image Maladies gynécologiques, Maladies urologiques

Kystes ovariens

Je découvre les médecins experts

Mise à jour le 15 septembre 2020 - Revue par Docteur Pierre Panel

  • Que sont les kystes ovariens ?

    Un kyste ovarien ou kyste de l’ovaire est un petit sac rempli de liquide situé dans un ovaire. Ces kystes sont relativement fréquents chez la femme. Dans la plupart des cas, ils sont bénins, asymptomatiques et certains guérissent spontanément. Dans environ 10 % des cas, ils doivent être opérés. Dans moins de 5 % des cas, ils peuvent être cancéreux.

    Par ailleurs, on parle de syndrome des ovaires polykystiques quand la femme concernée présente une multitude de “ kystes” de petite taille dans les ovaires (qui sont en fait des follicules).

    Pour bien comprendre les kystes ovariens, il est essentiel d’en distinguer deux catégories
    • Les kystes fonctionnels
      Les kystes fonctionnels de l’ovaire représentent 90 % des kystes ovariens des femmes non ménopausées. Ils sont bénins. D’origine hormonale, ils sont généralement inférieurs à 5 cm. Ils disparaissent généralement spontanément après les règles.
    • Les kystes organiques
      Les kystes organiques de l’ovaire peuvent quant à eux être bénins ou malins. Ils sont indépendants du fonctionnement ovariens et peuvent apparaître quelque soit l’âge de la femme. Ils ne disparaissent pas spontanément et nécessitent souvent une prise en charge chirurgicale. Ils sont plus fréquents chez les femmes de plus de 40 ans.

    Parmi les kystes organiques de l’ovaire, on retiendra principalement :
    • les kystes épithéliaux communs séreux ou mucineux (qui représentent 2/3 des kystes organiques),
    • les tumeurs endocrines le plus souvent sécrétant des hormones (qui représentent moins de 10 % des tumeurs organiques de l’ovaire),
    • les tumeurs germinales (qui représentent moins de 5 % des tumeurs malignes de l’ovaire),
    • l’endométriose ovarienne (le plus souvent associée à d’autres localisations de l’endométriose),
    • et les tumeurs secondaires de l’ovaire (qui sont dans 80 % des cas des métastases de tumeurs gastriques).
  • Quel est l'intérêt d'un deuxième avis pour les kystes ovariens ?

    Pourquoi demander un deuxième avis pour les kystes ovariens ?

    Tous les kystes ovariens ne nécessitent pas forcément un traitement, notamment chirurgical. En même temps, certains kystes ovariens peuvent nécessiter un traitement lourd. Ils sont aussi parfois synonymes de cancer et d’infertilité. Quand une maladie et son traitement sont complexes, il est toujours utile, et même recommandé par le ministère des Solidarités et de la Santé et le Conseil National de l’Ordre des Médecins de demander un deuxième avis. De plus dans certains cas, un avis pluridisciplinaire (gynécologue, radiologue, spécialiste de la fertilité, cancérologue,…) peut être nécessaire. Bénéficier d’un deuxième avis vous donnera l’opportunité de prendre connaissance de toutes les options thérapeutiques qui s’offrent à vous et vous permettra ainsi d’aborder votre traitement en toute confiance.

    Quelles sont les questions les plus fréquemment posées ?

    • Comment savoir si mon ou mes kystes ovariens sont bénins ou malins ?
    • Est-il vraiment nécessaire de réaliser des examens complémentaires ?
    • Est-il vraiment nécessaire de réaliser des traitements invasifs ?
    • Comment se déroule une cœlioscopie ? Comment vais-je récupérer ?
    • Pourrais-je encore avoir des enfants ?
    • Ma fertilité sera-t-elle diminuée si on m’enlève un ovaire ?
    • Y a-t-il un moyen de préserver ma fertilité ?
    • L’ablation du/des ovaires et des trompes de Fallope est-elle la seule option ?
    • Existe-t-il des essais cliniques ? Suis-je éligible ?
    Mais aussi toutes les questions spécifiques que vous vous posez.
  • Deuxiemeavis.fr c'est quoi ?

    Deux avis valent mieux qu'un

    Que vous soyez patient ou médecin, deuxiemeavis.fr vous permet d'obtenir l'avis d'un médecin expert en moins de 7 jours alors que les délais de consultation peuvent excéder parfois 6 mois.

    Un deuxième avis médical auprès d'un médecin référent dans votre problème de santé peut vous permettre d'approfondir les avantages et inconvénients de votre traitement et parfois d'identifier des alternatives. Un patient plus informé et qui participe au choix de son traitement a généralement de plus grandes chances de guérison.

    Je découvre les médecins experts
    discover experts
    EXPERTISE

    Expertise des médecins vérifiée et garantie par le conseil scientifique

    discover experts
    RAPIDITÉ

    Avis médical sous 7 jours, délai compatible avec une prise de décision rapide

    discover experts
    CONFIDENTIALITÉ

    Données de santé protégées et jamais communiquées à des tiers

    discover experts
    PRIS EN CHARGE

    Sans avance de frais, pris en charge à 100% par les complémentaires santé partenaires

  • Quels sont les spécialistes des kystes ovariens ?

