L’histoire de Guillaume, 70 ans, atteint d’une rupture de la coiffe des rotateurs

Par Marion Bonne le 10 juillet 2020
témoignage rupture de la coiffe des rotateurs
Amateur de marche, de vélo et de pêche, Guillaume* est un retraité actif qui vit avec un handicap visuel depuis quelques années. En janvier dernier, il chute sur son bras droit lors d’une promenade en forêt et ressent depuis une douleur constante plusieurs fois par jour. Il constate très vite une diminution de son amplitude dans diverses situations de la vie quotidienne.


Un premier avis préconisant une chirurgie en urgence

Son médecin traitant lui prescrit un antalgique pour soulager ses douleurs et lui demande de réaliser une IRM et une radio de son bras. Ces examens permettront d’identifier précisément la localisation des douleurs et d’établir un diagnostic. Souhaitant éviter à tout prix une opération, Guillaume espère qu’un traitement adapté, même s’il doit durer dans le temps, sera possible pour retrouver la mobilité de son bras. A la lecture des examens, le médecin diagnostique une rupture du tendon sous-scapulaire. L’opération est, selon le médecin, inévitable et urgente.
Guillaume ne veut pas prendre une décision si importante sans demander un deuxième avis à un spécialiste de sa maladie. Une recherche fortuite sur internet lui permet de trouver le site deuxiemeavis.fr. Le service patient l’accompagne dans sa démarche par téléphone et l’aide à numériser son dossier médical. En effet, son handicap visuel et son bras douloureux ne facilitent pas les choses. Une fois sa demande validée, il lui suffit de patienter cinq jours seulement pour que l’expert de son choix lui rende un avis détaillé et complet sur son problème de santé.


Un deuxième avis confirmant la nécessité d’une opération

Le compte-rendu du médecin précise que ses douleurs à l’épaule sont liées à une tendinopathie des muscles de la coiffe des rotateurs. Le médecin va même plus loin en précisant que ses douleurs sont en relation avec une rupture de la coiffe des rotateurs, ciblant les tendons du supra-épineux et surtout ceux du sous-scapulaire, associée à une bursite sous acromio-deltoïdienne.
Pour que Guillaume comprenne mieux ces mots compliqués, le médecin explique que la coiffe des rotateurs est un groupe de trois muscles, qui coiffe l’articulation de l’épaule et qui permet sa mobilité dans les trois plans de l’espace. Les douleurs liées à cette pathologie sont le plus souvent générées par l’inflammation secondaire à la déchirure du tendon (bursite) ; elles sont rarement situées au niveau de l’épaule elle-même, donnant fréquemment des irradiations douloureuses le long de la partie antérieure et/ou externe du bras. Elles se manifestent plus souvent la nuit lorsque les muscles sont au repos.
Le muscle sous-scapulaire a une fonction particulière de « chef d’orchestre » de l’articulation de l’épaule et, par extension, du bras entier. Des lésions non réparées sur ce muscle entraînent une dégradation de l’articulation propice à un début d’arthrose. Ainsi, si certaines lésions du supra-épineux peuvent ne pas être traitées par une réparation chirurgicale, pour les lésions du sous-scapulaire, la chirurgie est recommandée. La chute de Guillaume a donc accéléré le processus dégénératif de son épaule et provoqué d’importantes lésions. Son médecin avait bien raison de proposer une opération en urgence malgré les réticences de Guillaume. Les lésions sur l’épaule du côté dominant (épaule droite chez un droitier) et le mode de vie actif de Guillaume expliquent ce choix thérapeutique pour réparer les lésions et traiter rapidement la bursite.
Guillaume doit comprendre que ces lésions s’aggravant avec le temps, il faut intervenir avant que la déchirure n’affecte les autres tendons ou fasse apparaître une diminution de la masse graisseuse et musculaire. Les médecins parlent dans ce cas d’involution graisseuse musculaire et d’atrophie (amyotrophie) du muscle. Le traitement médical, associant infiltration et rééducation, n’est proposé qu’en cas de contre-indication à la chirurgie, ce qui n’est clairement pas le cas de Guillaume.
Guillaume est très satisfait de cet avis personnalisé et de la qualité d’accompagnement de l’équipe deuxiemeavis.fr. Ce deuxième avis répond clairement à toutes ses interrogations. Il est désormais prêt à subir son intervention chirurgicale sereinement et remercie le médecin et toute l’équipe du service de la qualité de l’expertise rendue.
Nous souhaitons à Guillaume bon courage pour la suite de son parcours.

Vous vous posez aussi des questions sur votre traitement ? Un deuxième avis médical peut vous être utile. N’hésitez pas à en parler à votre médecin !


*Pour des raisons de confidentialité et de protection de la vie privée, le nom des personnes a été changé."

Un médecin expert de votre maladie répond à vos questions en moins de 7 jours après analyse de votre dossier