Je souhaite l'avis d'un expert

icône de la maladie "Insomnie"Insomnie

Médecins experts
Obtenez l’avis d’un médecin expert de votre problème de santé en moins de 7 jours
En savoir plus
Je commence

Fiche d'information

1|

Qu'est-ce qu'une insomnie ?

L’insomnie est caractérisée par une ou des plaintes d’un mauvais sommeil nocturne (difficultés à initier le sommeil, à le maintenir ou des réveils précoces avec une impossibilité à se réendormir) associé à des répercussions diurnes de type fatigue, difficultés de concentration, de mémoire ou une détérioration de l’humeur. 

L’insomnie est le trouble du sommeil le plus fréquemment observé, affectant de façon occasionnelle plus de 30 % de la population générale adulte et de façon chronique près de 10 % constituant ainsi un problème de santé publique.

L’insomnie peut être primaire, à savoir, sans cause associée retrouvée ou liée à plusieurs comorbidités comme la dépression, le stress ou l’anxiété, mais aussi des problèmes somatiques comme la douleur. 

On distingue deux types d’insomnie : les insomnies ponctuelles, liées à un événement ou à une période difficile dans la vie de l’individu, et les insomnies chroniques, permanentes et non-secondaires à un événement, qui surviennent plusieurs fois par semaine depuis plus de trois mois. L’insomnie chronique est souvent rapportée comme facteur de risque associé à des maladies métaboliques, cardiovasculaires, neurologiques et psychiatriques (dépression et abus de substances), qui peuvent elles-mêmes conduire à des incapacités et une mortalité accrue.

On estime que le taux d’insomnies chroniques est plus fréquent chez les femmes que chez les hommes, et ce phénomène s’aggrave avec l’âge. En effet, les personnes âgées ont un sommeil altéré physiologiquement et sont plus vulnérables pour développer une véritable insomnie, à savoir des difficultés exacerbées la nuit avec des conséquences diurnes délétères à l’origine d’une baisse de la qualité de vie. 

Les sujets jeunes ont souvent une insomnie à type de difficulté d’endormissement, les sujets âgés de nombreux éveils nocturnes et les patients dépressifs une insomnie par réveil précoce.

2|

Quel est l'intérêt d'un deuxième avis pour une insomnie ?

Pourquoi demander un deuxième avis pour une insomnie ?

L’insomnie est une pathologie commune, qui peut être associée à de nombreuses pathologies. Même en présence d’un trouble comorbide (dépression, douleur), il est essentiel de cibler directement le sommeil dans la prise en charge du patient, car l’insomnie peut être un facteur d’aggravation voire de rechute du trouble comorbide.

L’insomnie nuit largement à la qualité de vie des patients, engendrant de multiples complications comme des accidents ou des difficultés d'apprentissage et de mémorisation.
Il est donc primordial d’effectuer le diagnostic d’insomnie le plus tôt possible, et de ne pas la confondre ou la minimiser au vu d’autres pathologies. Il faudra limiter la prescription d’un hypnotique dans l’insomnie chronique et éviter que cela rentre dans une stratégie de prise en charge au long court.

Un deuxième avis est donc essentiel pour s’assurer du diagnostic, éviter les complications et surtout la prescription d’hypnotiques au long cours. 
Un deuxième avis permet également de mettre en place le traitement le plus adapté, en fonction de son type, sa sévérité et ses comorbidités, et ainsi d'essayer de ne pas prendre des somnifères systématiquement pouvant être à l’origine de multiples effets secondaires sur le long terme (dépendance, résistance, troubles mnésiques, chutes…).

 

Quelles sont les questions les plus fréquemment posées pour une insomnie ?

  • Existe-t-il un lien entre une dépression et des insomnies ?
  • Quelle peut être l’étiologie sous-jacente d’une insomnie ?
  • L’insomnie peut-elle se transmettre de génération en génération ?
  • Quelles sont les règles hygiéno-diététiques à respecter pour lutter contre les insomnies ?
  • Quelles peuvent être les effets secondaires des hypnotiques ?
  • Comment savoir si je souffre d’insomnie ou si mon sommeil est uniquement altéré par l’âge ?

Mais aussi toutes les questions spécifiques que vous vous posez.

3|

Quels sont les spécialistes d'une insomnie ?

Le spécialiste des insomnies est un médecin neurologue, spécialiste du sommeil.
Mais, il peut-être pertinent de consulter :

  • Un psychiatre si cela l’insomnie est liée à une dépression.
  • Un endocrinologue si cela est dû à une hyperthyroïdie par exemple.
  • Un pneumologue si cela est dû à de l’asthme.
  • Un gastro-entérologue si cela est lié à un reflux gastro-oesophagien.
4|

Quels sont les symptômes d'une insomnie ?

