traitements du sopk
SOPK

Traitement du SOPK : les différentes options

1 femme sur 10 en souffre, mais il n’existe pas à ce jour de traitement pour en guérir. Le syndrome des ovaires polykystiques (SOPK) se caractérise par des troubles du cycle menstruel et de l’ovulation, associés à une hyperandrogénie. Des traitements médicamenteux et naturels sont en revanche disponibles pour en traiter efficacement les symptômes.

 

Quelles sont les causes du syndrome des ovaires polykystiques ?

 

Le syndrome des ovaires polykystiques (SOPK) est une maladie due à un déséquilibre hormonal d’origine ovarienne ou centrale. Le cycle ovarien est régulé par les hormones FSH et LH dont le taux fluctue au cours du cycle menstruel.

Chez les femmes atteintes du SOPK, l’hormone LH reste élevée pendant tout le cycle et ne permet pas à l’ovulation d’être déclenchée.

Les ovaires des patientes concernées par le SOPK libèrent également un taux trop élevé d’androgènes, et en particulier de testostérone.

 

Traitement des symptômes : peut-on guérir du SOPK ?

 

Ce dérèglement hormonal du SOPK peut induire de nombreux symptômes, dont l’intensité est variable d’une femme à l’autre : troubles de l’ovulation (rareté ou absence de règles et d’ovulation), troubles de la fertilité, hyperpilosité ou hirsutisme, perte de cheveux, acné, modification du timbre de la voix, diminution du volume de la poitrine, acanthosis nigricans (peau des aisselles et de la nuque plus sombres), prise de poids, insulinorésistance et diabète. La présence de deux à trois de ces symptômes peut laisser envisager un diagnostic de SOPK.

S’il n’existe pas aujourd’hui de traitement permettant de guérir du SOPK, des traitements existent pour atténuer les symptômes de la maladie. Ces solutions thérapeutiques reposent sur des traitements médicamenteux, des modifications de l’hygiène de vie et, si besoin, sur un suivi psychologique. De nouveaux traitements sont actuellement à l’étude.

 

Les traitements contre l'absence de règles et les troubles de l'ovulation

 

La pilule contraceptive est le traitement de référence pour "régulariser" artificiellement les cycles menstruels. Cependant, il s'agit d'une contraception donc les ovulations sont inhibées par la prise de la pilule. Le médecin pourra prescrire une pilule contenant un progestatif ou une combinaison d’œstrogènes et de progestatif. L'option de la pilule œstroprogestative est réservée aux patientes ne présentant pas de facteurs de risques de maladies cardiovasculaires.

L’utilisation d’un dispositif intra-utérin (DIU) ne permettra pas de normaliser l'absence de règles et les problèmes d'ovulation.

 

Les traitements pour favoriser la fertilité et la grossesse

 

Quand un désir de grossesse est présent, les femmes concernées par le SOPK peuvent se retrouver face à des difficultés pour tomber enceinte. Près de la moitié d’entre elles souffrent en effet d’infertilité.

Pour traiter une absence d’ovulation (anovulation) ou une ovulation rare (dysovulation), une stimulation de l’ovulation peut être proposée. Cette hyperstimulation ovarienne est provoquée par un traitement à base de citrate de clomifène, de gonadotrophines exogènes ou d’inhibiteurs de l’aromatase.

En cas d’échec de grossesse suite à cette stimulation ovarienne, il est possible d’envisager une intervention chirurgicale appelée forage ovarien. Il s’agit de détruire au laser les petites zones des ovaires produisant les androgènes par laparoscopie, c’est-à-dire en insérant une fine sonde optique par des petites incisions réalisées autour du nombril. Cette opération est réalisée sous anesthésie générale.

Si ces traitements se révèlent inefficaces, une fécondation in vitro (FIV) peut également être envisagée. 

 

Les traitements de l’hyperpilosité et de l'hirsutisme

 

L’un des symptômes du syndrome des ovaires polykystiques, provoqué par les taux élevés d’androgènes (hormone masculine), est l’hyperandrogénie clinique. Elle se manifeste notamment par une pilosité excessive sur le menton, le torse, le dos et les fesses. On parle d’hyperpilosité ou d’hirsutisme.

Quand l’excès de pilosité est difficilement vécu par les femmes qui en souffrent, il est possible d’avoir recours à des décolorations, à des épilations à la cire ou à la pince à épiler, à des crèmes dépilatoires ou à des épilations au laser.

En plus de régulariser les cycles menstruels, les contraceptifs oraux à base d’œstrogènes et de progestérone ont pour effet de réduire les taux d’androgènes et ainsi de diminuer la pilosité excessive.

La spironolactone peut être prescrite pour bloquer la production des hormones masculines à l’origine de l’hyperpilosité en cas de SOPK. Ce traitement présente des risques de complications pendant la grossesse pour le fœtus et est donc incompatible avec un désir de grossesse.

