Mise à jour le 31 décembre 2020 - Revue par Professeur Christian Debry

  • Qu'est-ce que l’apnée du sommeil ?

    La qualité de vie est souvent altérée par la mauvaise qualité du sommeil. L'apnée du sommeil est une maladie entraînant des pauses respiratoires nocturnes de 10 secondes minimum provoquant des micro-éveils dont les patients ont rarement conscience.
    Les pauses peuvent arriver plusieurs fois par heure. Leur fréquence définit la sévérité de l’atteinte. On parle d’index d’apnée-hypopnée (l’hypopnée est une diminution de l’amplitude respiratoire avec un flux d’air diminué alors que l'apnée est un arrêt avec flux d’air complètement interrompu).

    • Entre 5 et 15 pauses par heure de sommeil, l’apnée du sommeil est considérée comme légère.
    • Entre 16 et 30 pauses par heure de sommeil, l’apnée du sommeil est considérée comme modérée.
    • Au-delà de 30 pauses par heure de sommeil, il s’agit d’une apnée du sommeil sèvère.

    Il existe 2 types d’apnée du sommeil :

    • Le syndrome d’apnées-hypopnées obstructives du sommeil, ou SAHOS : l’apnée est provoquée par un relâchement des muscles du pharynx, situés à l’arrière de la gorge, provoquant un rétrécissement du diamètre des voies respiratoires.
    • Lapnée centrale du sommeil, beaucoup plus rare, due à un dysfonctionnement de la commande respiratoire des fonctions supérieures. C’est donc une cause neurologique qui peut être la conséquence d’une insuffisance cardiaque ou d’un accident vasculaire cérébral.
    • Il existe aussi une forme mixte qui associe apnée du sommeil obstructive périphérique et centrale.

    Chez l’adulte, certains facteurs peuvent augmenter le risque de survenue de l’apnée du sommeil : obésité, surpoids, âge, antécédents familiaux, taille et position de la mâchoire, de la langue et du palais, ménopause et grossesse. D’autres facteurs favorisants peuvent aussi être cités comme la consommation d’alcool, le tabac, la prise de certains médicaments (sédatifs, somnifères…), la position sur le dos, ou encore l’hypertension.

  • Quel est l'intérêt d'un deuxième avis pour l’apnée du sommeil ?

    Pourquoi demander un deuxième avis pour l’apnée du sommeil ?

    Il est important d’identifier correctement le type d'apnée du sommeil chez les patients atteints de cette pathologie car ils ne présentent pas tous les mêmes risques ou les mêmes options de traitement.
    Un deuxième avis peut aussi être la clef dans la recherche de traitements ou la proposition de mesures hygiéno-diététiques.

     

    Quelles sont les questions les plus fréquemment posées pour l’apnée du sommeil ?

    • Quel est le type d’apnée du sommeil dont je souffre ?
    • Quels sont les traitements possibles ?
    • Comment réduire la sévérité de mon apnée ?
    • Quels sont les risques associés à l’apnée du sommeil ?

    Mais aussi toutes les questions spécifiques que vous vous posez.

  • Deuxiemeavis.fr c'est quoi ?

    Deux avis valent mieux qu'un

    Que vous soyez patient ou médecin, deuxiemeavis.fr vous permet d'obtenir l'avis d'un médecin expert en moins de 7 jours alors que les délais de consultation peuvent excéder parfois 6 mois.

    Un deuxième avis médical auprès d'un médecin référent dans votre problème de santé peut vous permettre d'approfondir les avantages et inconvénients de votre traitement et parfois d'identifier des alternatives. Un patient plus informé et qui participe au choix de son traitement a généralement de plus grandes chances de guérison.

    discover experts
    EXPERTISE

    Expertise des médecins vérifiée et garantie par le conseil scientifique

    discover experts
    RAPIDITÉ

    Avis médical sous 7 jours, délai compatible avec une prise de décision rapide

    discover experts
    CONFIDENTIALITÉ

    Données de santé protégées et jamais communiquées à des tiers

    discover experts
    PRIS EN CHARGE

    Sans avance de frais, pris en charge à 100% par les complémentaires santé partenaires

  • Quels sont les spécialistes de l’apnée du sommeil ?

    Lorsqu’il s’agit de pathologies liées au sommeil, les spécialistes à consulter sont ceux qui ont la pratique des enregistrements du sommeil : pneumologues, neurologues ou ORL.

