L’histoire de Jeanne, 67 ans, diagnostiquée d’un névrome de Morton et d’un hallux valgus

Par Mathilde Lamolinerie le 22 mai 2020
temoignage nevrome de Morton hallux valgus
Jeanne* ressent de vives douleurs sous l’avant de son pied droit, qui prennent la forme d’échauffements et de brûlures. A cela vient s’ajouter la sensation d’une boule au niveau du 3e espace inter-métatarsien (entre le 3e et le 4e orteil). Elle souffre de ces maux en position debout ou assise, ce qui l’a contrainte à limiter sa pratique de la randonnée, activité sportive qu’elle affectionne tant. Elle s’est dotée d’orthèses plantaires sur-mesure (semelles orthopédiques) supposées réduire les symptômes. Mais sa qualité de vie se trouve diminuée par ses douleurs quotidiennes. Elle a donc consulté un chirurgien orthopédiste et réalisé une série d’examens. Le chirurgien lui recommande une double opération du névrome de Morton et de l’hallux valgus. Jeanne s’interroge sur la pertinence de réaliser les deux opérations simultanément


Névrome de Morton et hallux valgus : un double diagnostic

Afin de diagnostiquer le plus finement possible le mal dont elle souffre, Jeanne a réalisé une radiographie du pied et de la cheville ainsi qu’une IRM (imagerie par résonnance médicale).

Le chirurgien orthopédiste qu’elle a consulté, a analysé les résultats de ces examens et a procédé à une vérification manuelle, par palpation de la zone pour constater l’existence d’une douleur.

Son verdict : il s’agit d’un névrome de Morton (aussi appelé métatarsalgie de Morton, maladie ou syndrome de Morton, ou encore névrome plantaire), et d’un hallux valgus avec arthropathie métatarso-phalangienne.

Le névrome de Morton correspond à une inflammation de nerfs. Ces nerfs, prennent la forme pathologique d’une sphère, dit « névrome ». Il s’agit des nerfs qui parcourent le talon vers les orteils et assurent la sensibilité de cette zone. A l’étroit lors du passage entre les têtes des métatarsiens, ils peuvent alors enfler et se transformer en névrome de Morton. Cela provoque des sensations d’irradiations ou de décharges électriques lorsque les nerfs sont sollicités, pour poser le pied au sol lors de la marche par exemple. C’est le cas de Jeanne dont les élancements s’accroissent avec le temps.

L’hallux valgus (ou oignon), quant à lui, consiste en une déviation du gros orteil (hallux) vers les autres orteils, notamment le 2e. L’articulation dévie aussi et crée une protubérance au niveau de l’intérieur de l’avant pied. Si des douleurs ou un inconfort peuvent être déclenchés par le frottement de la chaussure, Jeanne, elle, en est fortuitement exempte.

Le chirurgien orthopédiste lui recommande une opération des deux pathologies. Jeanne n’étant pas dérangée par son hallux valgus et appréhendant les possibles souffrances découlant de l’opération, se questionne sur la solution thérapeutique proposée.



Un deuxième avis qui préconise uniquement une opération du névrome de Morton

Grâce à sa mutuelle qui prend en charge le service, Jeanne découvre le site deuxiemeavis.fr et décide de demander un autre avis spécialisé. Elle envoie son dossier médical composé de photographies de son pied droit et de sa cheville droite, ainsi que de son IRM et sa radiographie du pied et de la cheville. Elle répond également à un questionnaire médical personnalisé, permettant à un médecin expert, chirurgien orthopédiste, de lui répondre en une journée.

Sur la base des éléments fournis, le médecin expert, rappelle que le diagnostic de névrome de Morton est d'abord clinique par palpation de la zone concernée, puis par analyse des échographies ou IRM, ce que le chirurgien de Jeanne a réalisé. 

Pour répondre à la demande de Jeanne sur la double opération, il apporte des précisions. Les deux pathologies de Jeanne ne sont pas en lien selon lui. Son hallux valgus n’impacte donc pas l’évolution du névrome de Morton et réciproquement. Par ailleurs, elle ne ressent aucune gêne ou complications liées à l’hallux valgus. Dans ces conditions, il recommande de ne réaliser qu’une opération du névrome de Morton, mais pas de l’hallux valgus, de peur de transformer deux gestes "simples" en un geste "compliqué", avec des suites opératoires plus lourdes.

Il a ensuite pris le soin de répondre aux questions complémentaires posées par Jeanne. Si des douleurs se manifestent encore dans cette zone du pied, il est peu probable que cela soit le fait d’une récidive du névrome de Morton, très rare. Un nouvel examen complet de la zone sera nécessaire pour poser un nouveau diagnostic. Il l’a aussi rassurée concernant les conséquences de l’opération du névrome de Morton. Il est possible, si certains choix techniques du chirurgien ont été faits pendant l’intervention et sous certaines conditions (pied bien à plat et chaussures habituelles non contraignantes), de marcher juste après l’opération.

Jeanne est maintenant assurée dans sa décision de ne réaliser que l’opération du névrome de Morton. Elle se dit très satisfaite de ce deuxième avis médical et recommande le service, pris en charge par sa complémentaire santé.

Nous leur souhaitons bonne chance pour la suite du parcours de soin !

Vous vous posez aussi des questions sur votre traitement ? Un deuxième avis médical peut vous être utile. N’hésitez pas à en parler à votre médecin !


*Pour des raisons de confidentialité et de protection de la vie privée, nous avons changé le nom des personnes

Un médecin expert de votre maladie répond à vos questions en moins de 7 jours après analyse de votre dossier