L’histoire de Jean, 71 ans, devant faire une coronarographie

Par Olivia Derrien le 6 décembre 2019
témoignage coronarographie
Jean* est expatrié à l’étranger depuis plusieurs années. Déjà traité pour des problèmes rénaux et son cholestérol, il ressent depuis peu des symptômes cardiaques qu’il n’avait jamais eu jusque-là. Il a donc décidé de consulter un cardiologue à l’hôpital.


Un premier avis qui préconise une coronarographie 

Jean souffre d’hypertension artérielle et de tachycardie. Les palpitations arrivent surtout le soir, ce qui l'inquiète beaucoup. En effet, son grand-père est décédé des suites d’une angine de poitrine lorsqu’il avait 70 ans.
Le cardiologue a préconisé pour Jean un examen appelé “coronarographie” avec, en fonction des résultats, la mise en place d'un stent. Cet examen consiste à ponctionner une artère au niveau du bras ou du pli de l’aine afin d’y placer un petit tuyau qui permettra de faire passer des sondes et d’y injecter un produit de contraste opaque aux rayons X. Avec l’aide d’un appareil radiologique, il sera alors possible de visualiser l’ensemble des artères coronaires (artères irriguant le coeur). Ainsi, des rétrécissements ou des sténoses dues à des plaques d’athéromes pourront être décelées. 
Mais Jean se questionne sur l’opportunité de cette intervention qui n’est pas sans risque
Vivant à l’étranger, le service de deuxiemeavis.fr - pris en charge par sa mutuelle - semble être la meilleure option pour aider Jean à répondre à cette question. 
En 7 jours, il a pu recevoir l’avis d’un Professeur en cardiologie et maladies vasculaires


Un deuxième avis qui préconise plutôt un test d’effort en première intention

Le médecin expert explique tout d’abord à Jean qu’il a un risque plus élevé que la moyenne d’avoir une maladie des artères coronaires car il a de nombreux facteurs de risque et qu’ils ne sont pas très bien traités : hypertension artérielle, dyslipidémie importante, âge
L’électrocardiogramme de Jean est anormal selon le spécialiste : il montre des troubles du rythme ventriculaire, c’est à dire qui touchent les ventricules du coeur. Ce sont les cavités qui reçoivent le sang venant des oreillettes et le propulsent vers les organes. Selon le médecin, c’est sûrement la raison qui a poussé le cardiologue de Jean à préconiser une coronarographie. Mais l’expert alerte Jean sur le fait qu’avant de réaliser un examen invasif, il est nécessaire de faire un test d’effort. C’est le test de première intention pour confirmer une maladie coronarienne - ce que suspecte le médecin expert pour Jean.
Un test d’effort permettra de mesurer l’activité du coeur pendant un temps d’activité soutenue : le rythme cardiaque, l’activité électrique du coeur et la tension artérielle sont surveillés en permanence et ce jusqu’au retour à des valeurs normales au repos. Les résultats de ce test permettront de confirmer l’indication à faire la coronarographie

Jean est très satisfait de l’avis qu’il a reçu du médecin expert qui a répondu précisément et très clairement à sa question. Nous lui souhaitons bon courage pour la suite de son parcours ! 

Vous vous posez aussi des questions sur votre pathologie ? Un deuxième avis médical peut vous être utile. N’hésitez pas à en parler à votre médecin !


*Pour des raisons de confidentialité et de protection de la vie privée, le nom des personnes a été changé.

Un médecin expert de votre maladie répond à vos questions en moins de 7 jours après analyse de votre dossier