Je souhaite l'avis d'un expert

icône de la maladie "Phlébite"Phlébite

Médecins experts
Obtenez l’avis d’un médecin expert de votre problème de santé en moins de 7 jours
En savoir plus
Je commence

Fiche d'information

1|

Qu'est-ce qu'une phlébite ?

La phlébite est une maladie cardiovasculaire qui se traduit par l’apparition d’un caillot de sang dans une veine. Ce caillot peut obstruer n’importe quelle veine, mais dans la très grande majorité des cas, ce sont celles situées dans les jambes qui sont affectées en priorité. Pour autant, les membres supérieurs ou l’abdomen ne sont pas exemptés. On parle de phlébite dès lors qu’un bouchon se forme dans la veine et empêche - partiellement ou totalement - le sang de circuler.

Selon le calibre et l’emplacement de la veine concernée, on distingue les phlébites superficielles des phlébites profondes. La forme la plus courante de la pathologie est la phlébite superficielle. Elle concerne les veines dites de surface, de moins gros calibre. Si elle ne représente pas une urgence absolue, ce type de phlébite doit toutefois alerter le patient car cette pathologie cache souvent une insuffisance veineuse avancée.

La phlébite profonde, quant à elle, concerne les veines de plus gros calibre, qui présentent un débit sanguin important. Le risque est alors de voir le caillot sanguin se décrocher de la paroi veineuse et d’être emporté vers le cœur et obstruer l’artère pulmonaire. La phlébite profonde peut conduire à une embolie pulmonaire, pathologie potentiellement mortelle. Chacun de ces deux types de phlébite appelle un traitement différent.

Dans un cas sur deux, la phlébite peut survenir de façon spontanée, sans que l’on sache expliquer pourquoi. Toutefois, des facteurs de risques existent. Notre organisme fabrique naturellement et en permanence des micro-caillots sanguins. Leur rôle est de colmater une brèche dans une paroi veineuse, en cas d’hémorragie par exemple. En parallèle, notre sang contient également des substances qui bloquent la coagulation. Ces substances, alliées à une bonne circulation sanguine, empêchent les micro-caillots de trop grossir. De cette façon, un équilibre se crée. Mais dès qu’un problème vient altérer la circulation sanguine ou le processus de coagulation, alors l’équilibre est rompu. On a ainsi identifié plusieurs facteurs susceptibles de favoriser l’apparition d’une phlébite. Une immobilisation prolongée, par exemple, accroît ce risque car elle entraîne une stagnation du sang dans la veine. Il en va de même pour une insuffisance veineuse ou cardiaque. Un cathéter peut provoquer une inflammation de la veine, et est également susceptible de favoriser la maladie. Certaines pathologies (cancéreuses ou génétiques) qui accélèrent la coagulation du sang font également parties des facteurs aggravants. On estime qu’il y a chaque année, 1,5 cas pour mille personnes atteintes de phlébite profonde en France (soit environ 99 000 cas).
2|

Quel est l'intérêt d'un deuxième avis pour une phlébite ?

Pourquoi demander un deuxième avis pour une phlébite ?

La phlébite, et en particulier la phlébite profonde, est une maladie dangereuse dans la mesure où elle fait courir un risque majeur d’embolie pulmonaire, aux conséquences parfois fatales pour le patient. Mais la phlébite profonde est également néfaste par les séquelles à long terme qu’elle peut engendrer. C’est le cas de la maladie post-thrombotique, une maladie chronique et invalidante qui se traduit notamment par des complications cutanées. Dans ce contexte, un deuxième avis est pertinent car il permet au patient de s’informer de la façon la plus complète possible sur les implications, les conséquences et les traitements de sa maladie. Ainsi éclairé, il peut prendre part de façon active à la stratégie thérapeutique qui lui est proposée. Mieux informé, il peut également adopter les comportements appropriés pour réduire les risques de complications et garantir un meilleur résultat au traitement. La phlébite est une maladie qu’il faut bien comprendre si l’on veut optimiser sa prise en charge.

Quelles sont les questions les plus fréquemment posées ?

  • De quel type de phlébite est-ce que je souffre ?
  • Quelle est la cause de ma maladie ?
  • Quel traitement dois-je suivre et pendant combien de temps ?
  • Vais-je suivre mon traitement à vie ? Vais-je devoir mettre en place une surveillance à vie ?
  • Dois-je garder les bas de contention la nuit, pour dormir ?
  • Dois-je changer mon alimentation et mon hygiène de vie ?
  • Y a-t-il un risque avec le traitement anticoagulant ?
  • Comment reconnait-on une embolie pulmonaire ?
  • Dois-je pratiquer une activité physique ou au contraire, est-ce déconseillé ?
Mais aussi toutes les autres questions spécifiques que vous vous posez.
3|

Quels sont les spécialistes de la phlébite ?

Dans le cadre d’une phlébite, il faut consulter un phlébologue ou angiologue. C’est le spécialiste des maladies veineuses et de leur traitement.

L'autre médecin référent pour la phlébite est un médecin ou chirurgien vasculaire. Celui-ci est un spécialiste des problèmes des vaisseaux (artères, vesines, vaisseaux lymphatiques).
4|

Quels sont les symptômes d'une phlébite ?

