La FIV en 4 questions

Par Philippine Picault le 24 juin 2020
fecondation in vitro
La fécondation in vitro (FIV) consiste à reproduire au laboratoire ce qui se passe naturellement dans les trompes lors de la fécondation. Cette méthode de procréation médicalement assistée (PMA) est une technique complexe pratiquée dans des centres spécialisés et agréés.
Qui peut y prétendre ? Comment se déroule une fécondation in vitro ? Quelles sont les chances de réussite ? Y a-t-il des risques ?
Dans cet article, on vous dit tout sur la FIV !


Dans quels cas recourir à une FIV ?

La FIV n’est pratiquée que sur indication médicale, après avoir effectué un bilan de fertilité. Le bilan de fertilité vise à réaliser plusieurs tests chez l’homme et chez la femme pour définir les causes de l’infertilité et le traitement le plus pertinent à mettre en oeuvre.

Le recours à une FIV classique peut être proposé notamment en cas d’infertilité tubaire, d’endométriose, d’infertilité inexpliquée, ou de troubles de l’ovulation après échec des stimulations ovariennes simples et des inséminations artificielles.


Comment se déroule la FIV ?

Le traitement par fécondation in vitro comporte 4 grandes étapes successives :
  1. La stimulation ovarienne par traitement hormonal. Elle permet le développement de plusieurs ovocytes au même moment.
  2. Le prélèvement des ovocytes et du sperme. Les ovocytes sont placés dans un incubateur qui reproduit les conditions rencontrées dans la trompe. Le même jour, le sperme est recueilli.
  3. La fécondation. Une suspension de spermatozoïdes mobiles est mise au contact de chaque ovocyte.
  4. Le transfert des embryons dans l’utérus maternel. Le nombre d’embryons à transférer dépend de l’âge de la patiente et du nombre de tentatives infructueuses.
Environ 15 jours plus tard, une prise de sang sera faite pour doser l’hormone de grossesse.

    FIV : quel taux de réussite ?

    Le taux de succès dépend de plusieurs facteurs : l'âge de la femme, les causes de l'infertilité, les facteurs génétiques, la qualité du sperme, des ovocytes …
    Selon l’âge de la femme, le taux de grossesse après une FIV est de :
    1. 61% pour les femmes âgées de moins de 35,
    2. 32% pour les femmes entre 35 et 39 ans,
    3. 18% après 39 ans.
    Dans environ 5 % des cas, la stimulation des ovaires est inefficace et le cycle de FIV doit être annulé. D’autres solutions devront être envisagées avec votre médecin spécialiste.


    Quels sont les risques d’une FIV ?

    En cours de traitement, il est fréquent que les femmes ressentent plusieurs effets indésirables mais sans gravité (bouffées de chaleur, douleurs abdominales, nausées, vomissements, ...).
    Le recours à la FIV peut majorer certains risques comme le développement d’une grossesse extra-utérine, des naissances multiples, un accouchement prématuré ou encore le recours à la césarienne.
    Il existe des risques accrus de malformations et de prématurité chez les enfants conçus par FIV.
    Avant d’entreprendre une fécondation in vitro, il peut être utile de demander un deuxième avis médical, afin de s’assurer que ce traitement est bien le plus adapté à la situation du couple et commencer les démarches avec plus de sérénité.


    SOURCES :
    • CHU de Liège, le transfert
      http://cpma-ulg.be/les-traitements/la-fecondation-in-vitro/fiv/etape-4-le-transfert/#sidebar
    • CHUV Médecine de la fertilité et endocrinologie gynécologique, Les étapes de la FIV
      https://www.chuv.ch/fr/fertilite/umr-home/procreation-medicalement-assistee/traitements/fecondation-in-vitro-fiv/les-etapes-de-la-fiv/
    • CHUV Médecine de la fertilité et endocrinologie gynécologique, Risques - FIV
      https://www.chuv.ch/fr/fertilite/umr-home/procreation-medicalement-assistee/risques/

    Un médecin expert de votre maladie répond à vos questions en moins de 7 jours après analyse de votre dossier