En cas d’échec de ces traitements, il est possible de se voir prescrire de l’acétate de cyprotérone en l'absence de contre-indication médicale. Six mois de traitement seront généralement efficaces contre l’hyperpilosité.

 

Les traitements de l'acné

 

La pilule contraceptive peut également être efficace en première intention pour le traitement de l’acné.

Si l’acné demeure présente, le médecin pourra prescrire un traitement à base d’acétate de cyprotérone qui donne des résultats en trois mois.

En cas de SOPK, les traitements dermatologiques habituellement proposés pour l’acné, comme le peroxyde de benzoyle, la trétinoïne et des antibiotiques peuvent être prescrits en complément des traitements hormonaux. 

 

Comment lutter contre les anomalies métaboliques et la prise de poids liées au SOPK ?

 

L’hyperandrogénie qui accompagne le SOPK peut provoquer une prise de poids qui agit de façon délétère sur la fertilité. Une réduction de 10 % du poids se montre bénéfique pour déclencher l’ovulation et réguler la fréquence des règles, la fertilité et l’hyperandrogénie.

L’adiposité excessive prédispose également à des anomalies métaboliques telles que la résistance à l'insuline et le diabète de type 2.

Pour lutter contre le surpoids et diminuer les taux d’insuline, il est conseillé aux patientes de modifier leur hygiène de vie : diminution des glucides (pain, pâtes, pommes de terre…) et pratique d’exercices physiques 30 minutes par jour.

En cas de SOPK, les médicaments antidiabétiques oraux, comme la metformine, peuvent être nécessaires pour diminuer la résistance à l’insuline. La metformine peut aussi aider à perdre du poids et ainsi, à réguler les cycles menstruels. Le liraglutide et l’orlistat peuvent également être prescrits par le médecin pour diminuer la résistance à l’insuline et diminuer les symptômes d’hyperandrogénie (hyperpilosité…).

 

Il n’existe pas aujourd’hui de traitement permettant de guérir du syndrome des ovaires polykystiques, mais un diagnostic de SOPK permettra d’agir sur les symptômes et de les atténuer. Un deuxième avis médical sera utile pour confirmer et affiner votre diagnostic de SOPK.

 

Sources :

Par Marion Berthon - Publication le 28/09/2022

Actualisé le 23/11/2022

Catégories
Vous avez aimé cet article ?
N’hésitez pas à le partager !

Découvrez nos webinaires

handicap et troubles du comportement
Webinaire
Handicap & troubles du comportement. Comment aider les patients et leur famille?
Jeudi 1 décembre de 18h à 19h
Ça m’intéresse
Vous avez manqué un webinaire ?
Ils sont tous disponibles en replay !
Voir tous nos webinaires
Grâce à votre contrat santé ou prévoyance, obtenez l’avis d’un médecin référent de votre problème de santé en moins de 7 jours, gratuitement et sans avance de frais
Etape 1
1. Inscription
Créez un compte et récupérez votre dossier médical en parallèle
Je commence
Tous les articles : SOPK
drilling ovarien

Drilling ovarien - Tout savoir sur la multiperforation ovarienne

Comment augmenter ses chances de tomber enceinte quand on souffre d’infertilité liée au syndrome des ovaires polykystiques (SOPK) ? Le drilling ovarien est une opération chirurgicale qui aboutit à des...

Lire la suite, 3 min de lecture

Par Marion Berthon le 05/10/2022

évolution sopk

SOPK : quelle est son évolution au cours de la vie ?

Le syndrome des ovaires polykystiques (SOPK) est une maladie insidieuse, qui peut débuter par des cycles menstruels irréguliers et une acné sévère, puis s’accentuer au fil du temps. A 15 ans, 25 ans,...

Lire la suite, 3 min de lecture

Par Marion Berthon le 03/10/2022

symptômes SOPK

SOPK : quels sont les symptômes du syndrome des ovaires polykystiques ?

Absence de règles, hyperpilosité, acné, peau des aisselles et de la nuque plus sombre… Si vous présentez un ou plusieurs de ces symptômes, vous êtes peut-être concernée par le syndrome des ovaires...

Lire la suite, 4 min de lecture

Par Marion Berthon le 26/09/2022

Plus d'articles
Pour aller plus loin…

Je découvre les médecins référencés

Je m’informe sur la prise en charge

Je m’informe sur la protection de mes données

Vous avez d’autres questions ? Consulter notre F.A.Q
Je souhaite l'avis d'un expert
Logo de deuxiemeavis.fr

Un service patient
est là pour vous accompagner

Un service patient est là pour vous accompagner

Du lundi au vendredi de 9h à 18h

01 81 80 00 48

Appel non surtaxé

Par messageF.A.Q

Appel non surtaxé

Service
Le deuxième avis Les médecins référencés Les maladies La prise en charge Témoignages Blog
Mentions légales Politique de confidentialité C.G.S

Copyright © Carians 2022, Tous droits réservés - Carians - Deuxiemeavis.fr - 1 boulevard Pasteur 75015 Paris

Rejoignez-nous !