image Maladies cardiovasculaires

Angine de poitrine

Je découvre les médecins experts
Je demande un deuxième avis

Mise à jour le 24 octobre 2016

  • Définition angine de poitrine

    L’angine de poitrine (ou angor) est le résultat d’une obstruction des artères coronariennes (par opposition à l’angor de Prinzemetal décrit dans une autre fiche). Un dépôt de graisse s’accumule sur les parois, grossit et crée une plaque d’athérome. Cela provoque une diminution du flux sanguin. 

    Le myocarde (le muscle cardiaque) souffre alors d’un déficit en oxygène. Il est possible que l'angor soit le signe annonciateur d'un infarctus du myocarde.

    L’angine de poitrine touche le plus souvent des patients qui présentent une insuffisance coronarienne.  

    L'angine de poitrine concerne davantage les hommes que les femmes, et majoritairement les personnes de plus de 50 ans, mais le nombre de cas augmente avec l’âge. 

  • Intérêt d'un deuxième avis

    Pourquoi demander un deuxième avis ?

    Dans le cadre de l’angor, un deuxième avis est pertinent car il s’agit d’une maladie dont les conséquences peuvent être très graves, jusqu’à aboutir à un infarctus du myocarde voire à un décès.
    Or, bien comprendre sa maladie est déjà en soi, une partie de la thérapie. Cela permet de mieux connaître les facteurs de risque, de mieux maitriser l’évolution de la maladie et de prendre des mesures préventives. Choisir le traitement adapté, au bon moment, peut vous sauver la vie. De même que le fait de reconnaître les signes avant-coureurs d’une récidive peut vous permettre d’appeler les urgences à temps.

    Par ailleurs, l’angor va nécessairement impliquer des changements dans votre mode de vie. Un second avis vous aidera à mettre en place les limites à ne pas franchir ou au contraire vous rassurer sur le potentiel que vous ne pensiez plus avoir et que vous pouvez encore développer.

    Deuxiemeavis.fr c'est quoi ?

    L'avis d'un médecin expert, en moins de 7 jours, pris en charge par votre complémentaire santé !

    deuxiemeavis.fr vous propose une solution rapide et sécurisée :

    Je découvre les médecins experts
    Je demande un deuxième avis
    image de cadenasdeuxiemeavis.fr est agréé par la CNIL. N° d'autorisation : 1786189
    100% de patients satisfaits

    Combien ça coûte?

    Pour les assurés sociaux français, le service est pris en charge par certaines complémentaires santé. Contactez-nous pour savoir si vous êtes couverts.

    Est-ce sécurisé?

    deuxiemeavis.fr est agréé par la CNIL.
    N° d'autorisation : 1786189

    Quelles sont les questions les plus fréquemment posées?

    • Quels sont les options thérapeutiques dans ma situation ?
    • Quels sont les principaux facteurs de risque que je cumule et comment puis-je agir pour les faire disparaître ?
    • Après un angor, combien de temps faut-il pour récupérer et retourner à la vie professionnelle ?
    • Pourrai-je retrouver le rythme de vie que je menais avant ?
    • Quels sont les risques de rechute ?
    • Comment l’intervention du pontage se déroule-t-elle ?
    • Quels sont les risques de cette intervention ?

     Mais aussi toutes les autres questions spécifiques que vous vous posez

    Quels spécialistes consulter?

    L’angine de poitrine est prise en charge par :

    Un cardiologue.
     Spécialisé dans les maladies cardio-vasculaires, il procédera à tous les examens permettant d’identifier les causes de votre maladie et définira les traitements les plus adaptés à votre cas.

    Un chirurgien cardiaque, spécialisé dans les pontages coronariens lorsqu'ils sont nécessaires.

    Pour avoir une réponse adaptée, il est fortement conseillé de trouver des spécialistes de l’angine de poitrine.
    image de docteur
    1
    médecin expert
    pour angine de poitrine
    Je découvre les médecins experts
  • symptômes angine de poitrine

    L’angine de poitrine se manifeste par une douleur au thorax, généralement localisée derrière le sternum, qui survient pendant un effort ou un stress. Le patient a alors l'impression que son thorax est compressé dans un étau. Cette douleur dure plusieurs minutes, se propage parfois vers le bras gauche ou la mâchoire, puis disparaît lorsque cesse l’effort.


  • Diagnostic angine de poitrine

    Le diagnostic de l'angine de poitrine se base tout d’abord sur un interrogatoire du médecin qui recherche notamment les symptômes et les facteurs de risque de la maladie.

