La cardiologie interventionnelle

Par Nolwenn Degeselle le 30 septembre 2016

A l’occasion de la semaine du cœur organisée depuis quelques années par les associations françaises du cœur, revenons sur le développement de la cardiologie interventionnelle.


Qu’est-ce que la cardiologie interventionnelle ?


On entend par cardiologie interventionnelle tous les actes thérapeutiques en cardiologie réalisés par voie endo-vasculaire (en passant par un vaisseau sanguin). Ces chirurgies mini-invasives ont connu un essor spectaculaire au cours des trente dernières années alors que, traditionnellement, les opérations du cœur étaient pour la plupart faites à « cœur ouvert ».

La cardiologie interventionnelle concerne tous les domaines de la cardiologie : pathologies coronaires, troubles du rythme, malformations congénitales, insuffisance cardiaque et cardiomyopathies, pathologies valvulaires...

Les interventions sont réalisées par des médecins cardiologues interventionnels sur des plateaux techniques spécifiques qui utilisent des technologies de pointe (vidéochirurgie, visualisation 3D…).
La cardiologie interventionnelle se substitue de plus en plus aux traitements chirurgicaux de référence : en 2009, elle compte pour 250.000 actes en France réalisés par 1000 cardiologues spécialisés. A titre d’exemple, 85% des gestes de revascularisation coronaire et la quasi-totalité? des procédures d’ablation pour arythmies sont maintenant faits par voie percutanée.
Suite à son développement rapide, la cardiologie interventionnelle a été classée par les pouvoirs publics dans la liste des activités soumises à autorisation, au même titre que la chirurgie cardiaque.

Evolution du métier de cardiologue

La cardiologie interventionnelle est donc progressivement devenue une surspécialité?. Elle s’appuie, bien sûr, sur le socle des connaissances générales en cardiologie mais intègre aussi des compétences spécifiques d’où l’apparition d’un nouveau métier de cardiologue interventionnel. Un diplôme inter universitaire national permet de valider cette formation spécifique.


Des bénéfices nombreux et pour tous

La cardiologie interventionnelle permet non seulement de réduire les risques liés à une anesthésie générale et à une intervention lourde, de réduire le temps d’hospitalisation et indirectement son coût, mais aussi et surtout de réduire la douleur et les séquelles post-opératoires pour le patient : la récupération est plus rapide, les cicatrices sont moins visibles etc.


Le cas du rétrécissement aortique


Dans le cadre d’un rétrécissement aortique (sténose aortique) – maladie qui altère la valve aortique – la chirurgie mini-invasive (tavi = transcatheter aortic valve implantation) est un véritable recours pour les personnes les plus fragiles (personnes âgées de plus de 85-90 ans ou ayant d’autres affections pulmonaires ou neurologiques) même si l’intervention chirurgicale à cœur ouvert reste la technique de référence. Le choix du traitement est donc capital pour un patient notamment en termes de conséquences post-opératoires.

Lire le témoignage de Nathalie qui a dû faire face à une décision importante pour son rétrécissement aortique.

Un médecin expert de votre maladie répond à vos questions en moins de 7 jours après analyse de votre dossier