Blog

L’histoire d’Isabelle et Pierre désirant devenir parents

Par Nolwenn Degeselle le 29 septembre 2017
Aujourd’hui, nous allons vous raconter l’histoire d’Isabelle* et Pierre*, et de leur parcours pour devenir parents. Isabelle a 40 ans et Pierre en a 39, cela fait 5 ans qu’ils essayent en vain d’avoir un enfant. Après quelques années sans succès, ils décident de consulter un médecin, et de faire des tests complémentaires, démarche appuyée par leur médecin généraliste. Le verdict tombe : Isabelle a une insuffisance ovarienne débutante.
 
Définie par l'absence de grossesse après un an de rapports sexuels complets, réguliers (deux à trois fois par semaine) et sans contraception, l’infertilité peut aussi bien concerner la femme (30% des cas), que l’homme (20% des cas), le couple (40% des cas) ou encore une cause inconnue (10% des cas). Pour aider les couples à devenir parents, beaucoup de solutions existent : FIV, ICSI, stimulation ovarienne, FIV avec don d’ovocyte etc. Ces parcours de PMA - Procréation Médicalement Assistée – sont stressants pour les couples car ils sont très longs et très intenses tant physiquement que moralement.
 
Dans son cas, l’âge et le surpoids d’Isabelle jouaient en sa défaveur. Le centre dans lequel elle était suivi lui parlait de don d’ovocyte mais montrait une certaine réticence, principalement à cause de son surpoids.
 
Isabelle a alors choisi de recourir à deuxiemeavis.fr afin d’avoir un avis d’un expert de l’infertilité, et de lui poser toutes ses questions concernant ses chances d’avoir un enfant. Elle se demandait si elle pouvait encore espérer devenir maman, et surtout comment faire ? Le don d’ovocyte est-il possible malgré son surpoids ?
 
L’avis du médecin expert a été rassurant pour elle. En quelques jours, elle se voyait écrit noir sur blanc que son surpoids, pour lequel elle était également suivi, ne devait pas être un motif de non prise en charge pour un don d’ovocyte. Il l’alertait cependant sur les délais de prise en charge qui sont très long en France (2 ans environ). Isabelle a donc continué ses démarches et a pensé qu’il était préférable au vu de son âge de recourir à un don d’ovocyte à l’étranger.


*Pour des raisons de confidentialité et de protection de la vie privée, nous avons changé le nom du patient.

Retour à la liste des articles
Catégories :
- A propos d'un deuxième avis (7)
- Associations de patients (2)
- Cancer (6)
- Partenariats (1)
- Spécialités (1)
- Télémedécine (4)
- Traitements (7)