    L'angine de poitrine est favorisée par les facteurs de risque cardiovasculaires habituels: l'âge, le surpoids, le diabète, le cholestérol et l'hypertension artérielle. Les fumeurs sont également plus exposés à l'angine de poitrine. Enfin, il existe une prédisposition génétique à l'angor.

    Plusieurs examens peuvent être entrepris pour le diagnostic de l'angine de poitrine :
    • Un électrocardiogramme (ECG) très souvent réalisé au repos mais aussi et surtout à l’effort
    • Une coronarographie peut être faite si l'épreuve d'effort est positive
    • Une échocardiographie
    • Pour les patients de plus de 50 ans, une scintigraphie myocardique 
    • L'imagerie : échographie de stress, IRM d'effort.

  • Traitement angine de poitrine

    Le choix du traitement dépend :  

    • De l’âge du patient
    • De son hygiène de vie
    • De ses antécédents familiaux en termes d’accidents cardio-vasculaires
    • De l’histoire de l'angor: date des premiers symptômes, traitement, survenue d’un infarctus du myocarde, de la fréquence de l’angor, survenue au repos ou à l’effort
    • De son état de santé général
    • De la rapidité de la prise en charge après les premiers symptômes

    Le traitement mis en place englobe deux approches.

    Dans un premier temps, c’est la crise d’angor qui doit être immédiatement prise en charge, pour supprimer la douleur. Cela se fait grâce à un dérivé nitré d’action immédiate (trinitrine). Ce médicament se présente sous forme de spray ou de comprimé à placer sous la langue. Il a pour fonction de dilater les artères. Il peut être soit utilisé au moment de la crise, voire par anticipation, juste avant l’effort.

    Dans un second temps, un traitement à plus long terme est élaboré pour prévenir tout risque de récidive, en traitant les causes de survenue de la maladie coronaire et éviter les complications. Cette thérapie est d’abord médicamenteuse (bêtabloquants, antiagrégants plaquettaires, statines et inhibiteurs de l’enzyme de conversion) et résumée sous l’acronyme BASIC. Ces médicaments ont respectivement pour but de diminuer les besoins en oxygène, fluidifier le sang, combattre le mauvais cholestérol (et donc la formation de plaques) et enfin, de faire baisser la tension. La prise en charge des facteurs de risque est par ailleurs fondamentale : il s’agit de corriger le mode de vie et par exemple diminuer le stress professionnel et personnel, arrêter de fumer, perdre du poids et avoir une activité physique. Mais si malgré cela, la maladie évolue, il faudra envisager une angioplastie ou un pontage aorto-coronaire.

    L’angioplastie consiste à dilater les parois de l’artère obstruée à l’aide d’un ballonnet gonflable que l’on introduit dans l’artère grâce à un cathéter. Le point d’entrée est soit l’artère radiale, soit l’artere fémorale. Elle est généralement accompagnée de la pose d’un stent. Il s’agit d’un petit dispositif en forme de tube (ou de ressort) métallique qui est placé dans l’artère afin de maintenir la plaque contre la paroi. Une fois l’artère dilatée, la circulation sanguine peut reprendre. 90% des patients en Europe peuvent être traités de cette façon : le patient passe en moyenne deux jours à l’hôpital et peut rapidement reprendre son travail.

    Enfin, si plusieurs artères coronaires sont rétrécies ou bouchées, le chirurgien peut procéder à un pontage. Un segment de vaisseau sanguin sain est alors prélevé au niveau de la jambe, du bras ou du thorax, et greffé pour créer une nouvelle voie d'irrigation du cœur en contournant la partie rétrécie. Cette intervention se déroule à coeur ouvert, en ouvrant le thorax au niveau du sternum, sous anesthésie générale. 10% des patients en Europe doivent subir ce type d’intervention : le patient passe en moyenne 10 à 15 jours à l’hôpital et peut reprendre son travail après 6 semaines à 2 mois.

Télécharger la fiche

Les autres maladies coronarienne

Nos articles de blog

Nous vous proposons des articles réguliers sur les maladies que nous couvrons, les associations qui peuvent vous aider, les progrès en termes de télémédecine...

Actualité du 01/12/2017
Cette semaine, nous avons décidé de vous parler d’Hugo, 35 ans, qui habite à Chambéry.Tout commence en 2013. Alors qu’il pratique le kick boxing. Hugo remarque un claquement sonore mais indolore au niveau du ménisque interne de son genou droit...
Lire la suite...
Actualité du 24/11/2017
Aujourd’hui, nous allons vous raconter l’histoire de Jean, qui souffre d’un cancer de la prostate.Jean a 65 ans, il habite dans la région nantaise. Ancien expert comptable, il est aujourd’hui retraité et compte bien profiter de...
Lire la suite...