image Maladies gynécologiques, Maladies urologiques

Maladie de Lapeyronie et malformation du pénis

Mise à jour le 15 septembre 2020

  • Maladie de Lapeyronie et malformations du pénis : De quoi s'agit-il ?

    Le pénis appartient aux systèmes reproducteur et urinaire masculin. Il a deux fonctions : permettre l’évacuation de l’urine et expulser les spermatozoïdes au cours de l’acte sexuel. Il est composé d’un gland et d’une verge. Celle-ci est formée de deux corps caverneux cylindriques, situés sur le dos de la verge, qui se remplissent de sang pendant l'érection. Elle est également composée d’un corps spongieux situé sur le ventre de la verge et parcouru par l'urètre, le canal qui permet la sortie de l'urine et du sperme.

    Il arrive parfois que le développement du pénis ne se fasse pas normalement. On distingue plusieurs types de malformation du pénis, selon qu’elles soient présentes dès la naissance, où apparaissent à l’âge adulte.

    Les malformations congénitales du pénis sont le plus souvent diagnostiquées à la naissance ou à la puberté, après que le pénis ait terminé sa croissance, et posent des problèmes esthétiques et parfois fonctionnels. La plus courante de ces malformations est d’origine congénitale : c’est l’hypospadias. Dans le cas de cette malformation, l’orifice de l’urètre ne se situe pas au bout de la verge comme il le devrait normalement, mais plus en arrière, voire - dans les situations les plus sévères au niveau des bourses. D’origine embryologique, cette maladie touche 1 bébé sur 300.

    Diagnostiqué à la naissance, le micropénis est une malformation qui se manifeste par une taille excessivement petite du pénis. Elle concerne un pénis qui, chez le bébé, mesure environ 2 cm au lieu de 3,5 cm en moyenne dans une situation normale. Si rien n’est fait, à l’âge adulte le pénis ne dépassera pas les 8 à 9 centimètres en érection, quand la longueur normale de cet organe au repos devrait se situer entre 7 et 11 centimètres.

    D’autres malformations moins fréquentes (épispades, pénis enfouis, transpositions, torsions et anomalies préputiales) impliquent elles aussi - si elles ne sont pas prises en charge de façon précoce - des séquelles fonctionnelles ou esthétiques à l’âge adulte. D’une façon générale, ces malformations doivent être traitées tôt, le plus souvent de manière chirurgicale, et en milieu spécialisé. Ces malformations sont en général détectées dès la naissance ou, au plus tard, dans la petite enfance.

    Il arrive que le pénis ne se déforme que bien plus tard, chez l’homme devenu adulte. C’est le cas des courbures congénitales qui apparaissent en érection après la puberté et de la maladie de Lapeyronie. Ces maladies se caractérisent par une courbure anormale de la verge, qui peut être plus ou moins importante et se produire dans différentes directions (dorsales, latérales ou ventrales).

    On ignore la cause exacte de la maladie de Lapeyronie mais l’hypothèse la plus souvent retenue est celle de microtraumatismes qui ont cicatrisé sous la forme de fibrose chez des hommes génétiquement prédisposés. Parfois la maladie survient après un choc, au découd d'une chute ou à la suite de coups. Du tissu fibreux, rigide, remplace alors le tissu élastique et une plaque fibreuse se constitue. Dans les premiers mois, le pénis en érection se déforme et des douleurs apparaissent. Puis la déformation se stabilise et les douleurs disparaissent.

    Peu connue, la maladie de Lapeyronie toucherait néanmoins jusqu’à 9 % de la population masculine. Elle survient généralement chez les plus de 50 ans, mais concerne parfois des hommes plus jeunes, à partir de 25 ans.

  • Quel est l'intérêt d'un deuxième avis pour la maladie de Lapeyronie et les malformations du pénis ?

    Pourquoi demander un deuxième avis pour la maladie de Lapeyronie et les malformations du pénis ?

    Un deuxième avis est tout à fait indiqué dans le cadre de malformations du pénis, tant celles-ci peuvent avoir de répercussions psychologiques chez l’homme (ou l’enfant) qui les subit.
    Parfois ressentie comme une honte, une difformité, voire une perte de virilité, la malformation du pénis peut également provoquer des douleurs ou un défaut fonctionnel. Ainsi, le petit garçon né avec un hypospadias présentera non seulement des difficultés à uriner, mais il sera aussi embarrassé par l'apparence de ses parties intimes.

    Dans le cas de la maladie de Lapeyronie, l’adulte sera gêné par l’allure de sa verge dont la courbure peut entraîner des rapports sexuels très douloureux voire impossibles, ce qui entrave ses relations de couple. Un second avis permet de parler ouvertement de ces problèmes à un spécialiste qui vous présentera toutes les alternatives possibles. Vous pourrez dès lors participer en toute connaissance de cause, aux choix thérapeutiques qui s’offrent à vous. Les parents doivent savoir en effet que les techniques chirurgicales et d’anesthésie pédiatrique actuelles permettent un traitement précoce et efficace des malformations du pénis.

    Chez l’adulte, la prise en charge des malformations doit être mûrement réfléchie et la thérapie choisie de manière éclairée, car elle peut entraîner des conséquences. L’intervention chirurgicale nécessite une bonne connaissance et une expérience de la chirurgie du pénis adulte. C’est aussi la raison pour laquelle un second avis auprès d’un spécialiste est recommandé.


    Quelles sont les questions les plus fréquemment posées ?

    • Quel est le traitement le plus adapté à ma situation ?
    • Ma malformation a-t-elle un impact sur ma fertilité ?
    • Ma malformation va-t-elle continuer d’évoluer ?
    • Quelles sont les conséquences sur ma sexualité ?
    • On me propose une intervention chirurgicale, quelles en sont les risques ? Les conséquences pour mon pénis ?
    • Un traitement hormonal est proposé à mon fils. Quels seront les effets sur l’ensemble de sa personne ? Combien de temps faudra-t-il suivre ce traitement ?

