image Maladies de l'oreille

Amygdalectomie

Je découvre les médecins experts

Mise à jour le 18 mai 2020 - Revue par Docteur Natalie Loundon

  • Qu'est-ce qu'une amygdalectomie ?

    L’amygdalectomie est une intervention chirurgicale dont l’objectif est l’ablation partielle ou totale des amygdales. Les tonsilles palatines, ou amygdales, sont deux petites glandes de tissu lymphoïde qui ont un rôle immunitaire. Elles font partie d’un vaste réseau de tissu lymphoïde réparti dans toute la muqueuse de la cavité du pharynx (l’arrière-gorge) et aussi le long du système digestif. Les amygdales sont situées au fond de la gorge, de chaque côté du voile du palais. Les tonsilles palatines ont un rôle dans la formation de lymphocytes et d’anticorps, dans l’objectif de combattre les infections. On retrouve fréquemment un développement important des amygdales chez les enfants entre 3 et 5 ans, mais celui-ci est physiologique. Il signifie que l’enfant est en train d’acquérir son immunité et le volume des amygdales diminue en temps normal naturellement après 5 ans.

    Les végétations sont un tissu lymphoïde situé dans le pharynx, à l'arrière de la fosse nasale. Il existe souvent une hypertrophie adénoïdienne associé à l’hypertrophie amygdalienne. Souvent, l’ablation des végétations (adénoïdectomie), est effectuée en même temps chez l’enfant que l’amygdalectomie.

    La première indication à l’amygdalectomie est le SAOS, ou syndrome d’apnée obstructive du sommeil, qui touche entre 1 et 3 % des enfants ayant entre 3 et 6 ans, et 13 % en cas d’obésité. L’allergie peut favoriser l’hypertrophie amygdalienne. Les indications classiques de l’amygdalectomie sont le syndrome d’apnée obstructive du sommeil, les angines à répétition (plus de 5/2 ans) et les antécédents de phlegmon de l’amygdale. Le syndrome d’apnée obstructive du sommeil chronique est la cause la plus fréquente d’amygdalectomie.

    Plus rarement, l’indication est celle de fièvres récurrentes (syndrome de Marshall), ou d’abcès profond du cou (adénophlegmon) ou encore d’une obstruction aiguë pendant une mononucléose.
  • Quel est l'intérêt d'un deuxième avis pour une amygdalectomie ?

    Pourquoi demander un deuxième avis pour une amygdalectomie ?

    L’amygdalectomie est une opération pouvant mener à des complications ; elle ne doit pas s’effectuer systématiquement. Il faut s’assurer que l’indication est respectée, que l’historique médical est cohérent, que le contexte anatomique a été bien analysé avec la prise en compte des facteurs de risque (maladie sanguine, syndrome malformatif...). Les alternatives médicales doivent être discutées. En outre, deux techniques chirurgicales existent.

    Un deuxième avis permet de vérifier la pertinence de l'opération et de s'assurer que la technique choisie est bien la plus appropriée et donc d’améliorer le pronostic des patients.

    Quelles sont les questions les plus fréquemment posées ?

    • L’amygdalectomie est-elle réellement nécessaire ?
    • À partir de quel âge cette opération est-elle possible ?
    • Comment savoir si mon bébé est atteint d’un syndrome d’apnée obstructive du sommeil ?
    • Quels sont les bénéfices et risques de l’amygdalectomie ?
    • Quelle est la technique chirurgicale la plus adaptée ?
    • Quelles sont les complications possibles après l’opération ?
  • Deuxiemeavis.fr c'est quoi ?

    Deux avis valent mieux qu'un

    Que vous soyez patient ou médecin, deuxiemeavis.fr vous permet d'obtenir l'avis d'un médecin expert en moins de 7 jours alors que les délais de consultation peuvent excéder parfois 6 mois.

    Un deuxième avis médical auprès d'un médecin référent dans votre problème de santé peut vous permettre d'approfondir les avantages et inconvénients de votre traitement et parfois d'identifier des alternatives. Un patient plus informé et qui participe au choix de son traitement a généralement de plus grandes chances de guérison.

    Je découvre les médecins experts
    discover experts
    EXPERTISE

    Expertise des médecins vérifiée et garantie par le conseil scientifique

    discover experts
    RAPIDITÉ

    Avis médical sous 7 jours, délai compatible avec une prise de décision rapide

    discover experts
    CONFIDENTIALITÉ

    Données de santé protégées et jamais communiquées à des tiers

    discover experts
    PRIS EN CHARGE

    Sans avance de frais, pris en charge à 100% par les complémentaires santé partenaires

  • Quels sont les spécialistes de l'amygdalectomie ?

    Les spécialistes de l'amygdalectomie à consulter sont un ORL (ou oto-rhino-laryngologue) et un chirurgien de la face et du cou.
  • Quelles sont les maladies éligibles à l'amygdalectomie ?