    Compte tenu de l’importance de la morphologie de la gorge dans l’apnée du sommeil, il peut être judicieux d’emblée de consulter un spécialiste ORL. Des prises en charges chirurgicales optimisées peuvent parfois être proposées et effectuées par ce dernier après enregistrement sous sommeil induit (ESSI), en complément de la polysomnographie. La durée de l’hospitalisation, les risques et les soins post-opératoires vous seront alors précisés par votre chirurgien.
    L’objectif est globalement de réduire tout ce qui peut être un obstacle au passage de l’air pendant le sommeil. Ainsi l’uvulo-pharyngoplastie (U.V.P.P.) avec amygdalectomie en réalisant un raccourcissement avec mise en tension du voile du palais et plastie d'élargissement du pharynx peut parfois, si l’indication est bien posée, être efficace en cas de ronflement ou d'apnée du sommeil mineure à modérée.

  • Quels sont les symptômes de l’apnée du sommeil ?

    Les premiers symptômes de l’apnée du sommeil sont nocturnes, souvent remarqués par le conjoint du patient et non par le patient lui-même, tels que : ronflements, pauses respiratoires, sommeil agité. Une nycturie est souvent présente (plus d’une miction par nuit).
    S’ajoutent à ces symptômes, d’autres signes diurnes (dans la journée) qui sont la conséquence d’une mauvaise qualité de sommeil : fatigue dès le réveil, avec la sensation de bouche sèche, des maux de tête, manque d’énergie, irritabilité, somnolence, difficulté à se concentrer, et éventuellement une baisse de libido.

  • Comment diagnostiquer l’apnée du sommeil ?

    Il est important de diagnostiquer l'apnée du sommeil afin de la traiter et de réduire les risques de surmortalité engendrés par cette pathologie, qui est fréquemment à l’origine de complications cardio-vasculaires.
    Le diagnostic repose sur l’enregistrement du sommeil, qui peut être réalisé à domicile ou en centre spécialisé. On distingue :

    • La polygraphie ventilatoire nocturne : c’est un enregistrement de la respiration qui doit durer au moins 6 h, à l’aide d’un capteur placé dans le nez et qui mesure les variations de pression dans les voies supérieures aériennes, d’un capteur de son qui sert à analyser les ronflements, de ceintures abdominales qui mesurent les mouvements respiratoires et d’un oxymètre, petite pince fixée au bout du doigt qui mesure l’oxygénation du sang.
    • La polysomnographie : c’est un examen très précis et multi-analyses des stades du sommeil via l’enregistrement des rythmes électriques produits par le corps. La polysomnographie permet ainsi de suivre l’activité cérébrale (électroencéphalogramme), musculaire (électromyogramme), cardiaque (électrocardiogramme) ainsi que les mouvements des yeux (électro-oculogramme). Plus précis que la polygraphie ventilatoire, cet examen évalue la sévérité de l'apnée du sommeil.
  • Comment soigner l’apnée du sommeil ?

    Le traitement du l’apnée du sommeil dépend de la sévérité de ce dernier.

    • En cas dapnée du sommeil sévère, le traitement de référence est la ventilation en pression positive continue (PPC). Il s’agit d’un appareil fonctionnant en continue durant le sommeil qui envoie de l’air en continu dans les voies respiratoires, pour éviter la fermeture du pharynx et par voie de conséquence les pauses respiratoires. Bien qu’efficace, ce traitement nécessite le port d’un masque (couvrant le nez, ou le nez et la bouche). Il s’agit en général d’un traitement à vie.
    • Le port d’une orthèse buccale, appareil sur-mesure qui se porte la nuit, permet d’avancer la mâchoire et de maintenir le pharynx ouvert. Moins lourd, ce traitement reste moins efficace que la ventilation en pression positive continue. Il est prescrit en seconde intention et parfois en association avec la ventilation en pression positive continue.

    Lorsque l’apnée du sommeil est liée à un surpoids ou une obésité, la perte de poids de 10 à 15 % peut réduire l’apnée du sommeil et améliorer la qualité du sommeil.
    Lorsque l’apnée du sommeil est due à une particularité anatomique majeure, une approche chirurgicale peut être envisagée pour corriger les voies respiratoires avec comme objectif l’atténuation ou la correction de la pathologie.

    Pour préciser certains problèmes anatomiques dynamiques liés au patient et optimiser le traitement, un examen endoscopique (fibroscope souple) sous anesthésie générale peut être proposé, réalisant un enregistrement sous sommeil induit ou ESSI.

Je télécharge la fiche

Maladies de l'oreille :

Accédez facilement à un médecin expert de votre maladie pour obtenir son avis écrit en moins de 7 jours