavitaires : qui se forment sous la muqueuse de l’utérus. Ces fibromes sont les plus rares, mais ils entraînent souvent d’abondants saignements.

  • Intérêt d'un deuxième avis

    Pourquoi demander un deuxième avis ?

    Les fibromes utérins sont difficiles à diagnostiquer car ils n’engendrent pas toujours de symptômes. Bien qu’ils ne soient pas dangereuxdans leur forme la plus courante, les formes les plus complexes peuvent entraîner des douleurs et des complications plus ou moins sévères. Selon la gravité du fibrome, une intervention chirurgicale peut être envisagée : se posent alors les questions liées à la fertilité de la patiente. Un deuxième avis peut donc être bénéfique pour s’assurer du meilleur traitement possible adapté à son cas.

    Par ailleurs, l’embolisation est une alternative encore peu proposée par la plupart des gynécologues. Il est donc possible de demander un deuxième avis auprès d’un radiologue interventionnel pour savoir si elle est réalisable dans un cas particulier.

    Deuxiemeavis.fr c'est quoi ?

    L'avis d'un médecin expert, en moins de 7 jours, pris en charge par votre complémentaire santé !

    deuxiemeavis.fr vous propose une solution rapide et sécurisée :

    Je découvre les médecins experts
    Je demande un deuxième avis
    image de cadenasdeuxiemeavis.fr est agréé par la CNIL. N° d'autorisation : 1786189
    100% de patients satisfaits

    Combien ça coûte?

    Pour les assurés sociaux français, le service est pris en charge par certaines complémentaires santé. Contactez-nous pour savoir si vous êtes couverts.

    Est-ce sécurisé?

    deuxiemeavis.fr est agréé par la CNIL.
    N° d'autorisation : 1786189

    Quelles sont les questions les plus fréquemment posées?

    • Existe-t-il un traitement permettant de stopper ou freiner l'évolution d'un utérus fibromateux ?
    • Quelles incidences les fibromes peuvent-ils avoir sur le développement et le terme d'une grossesse ?
    • Quelles conséquences en termes de fertilité ?
    • L’embolisation est elle indiquée ?
    • Le traitement chirurgical est-il la meilleure solution ?
    • Quelles alternatives médicales sont proposées aux femmes sujettes à récidives ?
    • On me propose une chirurgie avec retrait de l’utérus, or je souhaite être mère.
    • Quelles sont les alternatives et leurs bénéfices / risques ?

    Quels spécialistes consulter?

    Le référent pour le diagnostic du fibrome utérin est un médecin ou un chirurgien gynécologue. Il est le spécialiste des maladies de l’appareil génital.

    Il est également possible de consulter un radiologue interventionnel, qui est à même de proposer un traitement par embolisation utérine.
    image de docteur
    2
    médecins experts
    pour fibrome utérin
    Je découvre les médecins experts
  • symptômes fibrome utérin

    Les fibromes sont dans la plupart des cas asymptomatiques (c’est-à-dire ne provoquant pas de symptômes), et ne sont donc découvert dans le cadre d’un examen type échographie. Mais dans certains cas, leur localisation et leur taille peuvent entraîner des problèmes comme des douleurs, des troubles urinaires ou des saignements excessifs. Les fibromes peuvent devenir volumineux et entraîner une augmentation de taille de l’utérus lui-même. En général, les symptômes s’améliorent après la ménopause, mais en cas de traitement hormonal de substitution, cette amélioration peut ne pas survenir

    Selon la taille, le nombre et la localisation, certains symptômes sont plus courants :
    • Des règles prolongées et trop abondantes, parfois avec des caillots, ainsi que des saignements en- dehors des règles ; qui peuvent entraîner une anémie
    • Des douleurs pelviennes, des sensations de pressions ou de lourdeurs au niveau du pelvis des douleurs au niveau du dos ou des jambes
    • Des douleurs durant les actes sexuels
    • Une envie d’uriner de façon trop fréquente
    • Des constipations opiniâtres
    • Une augmentation de taille de l’abdomen
    Une enquête menée auprès de 2 500 femmes entre 30 et 55 ans 2 montre les principaux symptômes ressentis : des règles abondantes (47 %), des crampes dans le ventre en dehors des règles (47 %), des saignements en dehors des règles (42 %) et des douleurs.