Les symptômes d’une phlébite superficielle sont visibles à l’œil nu : la veine prend une teinte rouge et la zone peut être sensible lorsqu’on la touche. Une sorte de cordon douloureux suit le trajet de la veine. Parfois, un œdème prend forme localement.

Les symptômes d’une phlébite profonde sont nettement moins visibles. La veine étant par définition « profonde », l’inflammation ne se voit pas en surface. Il arrive que la maladie ne présente aucun symptôme, d’où sa dangerosité. Toutefois dans la moitié des cas, les patients ressentent une douleur latente dans la jambe, associée ou non à des engourdissements et des crampes. Une sensation de chaleur envahit la jambe qui peut gonfler sous l’effet d’un œdème. La peau prend parfois une coloration bleutée. Ces symptômes peuvent être accompagnés de fièvre.
5|

Comment diagnostiquer une phlébite ?

On ne diagnostique pas une phlébite superficielle de la même façon qu’une phlébite profonde. Dans le premier cas, un simple examen clinique peut suffire. Par précaution, le médecin préconisera néanmoins un examen d’imagerie médicale pour s’assurer qu’aucun caillot n’est en train de se former dans les veines profondes.

A elles seules, la palpation et la vue ne permettent pas d’établir un diagnostic de phlébite profonde. Ce diagnostic requiert de pratiquer un écho-Doppler. Cet examen d’imagerie médicale permet d’analyser le débit sanguin et de détecter une éventuelle anomalie. Enfin, une analyse des D-dimères (l’un des principaux constituants des caillots sanguins) est parfois pratiquée pour préciser ce diagnostic. Plus le taux de D-dimère est élevé, plus le risque d’être en présence d’un caillot sanguin est important. Enfin, il est désormais établi que la pilule, mais aussi le tabac ou encore les traitements contre la ménopause aggravent les risques de voir des caillots sanguins se constituer.
6|

Comment soigner une phlébite ?

Le choix du traitement dépend :
  • Du type de veine affectée.
  • De la taille du caillot sanguin détecté.
  • De son emplacement.
  • Des circonstances de déclenchement de la maladie.
  • Des antécédents médicaux et familiaux du patient.
  • Des facteurs de risques qu’il présente.
  • De l’âge du patient.
  • De son état de santé général.

Traitement d’une phlébite superficielle
Il n’y a pas de recommandation précise sur le traitement d’une phlébite superficielle. Néanmoins, les médecins préconisent de suivre un traitement qui associe des anti-inflammatoires non stéroïdiens et le port de bas de contention, pour prévenir les complications. Des anticoagulants peuvent également être administrés. Par précaution, les médecins effectuent toujours une vérification des veines profondes au moyen d’un écho-Doppler, pour s’assurer qu’il n’existe pas une phlébite profonde asymptomatique sous-jacente. Parfois, un traitement chirurgical destiné à retirer des varices peut être également proposé.

Traitement d’une phlébite profonde.
Cette pathologie requiert un traitement sans délais, qui repose en priorité sur des anticoagulants. Ceux-ci peuvent être administrés par injection sous-cutanée (comme l’héparine), ou par voie orale (comme les antivitamines K). Souvent le médecin prescrit successivement l’un, puis l’autre, car le traitement d’une phlébite profonde peut durer plusieurs mois, voire indéfiniment, dans les cas les plus sérieux. Il doit être associé à des contrôles biologiques réguliers, qui ont pour but de vérifier que la dose d’anticoagulants prescrite est adaptée au patient. Ceci afin d’éviter les risques d’hémorragie. En parallèle, le port de bas ou de chaussettes de contention (pendant environ 3 mois) est indispensable pour éviter les risques de complication.

Mise à jour le 15/09/2020 - Revue par le Professeur Yves Alimi

Partager
Grâce à votre contrat santé ou prévoyance, obtenez l’avis d’un médecin expert de votre problème de santé en moins de 7 jours, gratuitement et sans avance de frais
Etape 1
1. Inscription
Créez un compte et récupérez votre dossier médical en parallèle
Je commence
Grâce à votre contrat santé ou prévoyance, obtenez l’avis d’un médecin expert de votre problème de santé en moins de 7 jours, gratuitement et sans avance de frais
Etape 1
1. Inscription
Créez un compte et récupérez votre dossier médical en parallèle
Je commence
Découvrez nos conseils santé sur notre blog chaque semaine
Maladies chroniques : êtes-vous concerné ?

Orientation, information, accompagnement

Maladies chroniques : êtes-vous concerné ?

Par Marion Berthon le 07/12/2020

À la découverte des maladies cardiovasculaires

Cardiovasculaire

À la découverte des maladies cardiovasculaires

Par Marion Berthon le 12/10/2020

Maladie cardiovasculaire : quel impact sur la qualité de vie ?

Cardiovasculaire

Maladie cardiovasculaire : quel impact sur la qualité de vie ?

Par Fanny Bernardon le 05/10/2020

Peut-on guérir d'une maladie cardiovasculaire ?

Cardiovasculaire

Peut-on guérir d'une maladie cardiovasculaire ?

Par Mathilde Franc le 28/09/2020

Je découvre le blog

Maladie des veines :

Pour aller plus loin…

Je découvre les médecins experts

Je m’informe sur la prise en charge

Je m’informe sur la protection de mes données

Vous avez d’autres questions ? Consulter notre F.A.Q