    Si vous souffrez de kystes ovariens, vous devez consulter un gynécologue, spécialiste des maladies de l’appareil génital de la femme, ou un chirurgien expert en chirurgie de la fertilité.
  • Quels sont les symptômes des kystes ovariens ?

    La plupart des kystes ovariens bénins ne présentent pas de symptôme. Les femmes qui en sont atteintes rapportent cependant une gêne, une sensation de pesanteur voire une douleur dans le bas du ventre. Ces douleurs peuvent être accrues lors des rapports sexuels.

    Toutefois, en cas de rupture, d’hémorragie intra-kystique ou intrapéritonéale, ou de torsion du kyste ovarien, une douleur intense accompagnée de nausées et de fièvre peut être ressentie. Il s’agit le plus souvent d’urgences chirurgicales.

    Les kystes fonctionnels de l’ovaire, d’origine hormonale, peuvent perturber les règles : modification de l’ovulation, règles abondantes, douloureuses et irrégulières.

    Les kystes organiques de l’ovaire peuvent provoquer une ascite, c’est-à-dire un épanchement de liquide dans l’abdomen, et une dégradation de l’état général de la patiente. L’endométriose ovarienne, qui fait partie des kystes organiques de l’ovaire, est responsable de douleurs pelviennes en particulier au moment des règles, et parfois d’infertilité.

    Plus rarement, le kyste ovarien peut provoquer une augmentation du volume de l’abdomen.
  • Comment diagnostiquer les kystes ovariens ?

    La procédure diagnostique débute par un examen gynécologique classique. Certains kystes ovariens peuvent être perçus lors du toucher vaginal. Le plus souvent, ils sont diagnostiqués par l’échographie pelvienne, de préférence par voie vaginale qui reste l’examen le plus précis pour caractériser les kystes ovariens. (taille du kyste, épaisseur de la paroi, présence de cloisons, présence de végétations…).

    Parfois, une IRM peut être prescrite pour confirmer et affiner le diagnostic notamment avec des séquences de diffusion qui peuvent évoquer un potentiel cancéreux.

    Enfin, en cas de suspicion de cancer, un scanner permettra de voir s’il existe des ganglions ou des lésions à distance.

    Des marqueurs biologiques peuvent orienter le diagnostic : CA125, CA199, HE4.
  • Comment traiter les kystes ovariens ?

    La plupart des kystes ovariens n’ont pas besoin d’être opérés. Certains ne nécessitent qu’une surveillance de l’imagerie.

    Le traitement hormonal des kystes fonctionnels n’est pas plus efficace que l’abstention.  Chez les femmes en âge de procréer, ayant un kyste uniloculaire liquidien pur asymptomatique dont le diamètre est inférieur à 10 cm, le risque de cancer est très faible, comparable à celui des femmes sans kystes (0,3 %) ; l’abstention est possible en l’absence de symptômes. La disparition du kyste pourra être vérifiée par échographie trois mois après son diagnostic. Si le kyste persiste, il pourra être opéré pour être analysé.

    Néanmoins, la contraception orale diminue le risque de développement de kystes fonctionnels et donc aussi leur récidive.

    Les kystes organiques sont essentiellement traités par voie chirurgicale. Dans la grande majorité des cas, l’intervention a lieu par cœlioscopie. L’opération consiste à ouvrir la paroi de l’ovaire et à détacher le kyste de l’ovaire, sans ouvrir l’abdomen de la patiente.

    Les kystes d’allure endométriosique doivent faire l’objet d’une évaluation plus globale de la pathologie endométriosique, de la qualité de vie et de la fertilité de la patiente. La chirurgie de ces kystes est délicate et ne doit pas être systématique. L’évaluation en Réunion de Concertation Pluridisciplinaire est recommandée.

    Les kystes dermoïdes de moins de 5 cm de diamètre peuvent faire l’objet d’une simple surveillance annuelle. Leur croissance régulière est, en moyenne de 2 mm par an ; le risque de torsion augmente avec la taille.

    Selon l’âge de la patiente, les marqueurs tumoraux et l’histoire clinique, il arrive que l’ovaire affecté doive être retiré. 

    Dans certaines situations (volumineux kystes bilatéraux, récidive après chirurgie, endométriose), une préservation ovocytaire préalable à la chirurgie, peut être proposée.
Je télécharge la fiche

Les autres maladies pour tumeur gynécologique, cancer gynécologique

Nos articles de blog

Nous vous proposons des articles réguliers sur les maladies que nous couvrons, les associations qui peuvent vous aider, les progrès en termes de télémédecine...

Actualité du 02/09/2020
Bien que vous ayez tout mis en œuvre pour favoriser vos chances de grossesse, vous n’êtes toujours pas enceinte. Vous avez alors consulté un spécialiste pour essayer de trouver la ou les causes de votre infertilité. En fonction de son diagnostic,...
Lire la suite...
Actualité du 26/08/2020
En cas d’infertilité, les techniques de procréation médicalement assistée (PMA) qui s’offrent à un couple sont multiples, mais la plus fréquemment utilisée est la fécondation in vitro (FIV). Focus sur l’une des techniques les...
Lire la suite...