Retour à l'accueil

L’histoire de Thierry, 43 ans, ayant une suspicion de sclérose en plaques

Par Mathilde Franc le 14 août 2020
temoignage sclerose en plaques
En décembre dernier, Thierry* a une soudaine perte de l’acuité visuelle qui le conduit aux urgences ophtalmologiques. Il réalise une IRM qui montre une inflammation du nerf optique. On lui prescrit alors un traitement par corticoïde et une série de tests supplémentaires dont une IRM médullaire qui montre une ancienne lésion en C3 mais qui est non active, et une ponction lombaire. Thierry* s’inquiète du potentiel développement d’une sclérose en plaques. Il sollicite alors un deuxième avis, un service pris en charge par sa complémentaire santé.


La sclérose en plaques

La sclérose en plaques est une maladie inflammatoire qui touche le système nerveux central, c’est-à-dire le cerveau, les nerfs optiques et la moelle épinière. Cette maladie se développe par “poussées”, c’est-à-dire par phases durant lesquelles les symptômes réapparaissent et de nouveaux se manifestent. Avec le temps, les poussées peuvent laisser des séquelles permanentes, parfois très invalidantes. La sclérose en plaques peut s’attaquer à différentes fonctions nerveuses : le contrôle du mouvement, les sens, la mémoire, la parole… C’est une maladie imprévisible : chaque cas est unique et peut réagir différemment : il n’y a pas d’âge, de nombre de poussées ou de type de symptômes qui puissent donner une idée de l’évolution future de l’état de santé du patient.

Pour établir un diagnostic définitif de sclérose en plaques, un neurologue doit avoir la conviction qu’une atteinte à la myéline (gaine qui entoure les fibres nerveuses) existe à différents endroits et évacuer la possibilité d’une autre maladie. Il faut aussi que ces atteintes soient apparues à des périodes différentes.

Thierry a eu une baisse subite de la vision d’un œil quand il va consulter un ophtalmologue en urgence. Il lui est diagnostiqué une inflammation du nerf optique, ou névrite optique. Depuis, il n’a subi aucune nouvelle poussée mais ressent des fourmillements sur les deux derniers doigts de la main en position allongée, qui disparaissent lorsqu’il se relève. Il a l’impression que certains nerfs sont plus sensibles que d’autres. Inquiet de l’éventualité d’un diagnostic de sclérose en plaques, il s’intéresse au site deuxiemeavis.fr afin d’obtenir l’avis d’un expert de son choix.


Un deuxième avis qui écarte le diagnostic de sclérose en plaques

Un jour après avoir envoyé son questionnaire et son dossier médical à un médecin expert, Thierry reçoit un deuxième avis éclairant. Le médecin explique que les critères de diagnostic d’une sclérose en plaques ne sont pas remplis car il faut constater au moins deux lésions sur l’IRM cérébrale ou médullaire. Or, ce n’est pas le cas de Thierry.

Toutefois, Thierry en retire une information supplémentaire : l’atteinte du nerf optique et médullaire pourrait indiquer une maladie de Devic, maladie auto-immune rare qui fait partie des affections qui atteignent la myéline du système nerveux central.

Grâce à ce deuxième avis, Thierry est satisfait de pouvoir explorer une autre cause de ses symptômes et s’apprête à réaliser les tests supplémentaires indiqués.

Nous lui souhaitons bon courage pour la suite de son parcours !

Vous vous posez aussi des questions sur votre traitement ? Un deuxième avis médical peut vous être utile. N’hésitez pas à en parler à votre médecin !



*Pour des raisons de confidentialité et de protection de la vie privée, le nom des personnes a été changé.


Accédez facilement à un médecin expert de votre maladie pour obtenir son avis écrit en moins de 7 jours