Témoignages

L'histoire d'Anais, 33 ans, souffrant d'endométriose

Depuis cinq ans, Anaïs*, 33 ans, souffre de douleurs lancinantes particulièrement fortes avant ses menstruations. Sa dernière grossesse a empiré les douleurs ressenties dans le bas du ventre. Préoccupée, elle se décide à faire l’IRM demandée par son médecin et note que le compte-rendu de l’examen fait mention d’une petite masse pédiculée sur l’ovaire droit. 

Démunie, elle décide de chercher des réponses par elle-même et découvre le site deuxièmeavis.fr qui lui permet de solliciter l’avis d’un radiologue spécialiste de l’endométriose. Soulagée, elle télécharge ses examens et interroge le médecin expert sur sa suspicion d’endométriose et sur cette masse détectée sur son ovaire. Deux avis valent mieux qu’un ! Anaïs se sent rassurée de pouvoir bénéficier d’une telle solution à distance. 

 

Un deuxième avis qui confirme le diagnostic d’endométriose

 

Au bout d’une semaine, le compte-rendu du médecin souligne plusieurs points importants : la masse détectée sur l’ovaire droit est bénigne. En revanche, le médecin remarque un petit kyste bénin d’1 cm qui était passé inaperçu à la lecture. Au regard des symptômes d’Anaïs et du questionnaire médical rempli, le médecin confirme le diagnostic d’endométriose intra-utérine modérée, que l'on appelle officiellement adénomyose, et extra-utérine également très modérée centrée sur les deux ligaments utérosacrés. Les douleurs menstruelles et prémenstruelles sont liées à l'hyper contraction de l'utérus, qui chassent ainsi les règles par les trompes.

Le médecin ne s’arrête pas là et note également la présence d’un stérilet sur les clichés de l’IRM. Il explique à Anaïs que le stérilet, s’il est en cuivre, est incompatible avec l’endométriose. En effet, il accentue les troubles de la contraction utérine et donc les douleurs et le flux des règles. La maladie peut évoluer plus vite dans ce cas. Pour appuyer ses propos, le médecin précise que le traitement de fond de l'endométriose est l'hormonothérapie en continu, ou un stérilet hormonal, qui permet ainsi de stopper les règles, et donc de soulager significativement les douleurs et permet stopper l'évolution de l’endométriose.

Si Anaïs veut améliorer sa qualité de vie et diminuer significativement les douleurs, il vaut mieux retirer son stérilet au cuivre, opter pour une pilule contraceptive ou poser un stérilet hormonal. Cela stoppera l'évolution de l’endométriose et préservera sa fertilité pour son nouveau projet de grossesse le moment venu.

Anaïs est ravie et rassurée de ce deuxième avis. Celui-ci lui permet de prendre une décision sereinement et de mieux garder le contrôle sur sa maladie. Elle sait désormais qu’elle doit vivre avec l’endométriose en évitant de prendre des décisions qui risqueraient de l’aggraver. 

Nous lui souhaitons bon courage pour la suite de son parcours

 

Vous vous posez aussi des questions sur votre traitement ? Un deuxième avis médical peut vous être utile. N’hésitez pas à en parler à votre médecin !

 

*Pour des raisons de confidentialité et de protection de la vie privée, le nom des personnes a été changé.

Par Marion Bonne - Publication le 19/02/2021

Obtenez l’avis d’un médecin expert de votre problème de santé en moins de 7 jours
En savoir plus
Je commence
Catégories
Partager
Grâce à votre contrat santé ou prévoyance, obtenez l’avis d’un médecin expert de votre problème de santé en moins de 7 jours, gratuitement et sans avance de frais
Etape 1
1. Inscription
Créez un compte et récupérez votre dossier médical en parallèle
Je commence
Tous les articles : Témoignages
temoignage insuffisance renale

L'histoire de Maurice, 85 ans, souffrant d'insuffisance rénale

Depuis 20 ans, Maurice*, agriculteur bordelais à la retraite, est très prudent concernant sa santé. Souffrant comme sa mère d’une maladie génétique héréditaire appelée polykystose rénale, il suit...

Lire la suite

Par Marion Bonne le 26/02/2021

temoignage retard de croissance intra uterin

L'histoire de Pia, 5 ans, souffrant d'un retard de croissance intra-utérin

Pour Pia*, le diagnostic de retard de croissance a été posé alors qu’elle était encore dans le ventre de sa maman, on appelle cela un RCIU (Retard de Croissance Intra-Utérin). Aujourd’hui, l’équipe...

Lire la suite

Par Olivia Derrien le 12/02/2021

temoignage reflux gastro oesophagiens

L'histoire de Johanna, 28 ans, souffrant de reflux gastro-oesophagiens

Depuis plus d’un an, la vie de Johanna* est rythmée par des douleurs gastriques et des remontées acides. Dernièrement, son gastro-entérologue lui a dit qu’elle ne pouvait plus rien faire pour elle....

Lire la suite

Par Olivia Derrien le 05/02/2021

Plus d'articles
Pour aller plus loin…

Je découvre les médecins experts

Je m’informe sur la prise en charge

Je m’informe sur la protection de mes données

Vous avez d’autres questions ? Consulter notre F.A.Q