     Mais aussi toutes les autres questions spécifiques que vous vous posez.

  • Deuxiemeavis.fr c'est quoi ?

    Deux avis valent mieux qu'un

    Que vous soyez patient ou médecin, deuxiemeavis.fr vous permet d'obtenir l'avis d'un médecin expert en moins de 7 jours alors que les délais de consultation peuvent excéder parfois 6 mois.

    Un deuxième avis médical auprès d'un médecin référent dans votre problème de santé peut vous permettre d'approfondir les avantages et inconvénients de votre traitement et parfois d'identifier des alternatives. Un patient plus informé et qui participe au choix de son traitement a généralement de plus grandes chances de guérison.

    discover experts
    EXPERTISE

    Expertise des médecins vérifiée et garantie par le conseil scientifique

    discover experts
    RAPIDITÉ

    Avis médical sous 7 jours, délai compatible avec une prise de décision rapide

    discover experts
    CONFIDENTIALITÉ

    Données de santé protégées et jamais communiquées à des tiers

    discover experts
    PRIS EN CHARGE

    Sans avance de frais, pris en charge à 100% par les complémentaires santé partenaires

  • Quels sont les spécialistes de la maladie de Lapeyronie et des malformations du pénis ?

    L’urologue est à la fois médecin et chirurgien. Il est le spécialiste de l’appareil urinaire et génital. Il traite les maladies qui s’y rapportent et notamment les troubles de l’érection et les malformations.

    L'urologue pédiatrique. Il est spécialisé dans les troubles de l'appareil urinaire de l'enfant, et notamment des malformations génito-urinaires et les hypospadias. Cette spécialité se situe à la frontière entre l’urologie et la chirurgie pédiatrique.

  • Quels sont les symptômes de la maladie de Lapeyronie et des malformations du pénis ?

    Les principaux symptômes sont des érections douloureuses, une courbure de la verge et l’apparition d’un nodule. Il arrive exceptionnellement que la maladie de Lapeyronie guérisse toute seule. En quelques mois, la verge reprend un aspect normal. Dans d'autres cas, la courbure devient de plus en plus marquée et donc de plus en plus gênante. Généralement, au bout de 1 à 3 ans, la maladie n'évolue plus.
  • Comment diagnostiquer la maladie de Lapeyronie et les malformations du pénis ?

    Le diagnostic est essentiellement clinique. Les malformations congénitales sont le plus souvent constatées dès la naissance par le médecin pédiatre examinant l'enfant ou rapportées par les parents.

    Chez l'adulte la combinaison d'une courbure anormale du pénis en érection et l'existence d'érections douloureuses, allant parfois jusqu'à rendre les rapports sexuels impossibles, est évocatrice. Le diagnostic sera confirmé lors de l'examen phyisique par l'urologue.

    Les photos éventuellement prises par le patient ou ses parents sont également une aide au diagnostic, notamment lorsque la déformation à tendance à s'atténuer spontanément.
  • Comment soigner la maladie de Lapeyronie et les malformations du pénis ?

    Le choix du traitement dépend :

    • du type de malformation,
    • de la nature des conséquences (fonctionnelles ou esthétiques),
    • de l’âge du patient,
    • de l’impact que cette malformation a sur la vie quotidienne du patient,
    • des antécédents familiaux et médicaux du patient,
    • de l’état de santé général du patient.


    Micropénis et hypospadias
    Dans un premier temps, le traitement est endocrinien et consiste en l’injection de testostérone, dans la première année de vie. Le traitement peut être entrepris jusqu’à l’âge de 6 ans, mais à des doses plus fortes. Dans le cas de l’hypospadias, le traitement définitif est chirurgical. Il permet à la fois de corriger la courbure de la verge et de reconstruire l’urètre pour ramener l’orifice au bout de la verge. Après l’intervention, la verge aura un aspect circoncis. Certaines techniques de reconstruction nécessitent plusieurs opérations, car des complications peuvent survenir (fistule, réouverture de la reconstruction, sténose).

    Maladie de Lapeyronie et courbure congénitale de l’adulte
    Plusieurs types de traitement existent, mais aucune étude n’a formellement prouvé leur efficacité.

    Les traitements médicamenteux sont nombreux (vitamine E, taoxifène, aminobenzoate de potassium, vérapamil, colchicine, procarbazine…). Ils sont proposés lors de la première phase évolutive de la maladie. Les médicaments peuvent être administrés par voie orale ou en injectant diverses substances dans les plaques fibreuses (collagénase, vérapamil, interféron…). Enfin, le médecin a également la possibilité d’utiliser l’énergie externe par ionophorèse. Le courant électrique semble avoir un certain effet sur la cicatrisation. Des études sont encore en cours.

    Une fois la maladie stabilisée, un traitement chirurgical est envisageable, mais il n’est pas sans poser certaines difficultés. Des conséquences sur la taille de la verge sont à prévoir. La chirurgie classique consiste à placer des sutures à l’opposé de la zone fibreuse pour redresser le pénis. Cette opération entraîne une diminution de la longueur de la verge en érection d’environ 2 centimètres. Le chirurgien peut également proposer une incision de la plaque associée à une greffe de tissus pour éviter de perdre de la longueur. Enfin, l’implant pénien est également une alternative chirurgicale, si une impuissance est associée à la maladie.

Je télécharge la fiche

Maladie génitale homme :

Accédez facilement à un médecin expert de votre maladie pour obtenir son avis écrit en moins de 7 jours