Blog

L'histoire de Joëlle atteinte d'un rétrécissement aortique 

Par Nathalie Torloting le 15 septembre 2017
Aujourd’hui, nous vous présentons l’histoire de Joëlle* qui nous a beaucoup touchés au sein de l’équipe deuxiemeavis.

Joëlle a 52 ans, 2 enfants, elle habite à l’étranger.
Elle est sportive, mais au cours d’un test à l’effort, on lui diagnostique un rétrécissement aortique, dysfonctionnement qui touche la valve aortique et entrave la circulation du sang hors du cœur.
Cette pathologie est fréquente mais elle touche majoritairement des hommes et survient en général après 65 ans.

Un cardiologue lui conseille une opération pour changer la valve défaillante. C’est une opération à cœur ouverte importante. Joëlle le sait et elle qui a déjà été confrontée à une maladie lourde, mesure l’importance d’une telle chirurgie.

Légitimement, les questions se bousculent : Quels sont les risques liés à son intervention ? Le remplacement de la valve est-il indispensable ? Quel type de valve doit-elle choisir (le cardiologue lui en propose 2 différentes), Quelle est la durée de vie de la valve remplaçante ? Quelles sont les complications qui peuvent survenir ?

Pour avoir des réponses à toutes ses interrogations et se sentir rassurée, Joëlle réunit alors toutes les pièces de son dossier (les coronographies ; les écho doppler du cou, des vaisseaux, de l’aorte et des membres inférieurs ; les échographies à l’effort) et décide de demander un deuxième avis sur deuxiemeavis.fr.

En 4 jours, elle obtient l’avis d’un spécialiste de sa maladie, basé à Paris.
Le verdict tombe : les signes fonctionnels de Joëlle ne sont pas suffisamment alarmants. Elle ne s’essouffle pas à l’effort, n’a ni de douleur thoracique, ni ne fait de syncope ou de malaise à l’effort.
Ces examens confirment que son rétrécissement aortique n’a pas les critères de sévérité imposant le remplacement valvulaire.
Et Joëlle est trop jeune pour avoir un rétrécissement aortique serré.
Elle ne DOIT donc pas se faire opérer. Soulagement !!!
Son médecin généraliste l’approuve dans sa décision.

Le temps viendra pour une chirurgie.
D’ici là les valves artificielles seront plus performantes et plus faciles à poser.
En attendant, Joëlle peut continuer son yoga quotidien et ses marches modérées.

*Pour des raisons de confidentialité et de protection de la vie privée, nous avons changé le nom de la patiente.
Retour à la liste des articles
Catégories :
- Associations de patients (2)
- Cancer (6)
- Histoires de patients (9)
- Partenariats (1)
- Spécialités (2)
- Télémédecine (4)
- Traitements (9)