L’insomnie chronique est un trouble pouvant prendre différents formes : trouble de l’initiation ou du maintien du sommeil, réveil précoce avec une impossibilité à se réendormir, auxquels sont associées des conséquences diurnes telles la fatigue, les troubles de la vigilance et de la concentration, l’atteinte des performances, une nervosité, une maladresse, des troubles de l’humeur 

La première consultation d’un patient avec insomnie chronique nécessite une approche clinique rigoureuse pour détailler les plaintes, les causes, le retentissement, les comorbidités et son évolution naturelle, et avec les différentes prises en charge proposées. Il faudra souvent compléter l’anamnèse par des questionnaires, un agenda ou autres selon les circonstances.
Il faudra systématiquement rechercher la présence d’un trouble médical (syndrome des jambes sans repos, douleur, …) ou psychiatrique comorbide ainsi qu’une dépendance aux psychotropes.

5|

Comment diagnostiquer une insomnie ?

Le diagnostic d'une insomnie repose en premier lieu sur l'anamnèse et l’interrogatoire du patient. En effet, le mode de vie par exemple, a un fort impact sur la qualité du sommeil : en effet, un rythme de vie irrégulier, la consommation de tabac, un repas trop copieux ou la consommation d’excitants le soir, tout comme la pratique d’une activité sportive intense le soir, peuvent être à l’origine d’insomnies. 

En outre, les insomnies peuvent être secondaires à une pathologie sous-jacente, qu’il faut donc rechercher : il peut s’agir d’une pathologie à l’origine de douleurs comme un cancer ou des rhumatismes, de l’asthme nocturne, du reflux gastro-oesophagien, d’une hyperthyroïdie ou de certains syndromes, comme le syndrome des jambes sans repos ou le syndrome d’apnées obstructives du sommeil. Il faut faire attention aux diagnostics différentiels ou associés à l’insomnie comme les troubles respiratoires du sommeil (syndrome d’apnées obstructives du sommeil) ou le syndrome des jambes sans repos qui peuvent modifier la prise en charge thérapeutique. Un enregistrement du sommeil la nuit pourra également être effectué pour préciser la durée du sommeil, sa qualité et sa continuité, et rechercher des anomalies du sommeil associées comme les apnées, mouvements de jambes...

6|

Comment traiter une insomnie ?

Le traitement de l'insomnie repose en premier lieu sur le changement du style de vie et des règles hygiéno-diététiques. Il convient en effet d’éviter les boissons excitantes en fin de journée, ainsi que l’alcool, de ne pas faire de sport de manière intense après 19 h, et de mettre en place des activités relaxantes en fin de journée. 

Si l’insomnie est liée à une pathologie sous-jacente, il faut traiter celle-ci afin d’éviter les insomnies.

Si la modification des règles hygiéno-diététiques n’améliore pas le sommeil, deux grands types de prise en charge de l’insomnie chronique, pharmacologique et cognitivo-comportemental, sont disponibles.

  • Le premier, bien qu’utile pour l’insomnie aigüe, est utilisé à trop grande échelle avec un risque de dépendance, de maintien de l’insomnie, de somnolence résiduelle, de difficultés cognitives, de risque accidentel, de risque de chute chez le sujet âgé. La prescription d’un hypnotique dans l’insomnie chronique ne doit pas être banalisée et doit s’inscrire dans une stratégie à court terme si possible.
  • Le second, la thérapie cognitivo-comportementale, est par contre de diffusion insuffisante, bien qu’étant reconnue comme l’approche thérapeutique à privilégier.

Les centres experts du sommeil ou les réseaux de soins spécialisés doivent permettre la prise en charge et le suivi des cas complexes ou résistants aux thérapies conventionnelles.

Mise à jour le 12/03/2021 - Revue par le Professeur Yves Dauvilliers

Partager
Grâce à votre contrat santé ou prévoyance, obtenez l’avis d’un médecin expert de votre problème de santé en moins de 7 jours, gratuitement et sans avance de frais
Etape 1
1. Inscription
Créez un compte et récupérez votre dossier médical en parallèle
Je commence
Grâce à votre contrat santé ou prévoyance, obtenez l’avis d’un médecin expert de votre problème de santé en moins de 7 jours, gratuitement et sans avance de frais
Etape 1
1. Inscription
Créez un compte et récupérez votre dossier médical en parallèle
Je commence

Maladie du sommeil :

  • Hypersomnie
  • Narcolepsie
  • Syndrome des jambes sans repos
  • Apnée du sommeil
  • Apnée du sommeil enfant
  • Ronflement
  • Ronflement enfant
Pour aller plus loin…

Je découvre les médecins experts

Je m’informe sur la prise en charge

Je m’informe sur la protection de mes données

Vous avez d’autres questions ? Consulter notre F.A.Q