Traitement lourd : les questions à se poser avant de commencer

Par Mathilde Franc le 23 mars 2020
question traitement lourd
Certaines pathologies nécessitent de suivre ce qu’on appelle communément un “traitement lourd”. Il n’est pas toujours évident de savoir ce que cette expression renferme. Pourtant, il est important pour le patient de bien s’informer pour se préparer afin de prendre part à la décision médicale et de décider en toute connaissance de cause de suivre ou non ce traitement. 


Un traitement lourd, c’est quoi ? 

En médecine, le “traitement” est constitué par des mesures réalisées ou conseillées par un professionnel de santé - souvent, un médecin - qui peuvent poursuivre différents objectifs en lien avec une maladie : la guérir, soulager les symptômes qu’elle crée, prévenir son apparition ou sa réapparition, contrôler son évolution… Un traitement est qualifié de lourd en raison de son impact sur différents aspects de la vie du patient. 

Certains traitements créent d’importants effets secondaires par période, comme la chimiothérapie, qui est un traitement médicamenteux utilisé la plupart du temps pour traiter le cancer
D’autres traitements sont particulièrement invasifs : en cas d’insuffisance rénale, la dialyse nécessite la mise en place d’un shunt - qui dévie l’afflux sanguin - entre une artère et une veine afin de filtrer le sang du patient. 
Plus simplement, une opération chirurgicale peut comporter des risques plus ou moins importants pour le patient. 
Encore, certains traitements sont lourds justement parce qu’il faut les prendre à vie. C’est par exemple le cas pour certaines maladies psychiatriques qui supposent un suivi très précautionneux, ou certains types de diabète qui demandent un suivi de l’alimentation précis. 

En résumé, un traitement lourd aura des conséquences certaines sur le mode de vie du patient, d’où l’importance d’en prendre conscience avant de s’y soumettre !


Traitement lourd : quelles questions se poser ?

Pour s’engager dans le suivi d’un traitement conséquent sereinement, il faut en mesurer les effets, positifs et négatifs. Ce travail permet au patient de réfléchir à ce qu’il attend d’un traitement, quels sont les sacrifices qu’il accepte et à quel prix, ce qui est important pour lui par rapport à sa maladie. Concrètement, chaque personne est différente et réagira différemment face à une maladie, au traitement proposé et aux alternatives existantes. En effet, certains souhaiteront absolument tout essayer pour se soigner quand d’autres préfèrent vivre avec une maladie parfois handicapante, peut-être moins longtemps, plutôt que de subir un traitement diminuant leur qualité de vie

Conduire cette réflexion amène le patient à se poser des questions simples mais essentielles
  • Quels sont les effets secondaires du traitement qui m’est proposé ? 
  • Existe-t-il des alternatives à ce traitement ? Et, si oui, quelles sont-elles et en quoi sont-elles plus ou moins conseillées dans ma situation ?
  • Quand dois-je commencer mon traitement ? Puis-je l’avancer, le retarder ou le prendre à une fréquence différente
  • Quel est l’objectif attendu ? Est-ce que ce traitement me permet de guérir, d’éviter des complications, de repousser ou atténuer certains symptômes ?

A qui poser les questions sur votre traitement ? 

Dans un premier temps, le patient aura tendance à se tourner vers son médecin traitant ou le médecin spécialiste lui ayant donné un diagnostic et proposé un traitement. C’est l’interlocuteur le plus proche de celui-ci et souvent le plus à même de répondre à ses questions. 

Pourtant, il est parfois utile, dans un second temps, de se renseigner auprès d’autres personnes : parler à ses proches par exemple peut aider le patient à concevoir l’impact d’un éventuel traitement lourd sur son mode de vie. Quant aux caractéristiques du traitement lui-même et de la maladie diagnostiquée, parler à un seul médecin n’est pas toujours suffisant pour des raisons variées et propres à chaque situation. Par exemple, une explication unique n’est pas toujours parlante pour le patient auquel elle est adressée et d’autres mots pourront la rendre plus accessible. Un regard nouveau pourra aussi conduire à un traitement peut être plus adapté à la situation du patient, ou encore rassurer ce dernier sur son diagnostic et les intérêts de suivre un tel traitement. Dans cette optique, demander un deuxième avis ou interroger d’autres médecins dans son entourage peut tout changer pour le patient !

Un médecin expert de votre maladie répond à vos questions en moins de 7 jours après analyse de votre dossier