  • Diagnostic fibrome utérin

    En général, le diagnostic de fibrome est fait à l’examen gynécologique et est confirmé par une échographie abdominale. Il peut aussi être visualisé par un scanner ou un IRM (examen par résonance magnétique).

  • Traitement fibrome utérin

    Le choix du traitement dépend :

    • l’âge de la patiente et son désir de grossesse ;
    • l’importance des symptômes ;
    • le type de fibromes (nombre, volume, localisation) ;
    • l’état général de la patiente.
    La plupart des fibromes n’entrainent pas de symptômes et ne sont donc pas traités.

    Quand ils entraînent des symptômes, le traitement médical est souvent le premier traitement proposé : il peut comporter une prescription de pilule contraceptive, d’anti-inflammatoires, d’antalgiques, d’antihémorragiques ou un traitement hormonal. Souvent les symptômes sont contrôlés avec ces traitements et aucun autre traitement n’est nécessaire. Récemment sont apparus les modulateurs des récepteurs de la progestérone (ulipristal) que les gynécologues peuvent prescrire pour réduire la taille du fibrome et leurs symptômes.

    Dans certains cas cependant, le traitement médical n’est pas satisfaisant ou mal toléré, ou les fibromes se remettent à grossir après l’arrêt du traitement.

    Les différentes possibilités de traitement sont alors : l’embolisation utérine, le traitement par ultrasons ou encore des interventions chirurgicales comme la myomectomie ou l’hystérectomie totale.
     
    Traitements non chirurgicaux
    • L’embolisation utérine : il s’agit d’une intervention non chirurgicale de radiologie interventionnelle, qui consiste à stopper l’irrigation utérine qui nourrit le fibrome dans le but de le faire se nécroser
    • Les ultrasons : technique qui consiste à faire réduire la taille des fibromes à travers l’abdomen sans intervention chirurgicale grâce à la chaleur générée par les ultrasons. Cette solution peut être associée à d’autres traitements complémentaires. Elle est très intéressante car non invasive mais réservée à un tout petit nombre de patientes
    Traitements chirurgicaux
    • La myomectomie : c’est la chirurgie qui enlève uniquement les fibromes et préserve l’utérus en permettant le plus souvent d’avoir des enfants par la suite. Plusieurs méthodes sont possibles, la myomectomie sous hystéroscopie, la myomectomie par laparoscopie et la myomectomie chirurgicale par voie abdominale ou trans-vaginale. La plupart du temps, la chirurgie entraîne un contrôle des symptômes, mais plus il y a de fibromes, plus la chirurgie est difficile et moins elle a de chances d’entraîner un succès clinique.
    • L’hystérectomie totale : elle est souvent pratiquée pour ce type de problèmes. Elle est réalisée sous anesthésie générale et nécessite 3 à 4 jours d’hospitalisation et 4 à 6 semaines de récupération. L’hystérectomie est généralement réservée aux patientes qui ne désirent plus de grossesse, en cas de fibrome trop volumineux.

Télécharger la fiche

Les autres maladies génitale femme

Nos articles de blog

Nous vous proposons des articles réguliers sur les maladies que nous couvrons, les associations qui peuvent vous aider, les progrès en termes de télémédecine...

Actualité du 14/12/2018
Aujourd’hui, nous allons vous raconter l’histoire de Sylvie*, souffrant d'ostéopénie, une baisse de la densité de l'os, et surtout un état physiologique précurseur de l'ostéoporose.Sylvie a 63 ans. Aujourd’hui retraitée, elle a été responsable des...
Lire la suite...
Actualité du 26/10/2018
Cette semaine nous vous partageons l'histoire de Marina, 38 ans qui souffre d’un cancer du corps de l’utérus. Marina habite près de la frontière Suisse et s’interroge sur la suite du traitement qu’elle doit effectuer. En effet,...
Lire la suite...