Le don d'ovocytes : comment ça marche ?

Par Mathilde Franc le 8 juillet 2020
don ovocytes
Lorsqu’un couple est diagnostiqué d’infertilité, plusieurs options s’offrent à lui, dont le recours au don d’ovocytes. Technique rarement pratiquée et connue en France en raison de l’insuffisance des dons pour répondre à la demande, elle représente pourtant un véritable espoir pour certains couples.


Qu’est-ce que le don d’ovocytes ?

L’ovocyte est la cellule reproductrice féminine, stocké dans les ovaires. Les filles naissent avec un stock de milliers d’ovocytes et à partir de la puberté, c’est une dizaine qui se développe à chaque cycle menstruel. Chaque mois, une dizaine d’ovocytes se développe pour aboutir potentiellement à la fécondation d’un seul par un spermatozoïde tandis que les ovocytes non fécondés disparaissent naturellement.

Sous réserve de remplir les conditions posées par les lois bioéthiques, une femme peut donner une partie de ses ovocytes. Ce don est, comme tout don d’un élément du corps humain, obligatoirement gratuit, volontaire et anonyme. Il pourra bénéficier à un couple rencontrant des difficultés à avoir un enfant pour une des raisons suivantes :
  • La femme souffre d’une insuffisance ovarienne ou n’a plus d’ovocytes pour une autre raison ;
  • Les ovocytes de la femme présentent des anomalies ;
  • Le couple risque de transmettre une maladie grave à leur enfant.

Comment recevoir un don d’ovocytes ?

Pour donner ses ovocytes, une femme doit remplir plusieurs conditions :
  • avoir entre 18 et 37 ans ;
  • être en bonne santé ;
  • avoir l’accord de son conjoint si elle est en couple.
Avant 2016, il fallait avoir déjà eu un enfant ; cette condition a été supprimée.
Une femme qui prend la décision de donner ses ovocytes doit s’adresser à un centre agréé au sein du réseau GEDO (groupe d’étude pour le don d’ovocyte). Tous les frais occasionnés par le don sont pris en charge.

Quant au couple receveur, il doit présenter l’une des caractéristiques énumérées plus haut pour pouvoir être éligible à recevoir un don d’ovocytes.
Les ovocytes sont attribués au début de la stimulation ovarienne (qui va permettre de prélever plusieurs ovocytes) à 2 ou 3 couples receveurs. Le choix est fait en suivant une liste d’attente mais certains éléments morphologiques et biologiques peuvent être pris en compte :
  • une certaine correspondance entre la couleur de peau de la donneuse et de la receveuse est préservée quand cela est possible ;
  • les principales caractéristiques morphologiques : couleur des yeux, taille, couleur des cheveux… Parfois, d’autres caractéristiques plus spécifiques au couple receveur ;
  • le groupe sanguin est souvent pris en compte.

Ces éléments n’entrent en jeu qu’à la demande du couple, sachant que les délais d’attente sont aujourd’hui très importants pour recevoir un don d’ovocytes et peuvent être rallongés si le couple souhaite que plus d’éléments soient respectés… Les professionnels de santé déplorent un manque de donneurs de gamètes (spermatozoïdes comme ovocytes) d’origine géographique variée.

Une fois le prélèvement des ovocytes effectués, ceux-ci peuvent être directement mis en fécondation in vitro (FIV) ou conservés à très basse température pour une FIV ultérieure.


Quels sont les résultats du don d’ovocytes ?

En 2017, en France, 3,3% des naissances sont issues d’une procréation médicalement assistée (PMA), dont 329 enfants nés grâce à un don d’ovocytes.

Pour des chiffres plus spécifiques, en 2015, un rapport des résultats de don d'ovocytes a été réalisé par l’Agence de biomédecine :
  • par FIV : pour 79 tentatives, 19 enfants sont nés, soit un taux de réussite de 24%.
  • par FIV-ICSI : pour 882 tentatives, 185 enfants sont nés, soit un taux de réussite de 21%.
  • par TEC (transfert d'embryons congelés) : pour 285 tentatives, 35 enfants sont nés, soit un taux de réussite de 12%.

Compte tenu des délais d’attente importants et des démarches à suivre, il est important - comme pour tout autre recours à une technique de procréation médicalement assistée - de ne pas tarder à prendre sa décision. Un deuxième avis peut permettre au couple ou à la femme dans une situation d’infertilité de confirmer la nécessité d’avoir recours à un tel traitement et de faire plus sereinement le deuil d’une conception avec ses propres ovocytes.




SOURCES :
  • Passeport Santé, Le don d'ovocytes
    https://www.passeportsante.net/fr/grossesse/Fiche.aspx?doc=don-ovocytes
  • Agence de la biomédecine, Don d'ovocytes
    https://www.dondovocytes.fr/vos-questions-sur-le-don-dovocytes/

Un médecin expert de votre maladie répond à vos questions en moins de 7 jours après analyse de votre dossier