    Les indications pour une amygdalectomie sont :

    Des infections : angines aiguës à répétitions (au moins 3 épisodes infectieux/an pendant 3 ans ou 5 épisodes/an sur 2 ans), infection chronique de plus de 3 mois résistant au traitement médical (douleurs pharyngées, halitose, aspect inflammatoire des amygdales, et adénopathies cervicales), les abcès péri-amygdaliens.

    Une obstruction : si un développement trop important des amygdales est observé (hypertrophie des amygdales), la voie respiratoire est obstruée, et surtout pendant le sommeil en raison du relâchement musculaire de la mâchoire et de la langue. Cela va entraîner un syndrome d’apnée obstructive du sommeil caractérisé par un sommeil de mauvaise qualité, avec agitation et sueurs nocturnes, énurésie, cauchemars, asthénie au réveil, également des difficultés à manger des morceaux, perte de poids et maigreur, ou au contraire obésité paradoxale, irritabilité, trouble de mémoire... Il faut aussi rechercher une hypertrophie adénoïdienne souvent associée.

    D'autres pathologies :
    • Syndrome de fièvre périodique (syndrome entraînant une réaction inflammatoire générale)
    • Cancer : un aspect asymétrique, rapidement évolutif de l’amygdale doit faire suspecter un cancer ou un lymphome et demande une intervention urgente.
  • Comment se passe une amygdalectomie ?

    L'amygdalectomie est une opération qui se fait sous anesthésie générale. Une intubation trachéale (introduction d’une sonde dans la trachée) est effectuée afin d’isoler et protéger les voies aériennes supérieures pendant la ventilation. On distingue deux grandes techniques chirurgicales : la chirurgie d’exérèse totale et la chirurgie partielle. La première consiste à enlever l’amygdale en entier au contact de sa limite musculaire (extra-capsulaire). Le contrôle du saignement se fait par des petits points de cautérisation à chaud ou en cas de saignement difficile à contrôler par points de sutures localisés. La seconde consiste à enlever une partie du tissu amygdalien, en restant à l'intérieur de la limite capsulaire, en laissant un peu de tissu amygdalien le long des loges. Cette section se fait par sonde de radiofréquence, permettant une coupe thermique et limitant saignement et douleur post opératoire.

    L’amygdalectomie totale est préconisée en cas d’infections à répétition, ou d'antécédent de phlegmon (abcès) de l'amygdale.
    La chirurgie partielle est proposée en cas de syndrome d’apnée obstructive du sommeil.
    La chirurgie se fait en général en ambulatoire sauf cas particulier. La reprise alimentaire molle peut se faire le soir même.


    Quel suivi après une amygdalectomie ?

    Après l’opération, des saignements sont possibles, notamment dans les deux semaines suivantes. Un contrôle doit donc être effectué par le chirurgien pour confirmer la cicatrisation complète.
    À la suite de l’opération, quelle que soit la technique, un traitement antalgique et antibiotique est prescrit. Une bonne hydratation et hygiène buccale favorisent aussi la cicatrisation.
  • Quels sont les bénéfices et les risques d’une amygdalectomie ?

    Quels sont les bénéfices d'une amygdalectomie ?

    Les indications des amygdalectomies sont limitées et bien codifiées. Actuellement, les syndromes d’apnée obstructive du sommeil sont les premières cause de chirurgie chez l'enfant et les résultats sont significatifs voir spectaculaires. Il faut cependant s’assurer que les amygdales sont bien la cause de l’obstruction (contrôler les végétations, rechercher un contexte malformatif autre...). En cas d’infections à répétition, avec amygdalites aiguës, l’amygdalectomie est aussi efficace, mais ces épisodes doivent être documentés et c’est parfois difficile de faire la différence entre angines et pharyngites.

    L’amygdalectomie totale n’empêche pas la survenue de pharyngites (atteinte du tissu lymphoïde pharyngé).



    Quels sont les risques d'une amygdalectomie ?

    La cicatrisation de la zone opérée met généralement entre huit et quinze jours. Des douleurs au niveau de la gorge, des oreilles et de la bouche sont fréquentes suite à l’opération (elles durent généralement entre 5 et 15 jours). L’ingestion d’aliments acides, chauds et piquants peut empirer ces douleurs. Le principal risque post-opératoire de l’amygdalectomie est l’hémorragie, qui est maximal dans les six heures suivant l’opération. Celui-ci peut apparaître lorsque la croûte se décolle et que la plaie se cicatrise à 10-15 jours.

    La chirurgie partielle est peu douloureuse et les risques de saignement restent limités. Il faut néanmoins surveiller les suites opératoires pendant une quinzaine de jours.

    Préalablement à la chirurgie, il faut s’assurer qu’il n’existe pas un contexte spécifique complexe qui devrait faire demander un avis complémentaire et/ou documenter l’indication (enregistrement du sommeil en cas de syndrome d’apnée obstructive du sommeil) : allergie/asthme, maladie du sang, troubles de la coagulation, atteinte cardiaque, etc.
Je télécharge la fiche

Les autres maladies de l'oreille