Au secours, je ne comprends pas ce que dit mon médecin !

Par Marion Berthon le 20 novembre 2019
comprendre médecin oralité écrit
Vous ne comprenez pas ce que dit votre médecin ? Eh bien, vous n’êtes pas le seul. Selon une étude publiée en 2011 dans The Journal of General Internal Medicine, 25 % des Américains ne parviennent pas à dialoguer avec leur médecin ! C’est-à-dire pas moins de 80 millions de personnes ! Pas de données pour la France, mais les difficultés sont les mêmes. Alors, comment réussir à décrypter le jargon médical ?


De l’importance de bien comprendre pour bien se soigner

La loi Kouchner du 4 mars 2002 inscrit que l’usager du système de santé donne « son consentement libre et éclairé pour tout traitement ou acte médical et peut le retirer à tout moment ». Seulement, pour être en capacité de donner son avis sur le traitement proposé, encore faut-il le comprendre. Il est primordial pour la réussite de son traitement que la personne malade soit en capacité de s’informer sur sa maladie. Gardons bien à l’esprit que comprendre sa maladie et en être acteur, participer à la décision médicale, c’est se donner de meilleures chances de guérison. Un malade qui n’a pas compris son ordonnance et l’importance de suivre la prescription aura beaucoup plus de difficultés à s’investir dans son traitement et à trouver la motivation pour le suivre quotidiennement.


L’écrit pour mieux comprendre le langage médical

De l’ordonnance aux formulaires de consentement, en passant par le diagnostic, les conseils liés à l’hygiène de vie et le calendrier des traitements à suivre, nombreuses sont les informations que l’on reçoit de son médecin et qu’il faut savoir déchiffrer mais aussi retenir dans le temps restreint de la consultation. Outre le manque de temps, le stress lié à une consultation en urgence entraîne lui aussi inévitablement des lacunes de compréhension et des interprétations erronées de la part des patients. C’est là que l’écrit se révèle un grand facilitateur de compréhension : quand le médecin remet à son patient un écrit de synthèse reprenant ce qui vient d’être dit en consultation, il augmente considérablement les chances d’être compris. Les documents écrits permettent au patient de lire et de relire à sa guise les recommandations du médecin, d’effectuer des recherches sur des termes médicaux complexes, voire de se faire aider par des proches ou par son médecin traitant si besoin.

Il ne faut donc pas hésiter à demander des notes de synthèse aux médecins que l’on consulte. Certains services de télémédecine en font même un élément de leur promesse, comme c’est le cas pour deuxiemeavis.fr : les avis sont systématiquement rendus par écrit et chaque question à droit à sa réponse, ce qui laisse aux personnes malades la possibilité de comprendre, d’analyser, de retenir les avis et conseils des médecins experts mais aussi de les partager avec leur équipe soignante.


SOURCES :
  • Berkman ND, Sheridan SL, Donahue KE, Halpern DJ, Crotty K, Low health literacy and health outcomes: an updated systematic review, The Journal of General Internal Medicine, juillet 2011 : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/21768583
  • Loi n° 2002-303 du 4 mars 2002 relative aux droits des malades et à la qualité du système de santé :
    https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000000227015&categorieLien=id

Un médecin expert de votre maladie répond à vos questions en moins de 7 jours après analyse de votre dossier