Malika 61 ans, souffrant d’une fracture de la cheville

Par Olivia Derrien le 1 novembre 2019
témoignage fracture cheville
Suite à une chute, Malika s’est fait une double fracture de la cheville droite. Les examens qui ont suivi le retrait de son plâtre ont montré que les fractures n’étaient pas consolidées. Son équipe médicale a préconisé de la rééducation afin de rétablir sa cheville mais Malika n’est pas confiante quant à ce choix thérapeutique.


L’échec du traitement orthopédique

Les fractures de la cheville peuvent être traitées de deux façons : un traitement chirurgical ou un traitement orthopédique. L’option choisie pour Malika a été la deuxième, soit la pose d’un plâtre pour immobiliser son articulation durant 4 semaines.
Une radiographie a été réalisée suite au retrait de son plâtre et son médecin lui a expliqué que ses deux fractures n’étaient pas consolidées, autrement dit les fragments osseux ne s’étaient pas ressoudés. Afin d’accélérer la consolidation, son médecin lui prescrit 15 séances de kinésithérapie

Malika est très inquiète concernant les choix thérapeutiques qui ont été faits pour ses fractures. Elle craint qu’elles ne parviennent pas à se consolider, voire que sa situation s’aggrave car elle a repris l’appui sur sa cheville. En effet, Malika vit seule dans un immeuble sans ascenseur et se déplace difficilement avec des béquilles. De plus, le cabinet de kinésithérapie près de chez elle n’est pas en capacité de la recevoir avant 3 semaines. 
Sa qualité de vie est très altérée, elle ne peut plus travailler et ne bénéficie que de 3 heures d’aide à domicile par semaine. 
Par ailleurs, elle souffre de douleurs au niveau de la hanche droite depuis quelques années et ces douleurs se sont intensifiées depuis ses fractures de la cheville, ce qui la préoccupe beaucoup. 
Pour Malika, l’idéal serait de séjourner dans un centre de rééducation afin d’obtenir de l’aide dans sa vie de tous les jours et ainsi moins solliciter son articulation, mais ce n’est pas le choix de son médecin

Par l’intermédiaire de sa complémentaire de santé, la patiente découvre l’existence de deuxiemeavis.fr. Elle décide donc de solliciter le service afin de confier son dossier médical à un expert.


Un deuxième avis qui évoque un autre traitement possible

En deux jours, Malika a reçu l’avis d’un chirurgien orthopédiste sur son cas. Le médecin expert confirme le diagnostic : pour lui les deux fractures sont très nettes, l’une d’elle est même déplacée. L’articulation de sa cheville en l’état comporte un risque d’évolution important selon le chirurgien. 
Pour lui, le délai de 4 semaines a été trop court pour retirer le plâtre et reprendre un appui, il n’est donc pas envisageable de démarrer une rééducation à l’heure actuelle. 
Le chirurgien précise à Malika qu’un vissage chirurgical de l'articulation tibio-fibulaire distale serait souhaitable mais il la met en garde, le résultat n’est pas garanti car il est déjà peut-être un peu tard.
Il lui conseille de faire rapidement un scanner de sa cheville et de contacter son médecin traitant afin d’être orientée rapidement vers un hyper-spécialiste de la chirurgie de la cheville et ainsi décider d’un éventuel geste chirurgical. 
Concernant les douleurs de sa hanche, le médecin expert explique à Malika qu’une pathologie sous-jacente a pu être réveillée. En effet, les fractures ont causé des douleurs qui ont entraîné un trouble de la marche qui lui même a eu une incidence sur la hanche. 

Bien qu’il soit contraire au premier avis qu’elle a reçu, Malika est vraiment très satisfaite de l’avis rendu par le médecin expert de deuxiemeavis.fr qui lui permet désormais d’avoir une meilleure compréhension de l’état de sa cheville. Elle dispose des éléments nécessaires pour prendre ses décisions de santé et obtenir la meilleure prise en charge possible.  

Nous lui souhaitons bon courage pour la suite de son parcours ! 

Si vous vous retrouvez dans l’histoire de Malika, tout comme elle, demandez un deuxième avis sur votre maladie.


*Pour des raisons de confidentialité et de protection de la vie privée, le nom des personnes a été changé.

Un médecin expert de votre maladie répond à vos questions en moins de 7 jours après analyse de votre dossier